Mobilisation nationale contre l’isolement des personnes âgées

François Hollande, président de la République, Najat Vallaud-Belkacem, qui était alors ministre des Droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports, et François Chérèque, président de l’Agence du service civique et membre fondateur de l’association MONALISA (mobilisation contre l'isolement des âgés), ont rencontré deux jeunes volontaires en service civique à L’Escale, un local d’accueil des petits frères des Pauvres à Paris. Le président de la République a souligné l'enjeu de la mobilisation de tous dans cette année placée sous le signe de l'engagement associatif. Il a également présenté une série de dispositions afin de développer le service civique. Dans ce cadre, trois cents jeunes seront mis à disposition du projet MONALISA sur trois ans. La Fondation Médéric Alzheimer est signataire de la charte MONALISA et membre du groupe de suivi opérationnel.

Forfait temps libre pour les aidants

Depuis novembre 2013, la Mairie de Paris, la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV) et l’Agence régionale de santé Île-de-France (ARS) ont lancé l’expérimentation « Forfait temps libre » sur le territoire de Paris Ouest (15ème, 16ème et 7ème arrondissements de Paris). Ce forfait s’adresse aux aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées vivant ensemble, au même domicile, sur le territoire Paris Ouest. L’aidant, moyennant 5 €/heure, pourra bénéficier de quarante-huit heures de temps libre annuel, son proche malade étant confié à son domicile à une auxiliaire de vie formée à l’accompagnement des malades d’Alzheimer ou de troubles apparentés. L’auxiliaire de vie proposera des activités adaptées en fonction de l’état d’avancement de la maladie et des habitudes de vie de la personne malade. Les quarante-huit heures annuelles sont utilisées en fonction des besoins de l’aidant (par exemple seize temps libres de trois heures par an, ou bien douze temps libres de trois heures par an, etc). L’utilisation du forfait temps libre doit respecter les principes suivants : les plages horaires doivent être de trois heures minimum (pour des raisons d’organisation du travail des auxiliaires de vie notamment, ainsi que pour assurer un réel bénéfice de répit à l’aidant) ; en soirée, le forfait temps libre n’est mobilisable que jusqu’à 20 heures au plus tard ; le forfait temps libre n’est pas mobilisable la nuit. La plateforme d’accompagnement et de répit Jeanne Garnier (Paris 15ème) évalue la situation de l’aidant, ses besoins et l’octroi de la prestation.

Fondation Médéric Alzheimer : Appel à projets Initiatives locales (1)

Le neuvième Appel à projets de la Fondation Médéric Alzheimer est lancé. La première thématique est intitulée : Maladie d’Alzheimer : l’établissement au cœur d’une offre de soins sur son territoire. « Du fait du cloisonnement historique, notamment financier, entre les domaines de l’institution et du domicile, et aussi en raison de la perception encore négative des établissements par le grand public, la création de passerelles vers le domicile s’avère difficile malgré les efforts et la bonne volonté de certaines institutions », souligne la Fondation. « Dans ce contexte, et compte tenu de la situation globale de rationalisation budgétaire dans le secteur sanitaire et médico-social, des solutions nouvelles seraient à imaginer afin que les établissements qui le souhaitent deviennent des pôles de ressources et de développement local au service de la personne âgée atteinte de troubles cognitifs vivant à domicile dans leurs zones géographiques d’intervention. Ouvrir une partie de leurs prestations, en inventer de nouvelles en direction de ces personnes, permettrait de mieux répondre à des besoins non ou insuffisamment couverts tout en optimisant des équipements et services déjà existants dans ces établissements. »

9ème Appel à projets Initiatives locales de la Fondation Médéric Alzheimer, 16 juillet 2014.  www.fondation-mederic-alzheimer.org/content/download/18336/81406/file/FMA-Appel%20a%20projets%20IL%202014%20web.pdf(texte intégral).

Fondation Médéric Alzheimer : Appel à projets Initiatives locales (2)

La deuxième thématique de l’appel à projets est intitulée : Les personnes atteintes de troubles cognitifs actrices de leur vie. « Par peur de l’échec ou par angoisse, les personnes malades sont parfois amenées à se replier sur elles-mêmes et à s’isoler. Les conséquences de ces déficits sont redoublées par les représentations sociales, encore largement négatives, de la maladie d’Alzheimer ou de maladie apparentée, et par la stigmatisation attachée à ces pathologies », rappelle la Fondation. « Le risque est grand en effet de faire disparaître les personnes derrière leurs symptômes et de négliger, voire d’oublier, de recueillir leur avis, leur assentiment ou leur refus. Néanmoins, s’il est rendu difficile, le dialogue avec une personne malade n’est pas impossible, pour peu que soient créés un environnement et des conditions favorables. Grâce à cet environnement adapté aux aptitudes restantes, les malades, encore en mesure de s’exprimer, peuvent être sollicités et associés aux décisions individuelles et collectives qui les concernent, afin que soient respectés leurs droits et leurs choix. » L’enjeu de cet appel à projets est de promouvoir la recherche de voies nouvelles, tant dans l’organisation quotidienne qu’à des moments clés, pour permettre aux personnes, rendues invisibles du fait de leur maladie, de demeurer actrices de leur propre vie, à mesure de leurs moyens. »

9ème Appel à projets Initiatives locales de la Fondation Médéric Alzheimer, 16 juillet 2014.  www.fondation-mederic-alzheimer.org/content/download/18336/81406/file/FMA-Appel%20a%20projets%20IL%202014%20web.pdf(texte intégral).

Fondation Médéric Alzheimer : Appel à projets Initiatives locales (3)

La troisième thématique de l’appel à projets est intitulée : Maladie d’Alzheimer : cultures, diversité, identité. Des pratiques nouvelles pour mieux accompagner. Aux populations venues au cours des dernières décennies du Maghreb, de pays asiatiques ou d’Afrique francophone s’ajoutent une immigration plus récente issue des pays d’Europe de l’Est. « À la différence culturelle s’ajoutent la barrière linguistique et les représentations de la maladie au sein de ces différentes populations », souligne la Fondation Médéric Alzheimer. « Le fait que la maladie d’Alzheimer soit parfois abordée de manière différente selon les cultures permet ainsi de découvrir d’autres manières de comprendre la maladie et d’envisager sa prise en charge et son accompagnement. La question de la maladie d’Alzheimer dans ces populations de migrants qui vieillissent en France est encore mal appréhendée par le système d’aide et d’hébergement collectif et de soins. De fait, les personnes d’origine immigrée qui développent des troubles cognitifs sont peu représentées dans les dispositifs de prise en charge (lieux de diagnostic, structures d’hébergement et de soins, et même services à domicile). Le faible recours aux services d’aide est dû à la situation de précarité et de pauvreté, de mauvais état de santé de certaines de ces personnes, au moindre accès à une information compréhensible, et pour d’autres à la solitude. De plus, les pratiques institutionnelles ne tiennent pas suffisamment compte des différences et spécificités linguistiques, culturelles ou religieuses », note la Fondation. « Par ailleurs, dans nombre de structures et services gérontologiques, les travailleurs migrants sont bien représentés parmi les professionnels, ce qui peut être à la fois source de difficultés et une richesse supplémentaire dans la façon de prendre soin. »

9ème Appel à projets Initiatives locales de la Fondation Médéric Alzheimer, 16 juillet 2014.  www.fondation-mederic-alzheimer.org/content/download/18336/81406/file/FMA-Appel%20a%20projets%20IL%202014%20web.pdf(texte intégral).

Retour haut de page