Muette - Quand ma mère me rendait folle, de Françoise Laborde :

« La maladie de ma mère m’a rendue muette », écrit la journaliste Françoise Laborde, actuellement membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), qui vient de publier son douzième livre, Muette. « Il y a vingt ans, ma mère a eu les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer », explique-t-elle. « Il y a vingt ans, j’ai commencé à perdre ma voix. Elle perdait la tête, et je restais sans voix. Elle devenait folle, je devenais muette ». Françoise Laborde s’interroge : « Est-ce lié à la mémoire ? À la place de ma mère ? Pourquoi est-ce que je me sens tellement coupable tout le temps, comme si je n’arrivais jamais à faire pour eux, pour mes enfants, pour ceux que j’aime, et, parfois même, pour l’autre, l’étranger auquel je tends la main, la personne que j’interviewe, le héros anonyme dont je raconte l’histoire ? Peut-être ai-je une capacité d’empathie avec les autres parce que je me sens coupable et que j’ai le sentiment de ne jamais être à ma place. » L’éditeur Jean-Claude Gawsewitch écrit : « Françoise Laborde révèle aujourd’hui son traumatisme secret : sa phobie vocale. Une pathologie jamais avouée et si handicapante lorsqu’on présente le journal télévisé. Revisitant ses souvenirs à la recherche d’une cohérence, elle réécrit son histoire familiale pour comprendre ce que la maladie de sa mère, mais aussi la naissance de ses enfants, a pu déclencher chez elle. À travers portraits et anecdotes, elle retisse la trame de sa mémoire avec humour et férocité. Folie, exaspération, colère, impuissance et fous rires s’enchaînent entre les trois sœurs, Geneviève, Catherine et Françoise. Mais elles se retrouvent réunies par l’émotion quand leur mère ne les reconnaît plus, quand vient la fin inéluctable. De la démence de la mère à sa propre névrose, l’auteur revient sur les étapes de la maladie d’Alzheimer, et les ravages que cela provoque. Elle établit un parallèle entre la maladie de sa mère et ses propres troubles. Atteinte de crises d’angoisse dès qu’elle doit s’exprimer en public, elle en vient à perdre le contrôle de sa voix, à devenir "muette" ».

TV Bassin d’Arcachon, 23 mai 2013. www.youtube.com/watch?v=ryFdRBJjTNE (entretien vidéo). www.france5.fr/emissions/c-a-vous/diffusions/07-05-2013_56417, 7 mai 2013. www.babelio.com/livres/Laborde-Muette/469764/extraits, La Croix, 7 juin 2013. Laborde F. Muette. Quand ma mère me rendait folle. 7 mars 2013. Paris : JC Gawsewitch. 256 p. ISBN 978-2-350134-04-8. www.jcgawsewitch.com/livre.php?id_livre=322.

Vivre avec la maladie d’Alzheimer, de David Shenk

Aux Etats-Unis, l’écrivain David Shenk, réalisateur des documentaires The Genius in All of Us (Le génie dans chacun d’entre nous, 2010) and The Forgetting — Alzheimer's: Portrait of an Epidemic (Ceux qui oublient – La maladie d’Alzheimer : portrait d’une épidémie, 2001, lauréat d’un Emmy Award en 2004) prépare une série de quatre films intitulée Living with Alzheimer’s (Vivre avec la maladie d’Alzheimer), consacrée à la capacité des aidants à faire face, qu’ils soient débutants ou expérimentés. Il a demandé à chacun des réalisateurs de mettre l’accent sur les solutions, outils et stratégies que les familles mettent en place pour se construire une vie porteuse de sens. Le message principal de chaque film sera : « voilà comment nous y arrivons, vous pouvez le faire aussi ». « Il s’agit de montrer aux familles, juste après le diagnostic, que la vie continue et que, confrontées à toutes les difficultés extraordinaires que pose la maladie d’Alzheimer, elles arrivent à faire face. Le but est de montrer comment les gens s’adaptent. »

Les Experts Manhattan, sur TF1

Dans l’épisode 10 de la saison 9 de la série télévisée Les Experts Manhattan (coproduction Alliance Atlantis et CBS Paramount Television), diffusée sur TF1, « le copropriétaire d’un club très fermé, réplique d’un bar clandestin des années 1920, est retrouvé mort. Il a encore une partie de la recette de la semaine sur lui, mais il manque dix mille dollars. Mac et son équipe mènent l’enquête dans l’entourage de la victime. Adam (Aaron John Buckley) s’occupe de son père, atteint de la maladie d’Alzheimer. Il fait bonne figure, malgré les années de maltraitance et de violences que ce dernier lui a fait subir, lorsqu’il était enfant ».

Retour haut de page