La Zaïmer, de Virginie Esia

« Au début, elle croit que c'est une amie autrichienne qui rend visite à sa grand-mère et qui l'empêche d'aller dormir chez elle. "La Zaïmer est venue... "La Zaïmer encore elle ?" Depuis que Mamie l’a rencontrée, il n’y en a que pour elle ! Maman en parle tout le temps à la maison. Elle ne l’aime vraiment pas. Moi, je suis contente que Mamie ait une nouvelle copine, mais je ne veux pas qu’elle m’oublie. Je me demande vraiment à quoi elle ressemble... » Mais petit à petit, elle comprend que sa grand-mère ne sera plus jamais la même...  Virginie Esia est « une jeune institutrice qui s’applique chaque jour à enchanter le quotidien de ses élèves. Quand elle sort de l’école, elle laisse cartable et cahiers pour couper, coller, imaginer, rêver et dessiner des histoires. Après une école d’art où elle a appris toutes les techniques d’art plastique, elle puise son inspiration au gré de ses nombreux voyages aux quatre coins du monde. » Elle évoque dans cet ouvrage, « avec beaucoup de tendresse et de douceur la maladie d'Alzheimer, qui depuis quelque temps touche sa grand-mère. » « Les illustrations en ombres chinoises sur fonds colorés sont élégantes et gracieuses. Comme des parfums d'enfance... Un petit bijou pour échanger avec ses enfants... »

Esia V. La Zaïmer. Février 2015. Fontaine : Éditions ThoT. 40 p. ISBN 978-2-84921-322-3.  http://editionsthot.com/catalogue/jeunesse/la-zaimer. www.agevillage.com, 20 avril 2015.

Léontine, de Roselyne Sévenou-Quéré, illustré par Blÿnt

Dans une boutique de bonbons, Léontine, une petite louve, semble peu à peu perdue dans son quotidien.   Elle oublie les choses, les gens et, parfois, ne sait plus trop qui elle est. Ses amis se rendent bien compte que peu à peu, elle perd la tête, alors ils s'interrogent : « on ferme les yeux ou on l'aide ? ». Comment cette idée est-elle née ? « J'ai souhaité parler de cette maladie parce que j'ai été confrontée personnellement à cela », explique Roselyne Sévenou-Quéré, éducatrice de jeunes enfants à Paimpol, qui a dû trouver les mots justes pour parler de leur grand-mère à ses propres enfants : « ma fille de huit ans a été confrontée à la maladie d’Alzheimer à travers une personne de notre famille. Il a fallu le lui expliquer, avec de vrais mots, sans lui faire peur. » Quand, un jour, en sortant de l'établissement spécialisé dans lequel vit sa mère, Roselyne Sévenou-Quéré entend une femme dire à une enfant « ne t'inquiète pas, ils sont un peu fous mais ça va aller », elle ne peut pas supporter cette idée. L’histoire était née, « une histoire qui interroge sur le véritable sens de l'amitié face aux aléas de la vie. »

Sévenou-QuéréL, Blÿnt (ill). Léontine. Paimpol : Rose et Ciboulette, distribution Coop Breizh. ISBN : 978-2-9537-7520-4. 32 p.  Avril 2015. www.rose-ciboulette.fr/albums.php. http://blynt.canalblog.com/archives/2015/04/11/31874263.html, 11 avril 2015. www.ouest-france.fr/leontine-ou-lamitie-racontee-aux-enfants-3360757, 25 avril 2015. www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/alzheimer-une-jolie-bd-pour-en-parler-aux-enfants-17-05-2015-10631422.php, 17 mai 2015.

Mémoire, ma petite mémoire. Alzheimer vu de l’intérieur, de Vicky Dubois (1)

« Ma petite mémoire, toi et moi, nous sommes un binôme. À la vie, à la mort. Même si nous pleurons, quelquefois, nous nous soutenons l’une l’autre. Tu m’aides à écrire ces pages, tu m’envoies encore quelques flashs, de temps en temps. Parfois, je me dis que je vais arrêter un peu d’écrire. Puis, comme ça me démange, je reprends mon crayon. Petite mémoire, il faut oublier ce grand vide qui nous attend peut-être. Nous ne pouvons pas nous décevoir l’une l’autre. Il n’y a plus qu’une chose à faire, poursuivre l’écriture de ce livre… » Vicky Dubois a appris son diagnostic de la maladie d’Alzheimer en 2012. « À force d’exercices, de sorties et d’activités, elle vit sa maladie sereinement. » Sous l’impulsion de la logopède [orthophoniste] Anne Jacquemin, des cliniques Saint-Luc de Bruxelles (Belgique) qui l’a longtemps suivie, elle a rédigé un journal autobiographique destiné au départ à sa famille, dans lequel elle raconte ses réflexions quotidiennes, la manière dont elle vit "son Alzheimer". Parfois, un flash, qu’elle saisit au vol et consigne soigneusement. Elle nous emmène alors sur ses pas, au Zaïre, avec son mari, ou pendant sa jeunesse, comme infirmière chez les prématurés ou encore adolescente, dans le cinéma de ses parents. »

Mémoire, ma petite mémoire. Alzheimer vu de l’intérieur, de Vicky Dubois (2)

Dans la postface, Martial van der Linden, animateur du blog du Mythe Alzheimer, écrit : « Vicky Dubois contribue, avec sensibilité, sincérité et humour, à redresser cette vision négative et stigmatisante. En s’affranchissant d’une conception strictement déficitaire de cette maladie, elle montre comment elle parvient, en dépit de ses difficultés cognitives, à vivre une vie pleine, joyeuse, affectivement et socialement riche. Ce témoignage est aussi l’histoire d’une vie, telle que reconstruite par celle qu’elle appelle "sa petite mémoire". En ce sens, il s’agit d’un passionnant voyage dans les souvenirs qui définissent l’identité d’une personne (…). Il est inutile, nous explique Vicky Dubois, de se focaliser sur ce qui est perdu. Mieux vaut se concentrer sur ce qui est préservé, et sur tous les beaux moments dont les personnes profiteront encore, en cherchant le bonheur et le réconfort dans les petites choses de l’existence. Il s’agit, à la manière des alchimistes cherchant à transmuter le plomb en or, de créer des moments de plaisir et qui ont du sens, tant pour la personne âgée elle-même que pour ses proches, à partir des "métaux ordinaires" que sont les instants du quotidien. Plutôt que de les infantiliser et de les marginaliser, il est temps de considérer les personnes atteintes de la maladie comme les adultes vulnérables qu’elles sont devenues. » Tout au long de son livre, Vicky Duboisoffre un « guide pratique » de « réappropriation de soi » : être en relation, avoir de l’espoir et de l’optimisme concernant le futur, manifester un sentiment d’identité, donner un sens à sa vie, avoir un contrôle sur sa vie.

Retour haut de page