Priorité européenne : promotion de la santé mentale

Le Parlement européen s’est prononcé le 19 février en faveur de la promotion de la santé mentale, suivant les recommandations d’un rapport de la députée Evangelia Tzampazi. Le texte invite la Commission à définir des actions de prévention et de traitement des maladies mentales, en direction des groupes les plus vulnérables et notamment les personnes âgées. Les députés insistent sur la nécessité de distinguer la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées des autres maladies mentales.
European Parliament. Committee on the Environment, Public Health and Food Safety. 
Tzampazi E (rapporteur). Report on Mental Health (2008/2209 INI- A6-0034/2009 ). 28 janvier 2009. sante-medecine.commentcamarche.net , 19 février 2009.www.europarl.europa.eu , 11 février 2009.

Priorité européenne : maladie d’Alzheimer

Le Parlement européen a adopté une déclaration écrite sur les priorités à mettre en oeuvre dans la lutte contre la maladie d’Alzheimer. Cette déclaration a été initiée par la députée française Françoise Grossetête, présidente de l’Alliance européenne contre la maladie d’Alzheimer, et ses collègues parlementaires John Bowis, Antonios Trakatellis, Katalin Levai, et Jan Masiel. Les eurodéputés appellent la Commission européenne et les Etats membres à reconnaître la maladie d’Alzheimer comme une priorité de santé publique, et leur demandent d’élaborer un plan d’action européen afin de promouvoir la recherche paneuropéenne sur les causes, la prévention et le traitement de la maladie, améliorer le diagnostic précoce, simplifier les démarches administratives et promouvoir le rôle des associations Alzheimer. La déclaration a reçu le soutien de députés des vingt-sept Etats membres et de tous les groupes politiques, et elle a été adoptée peu de temps après les conclusions du Conseil des ministres des 26 septembre et 17 décembre 2008 sous la présidence française de l’Union.
« Nous invitons maintenant la Commission européenne à suivre les recommandations des Etats-membres et du Parlement européen lors de l’élaboration de son initiative sur la maladie d’Alzheimer prévue en 2009 », déclarent les eurodéputés, qui rappellent qu’à partir de l’âge de quatre-vingt-cinq ans, une femme sur quatre et un homme sur cinq sont touchés en Europe par la maladie. « Le même défi se pose à tous les Etats membres de l’Union européenne sur des questions telles que la recherche, la prévention, le parcours de soins, le développement de nouveaux métiers, la prise en charge des patients et le soutien aux aidants pour faire face à ce fléau. Nous remercions nos collègues députés européens, ainsi que les associations Alzheimer nationales et Alzheimer Europe pour leur soutien. Il est encourageant de constater que le Plan Alzheimer français voulu par Nicolas Sarkozy puisse se décliner au niveau européen ».
Les associations Alzheimer, qui oeuvrent depuis plusieurs années à ce projet, se félicitent de cette nouvelle politique européenne.
Alzheimer Europe Newsletter, janvier 2009. Newspress , www.tv5.org , 5 février 2009.www.fundacionalzheimeresp.org jano.es , 5 février 2009. www.deutsche-alzheimer.de , 13 février 2009.

Plan de relance américain : la dimension santé

Après un vote favorable du Congrès le 13 février, le président Obama a signé un plan de relance (American Recovery and Reinvestment Act) sans précédent dans l’histoire américaine. Ce plan, complexe, prévoit 499 milliards de dollars (395 milliards d’euros) de nouvelles dépenses fédérales et 288 milliards de dollars (228 milliards d’euros) de réduction d’impôts, afin de préserver ou de créer 3.5 millions d’emplois dans les deux premières années de la nouvelle présidence. Plusieurs mesures du plan concernent la santé : 59 milliards de dollars (46.7 milliards d’euros) pour les soins, 87 milliards de dollars (68.9 milliards d’euros) pour financer le système de protection sociale Medicaid . Le développement et la mise en œuvre d’une infrastructure nationale informatique pour l’échange des données de santé recevront 2 milliards de dollars (1.6 milliard d’euros). Les programmes de prévention auront un budget d’un milliard de dollars (0.8 milliard d’euros) et les essais cliniques 1.1 milliard (0.9 milliard d’euros). Les instituts nationaux de la santé (NIH) recevront 7.4 milliards de dollars (5.9 milliards d’euros), notamment pour la recherche biomédicale sur la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, le cancer et les maladies cardio-vasculaires.
L’Association Alzheimer se félicite de cette décision, qui signifie qu’un plus grand effort sera fait pour la prévention et le traitement de la maladie d’Alzheimer.
Family Caregiver Alliance , 18 février 2009. Alzheimer Foundation of America , 19 février 2009.

Aide aux aidants: quelle politique pour l’équipe Obama ?

L’éditorial du New York Times du 27 janvier plaide pour que l’administration Obama et le Congrès « étendent la protection sociale fédérale aux employés à domicile » et « s’assurent que l’aide à domicile, un secteur porteur de croissance au XXIème siècle, crée de bons emplois ». Selon le journal, les employés à domicile font partie des personnels les plus mal payés et les plus exploitables. Ceci est dû en partie à une décision de la Cour suprême de 2007, qui a refusé la protection sociale aux employés à domicile dans le cadre fédéral.
New York Times , 27 janvier 2009. Family Caregiver Alliance. 4 février 2009.

Plan Alzheimer anglais : dix-sept recommandations

En Angleterre, le département de la santé a lancé son premier plan stratégique sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées (National Dementia Strategy for England-Living well with dementia) . Il s’agit de la quatrième initiative politique du genre, après la Norvège, l’Ecosse et la France. Le plan anglais a été élaboré à partir d’une large consultation (cinquante réunions, six cents contributions écrites) coordonnée par le Pr Sube Banerjee, professeur de santé mentale et vieillissement à l’Institut de psychiatrie du King’s College de Londres et Jenny Owen, directrice du service de santé communautaire du Conseil du comté de l’Essex. Les branches locales des sociétés Alzheimer ont soutenu des équipes de recherche pour interviewer des personnes malades afin que leur voix soit entendue. Le plan Alzheimer anglais propose dix-sept recommandations : 1/une campagne nationale d’information du grand public, pour une meilleure compréhension de la maladie et une réduction de la stigmatisation ; 2/le développement et l’amélioration des services de détection spécialisée des troubles de la mémoire ; 3/une meilleure information sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées ; 4/un conseiller Alzheimer (dementia adviser) , personne référente pour la personne malade et la famille après le diagnostic ; 5/davantage de soutien par les pairs (peer support) à travers des groupes de soutien et des cafés Alzheimer ; 6/un meilleur accompagnement à domicile ; 7/une amélioration de l’aide aux aidants, en développant l’accès dans tous les territoires (programme Carer’s Strategy ) ; 8/une amélioration des soins hospitaliers, avec un médecin en charge de la maladie d’Alzheimer et des équipes de soutien dans chaque hôpital ; 9/un meilleur accompagnement avant ou après une hospitalisation (intermediate care) ; 10/un habitat et des technologies adaptés à la maladie d’Alzheimer, afin que les urbanistes et les bailleurs se préparent aux besoins actuels et futurs des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer vivant à domicile; 11/Une amélioration des soins et de l’accompagnement en établissement, avec un référent Alzheimer et un meilleur accès à une aide spécialisée, afin d’offrir aux personnes malades un environnement stimulant et réduire l’usage des médicaments sédatifs ; 12/un meilleur accompagnement de la fin de vie, notamment pour les directives anticipées et la prise en charge de la douleur ; 13/des personnels mieux formés, tant dans le secteur sanitaire (National Health Services) que dans les services sociaux ; 14/ une meilleure planification des dispositifs ; 15/une régulation et une inspection des services pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées (Care Quality Commission) ; 16/la recherche médicale (le département de la santé collaborera avec leMedical Research Council pour développer un plan pour la recherche concernant la maladie d’Alzheimer au Royaume-Uni) ; 17/un soutien national et régional aux meilleures pratiques de soins et d’accompagnement de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées(dementia care). 
Department of Health. National Dementia Strategy for England. Living well with dementia.Février 2009. alzheimers .org.uk , 4 février 2009. Living with dementia. Février 2009.

Retour haut de page