Prix Mutualité française-Fondation Médéric Alzheimer 2012

Le prix conjoint 2012 de la Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) et de la Fondation Médéric Alzheimer a été remis par leurs présidents respectifs, Etienne Caniard et Bruno Anglès d’Auriac, à la Résidence de l’Arche de Charvieu-Chavagneux (Isère), une structure gérée par la Mutualité Française Isère. Ce prix récompense les expériences innovantes qui contribuent à la qualité de vie des personnes concernées par la maladie d’Alzheimer. « À la Résidence de l’Arche, des résidents et leurs familles sont accueillis au sein d’un atelier animé par un soignant et une psychologue. La prise en compte de l’entourage dans l’accompagnement des personnes malades s’avère en effet primordiale. Cet atelier a permis une meilleure acceptation par les familles des troubles de leur proche et une plus grande aisance dans leurs relations avec l’établissement ». L’expérience devrait être généralisée en 2013 par Générations mutualistes, le réseau famille de la Mutualité Française.

Agence fédérale d’information mutualiste, 20 octobre 2012.

Trophées Direction(s) 2012

Les Trophées du magazine professionnel Direction(s) récompensent les démarches exemplaires de management dans le secteur médico-social. Cette année, c’est le CHU de Limoges qui a été primé pour son URSG (unité de recours et de soins gériatriques), une structure proposant un accès préférentiel aux services du CHU pour les résidents des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) ayant signé une convention de partenariat. Les délais d'attente sont écourtés. Les résidents ne transitent pas par le service des urgences, mais sont accueillis directement par l'unité de recours et de soins gériatriques. Les examens sont regroupés pour un même patient. Dès que l’état de santé ne nécessite plus de soins techniques et continus, le résident peut retourner dans son établissement d'origine.

À bicyclette

La Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) a donné son accord à une expérimentation en 2013 en partenariat avec La Poste, qui va mobiliser son réseau de facteurs pour un repérage des situations à risque dans la perte d’autonomie.

www.agevillagepro.com, 17 octobre 2012.

Venez quand vous pouvez, partez quand vous le devez : la rencontre des esprits

Come when you can, leave when you must: Richard Taylor, docteur en psychologie qui vit avec les symptômes de la maladie d’Alzheimer, propose sur le site www.DementiaSupportNetworks.com deux conférences virtuelles, intitulées « A Meeting of the Minds » (la rencontre des esprits), l’une pour les Etats-Unis, l’autre pour le Canada, qu’il anime avec Laura Bramly, une ancienne aidante. L’objectif est d’aider des groupes de soutien à se structurer à partir d’un Café Alzheimer. Les participants à la conférence sont des personnes ayant déjà monté avec succès un Café Alzheimer, qui échangent avec d’autres qui souhaitent en monter un.

Les conseils des orthophonistes : rétablir la communication

À Metz (Moselle), un appartement accueille un après-midi par semaine des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer vivant encore chez elles, accompagnées de leurs aidants. L’Alz’Apart, un lieu indépendant de toute structure médicalisée, a été créé il y a quatre ans par quatre orthophonistes, en activité ou en retraite. Dans un logement de soixante-quinze mètres carrés, quasi gratuit, loué au bailleur social Metz Habitat Territoire, les orthophonistes reçoivent bénévolement et sans rendez-vous le lundi après-midi cinq couples en moyenne. Les aidants sont libres de rester ou non. Annette Prochasso, orthophoniste libérale et initiatrice du projet, explique : « Notre métier d’orthophonistes, c’est la communication. Or, celle-ci finit parfois par être inexistante quand, à cause de cette maladie, on ne se comprend plus, ce qui engendre souvent de l’agressivité. Avec les malades, on essaie de maintenir les capacités restantes et on propose aux aidants des vidéos, diaporamas et discussions pour rétablir cette communication ». Ils apprennent à poser des questions fermées, dont la réponse est oui ou non, à raccourcir leurs phrases, ou à reformuler leurs questions. L’association reçoit des subventions pour financer la venue d’intervenants extérieurs animant des ateliers théâtre ou photo. Elle fait payer sept euros par famille et par après-midi.

Retour haut de page