Approches ethniques et culturelles

Huit cent quatre-vingt-dix mille personnes immigrées âgées de plus de soixante-cinq ans vivent en France.25% d’entre elles ont plus de quatre-vingts ans et trois cent cinquante mille sont issues de pays tiers à l’Union européenne, rappelle Denis Jacquat, député UMP de Moselle, qui, outre le groupe de travail sur les enjeux du vieillissement à l’Assemblée nationale, préside la mission d’information sur les immigrés âgés. Cent quarante mille personnes sont devenues françaises. « Le problème de cette population, c’est qu’elle ne demande rien ! Et pourtant, ces personnes ont des droits et peuvent prétendre au maintien à domicile ou à une place en EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) si leur état le nécessite. Mais culturellement, ces immigrés âgés ne vont pas spontanément vers l’aide à domicile et encore moins vers l’EHPAD. D’où la nécessité de repenser l’offre d’hébergement, notamment de faire de l’institutionnalisation à la carte, en privilégiant les structures de proximité, les petits lieux de vie », explique le député.

Le Mensuel des maisons de retraite, février 2013.

Personnes handicapées vieillissantes

La part des personnes âgées de plus de soixante ans dans les foyers d’accueil médicalisés est passe de 7% à 12% entre 2006 et 2010, selon une étude de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES). Cette avancée en âge pose la question de la dépendance, à l’heure où une faible minorité de structures sont agréées pour accueillir des personnes âgées de plus de soixante ans.

Actualités sociales hebdomadaires, 15 mars 2013.

L’hôpital : une ressource pour le maintien à domicile

Pour l’Observatoire national de la fin de vie, « notre système de santé est construit sur l’idée d’une "fracture" entre la ville et l’hôpital », alors que l’hôpital apparaît comme « une ressource pour le maintien à domicile. Une ressource malheureusement très mal utilisée, à la fois par les acteurs du domicile et par ceux de l’hôpital ». L’Observatoire identifie quatre pistes d’action qui pourraient être explorées par les pouvoirs publics : « aider les professionnels du domicile à anticiper les situations d’urgence et favoriser l’admission directe des patients dans les services hospitaliers, afin d’éviter le passage par les services d’urgence ; former les urgentistes du SAMU à la prise en charge de la fin de vie et développer des référentiels professionnels nationaux ; amener les professionnels et les proches à considérer que le décès à l’hôpital n’est pas nécessairement un échec de la prise en charge à domicile. »

Observatoire national de la fin de vie. Vivre la fin de vie chez soi. Mars 2013. https://sites.google.com/site/observatoirenationalfindevie/rapport.

Rapport Broussy : les réactions (1)

Bernard Ennuyer, sociologue, chercheur associé à l’Université Paris-Descartes et membre du collectif « une société pour tous les âges », critique le caractère « technocratique » du rapport Broussy, et l’absence de réflexion sur le vieillissement. Pour le sociologue, « le vieillissement d’un individu, c’est un processus continu qui commence dès sa naissance  et qui va se poursuivre tout au long de son avancée en âge, cette avancée en âge se traduisant par des évènements de la vie favorables et défavorables  Ce processus et cette dynamique de vie sont  vécus très différemment par les individus en fonction de très nombreux paramètres plus ou moins corrélés : le genre, la classe sociale,  le statut matrimonial , l’état de santé, l’habitat, le  territoire de vie , les sociabilités multiples, la formation , l’éducation, l’emploi,  la  philosophie de vie, la croyance  religieuse, etc. La vieillesse, elle, est définie communément comme la dernière étape de ce parcours de vie.  La vieillesse serait donc la dernière étape, plus ou moins longue, du vieillissement : il y a donc, là aussi, d’innombrables vieillesses en fonction essentiellement du parcours de vie antérieur, c’est-à-dire du parcours de vieillissement des individus. On ne peut donc confondre, comme le font trop d’experts et comme semble le faire le rapport Broussy, vieillissement et vieillesse. Le vieillissement individuel est la totalité du parcours social d’un individu singulier dans une forme d’organisation sociale déterminée et la vieillesse est le résultat de ce parcours social. On ne peut réduire le vieillissement « aux trois âges de la retraite » du rapport, sans catégoriser de façon outrancière des individus réifiés et sommés de rentrer, bon gré, mal gré, dans ces catégories de l’action publique définies en dehors d’eux ». 

www.agevillagepro.com, 9 avril 2013. Broussy L. L’adaptation de la société au vieillissement de sa population : France : année zéro ! Rapport à M. Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’autonomie. Janvier 2013.www.gouvernement.fr/presse/rapports-aquino-broussy-et-pinville-en-vue-de-la-future-loi-d-adaptation-de-la-societe-au-vie(texte intégral).

Rapport Broussy : les réactions (2)

Bernard Ennuyer poursuit : « on ne peut pas non plus confondre, comme semble le faire ce rapport ainsi que  la plupart des experts gériatres,  vieillesse et situation d’incapacité ou situation de handicap  sauf à identifier arbitrairement toute une classe d’âge (soixante-quinze ans et plus) aux 15% de cette classe qui ont des incapacités importantes dans les actes essentiels de la vie quotidienne, ceux qu’on stigmatise habituellement sous le vocable de personnes dépendantes ou, pire, en perte d’autonomie ». N’oublions pas hélas que les situations de handicap traversent tous les âges et que le traitement spécifique  des plus de 60 ans reste aujourd’hui, en France, une mesure discriminatoire envers les plus âgés qui doit être combattue sans relâche. Pour adapter la société française à son vieillissement, les « experts » du rapport Broussy nous proposent, de façon fort peu démocratique…, puisque sans aucune consultation des « vieillissants » concernés par leurs propositions, tout un catalogue de mesures techniques (habitat, ville, quartier, « gérontechnologies », conduite automobile, etc.) plus ou moins sophistiquées, que l’on peut qualifier d’approche gestionnaire rationnelle et technocratique d’une population à « risque », conduisant à une nouvelle ségrégation  des "plus de … ", notamment en proposant la mise en place  d’un "délégué interministériel en charge de l’adaptation de la société française au vieillissement", alors que par ailleurs ce rapport prétend lutter contre les discriminations liées à l’âge… »

www.agevillagepro.com, 9 avril 2013. Broussy L. L’adaptation de la société au vieillissement de sa population : France : année zéro ! Rapport à M. Delaunay, ministre déléguée aux Personnes âgées et à l’autonomie. Janvier 2013.www.gouvernement.fr/presse/rapports-aquino-broussy-et-pinville-en-vue-de-la-future-loi-d-adaptation-de-la-societe-au-vie(texte intégral).

Retour haut de page