Courtepointes

Un groupe d'aînés de la région de Saint-Adolphe, au Manitoba (Canada), se rencontre afin de confectionner des courtepointes tactiles dans le cadre du projet Touch Quilt (couvertures en patchwork). Ces couvertures aux couleurs vivantes et textiles divers seront offertes aux personnes vivant dans les maisons de retraite de la province. Depuis 2010, plus de cinq mille courtepointes ont été distribuées. « Ces courtepointes ont trente-six carrés sur lesquels on ajoute parfois des perles, des rubans ou des cordes, explique une participante. Cela offre différentes textures à toucher pour la personne qui reçoit la "couverte". » La Société Alzheimer indique aux participants que le toucher est l’élément le plus important de la courtepointe. Par conséquent, elle les encourage à créer des "couvertes" [couvre-lits] composées de carrés en tissus de couleurs vives et de textures variées. Chaque carré de quinze centimètres de côté a la grandeur d’une main moyenne. « L’idée est de varier les carrés pour que la personne qui touche les différentes textures ressente diverses émotions, dit Jacqueline Morin, une des participantes. Cela va peut-être éveiller leur mémoire. » Les petites couvertures sont conçues pour offrir des éléments interactifs afin d’occuper les mains agitées des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démence. « Leurs mains bougent tout le temps, alors on ajoute des fermetures Éclair et des poches pour aider ces personnes à se tenir occupées. La courtepointe est aussi de la bonne taille pour aller sur les genoux des personnes qui sont dans des fauteuils roulants. » Les tissus doivent être lavables et résistants parce qu’ils seront souvent mis dans des machines à laver commerciales utilisées dans les établissements. Lorsqu'elle reçoit un bon nombre de courtepointes complétées, la Société Alzheimer du Manitoba en fait don à une maison de retraite, et fait de la publicité autour de l’événement, « pour accroître l'acceptation et le soutien des personnes atteintes de démence » par le grand public.

Nourrir des chatons : une nouvelle vie pour tous

Dans une maison de retraite à Catalina Springs (Arizona, Etats-Unis), les résidents atteints d'Alzheimer ont pour compagnons des petits chats qui appartiennent à un refuge pour animaux abandonnés. « Les chatons étaient promis à une mort certaine, et comme le refuge ne disposait pas de fonds suffisants, il devenait très difficile de les sauver. Heureusement, grâce à ce partenariat d'un nouveau type avec cette maison de retraite, ces chats vont pouvoir vivre une nouvelle vie. Et ça marche ! Les chats jadis si maigres, décharnés et malades, sont désormais comblés d'amour et pleins de vie… Et les anciens ont également bien besoin de cette compagnie animale, qui stimule leur sociabilité et leurs facultés de communication. » « Pour certaines personnes, cela peut paraître bizarre que ces résidents qui ont besoin que l'on prenne soin d'eux au quotidien se voient attribuer la tâche de prendre eux-mêmes soin d'un petit être lui aussi si fragile », explique la directrice de l’établissement. « Mais il existe des savoir-faire, des attitudes, des émotions et des besoins qui ne quitteront jamais un être humain, même s'il est atteint de la maladie d'Alzheimer ou de tout autre symptôme de neurodégénérescence." Selon elle, en effet, le désir de donner et de recevoir de l'amour perdure, et c'est parfois même l'une des dernières choses qui reste. Ces chatons donnent ainsi aux résidents l'opportunité de nourrir ce besoin humain si précieux. Les résultats sont prometteurs, pour l'instant : « de nombreux souvenirs enfouis semblent avoir refait surface, juste par le fait de prendre soin de ces bébés animaux », explique à ABC News Rebecca Hamilton, responsable des services de soins. « Les patients commencent à se remémorer des souvenirs longtemps oubliés de chiens, de chats qu'ils ont eu pendant leur enfance, ou encore de leurs propres enfants. Il suffit de voir les sourires sur leurs visages pour se dire que ce partenariat est la plus belle chose qui soit arrivée, pour ces chats comme pour ces personnes âgées. »

Retour haut de page