Participation à un groupe récréatif : concept et mesure

Jiska Cohen-Mansfield, de l’École de santé publique à l’Université de Tel-Aviv (Israël), et ses collègues, proposent un cadre théorique validé pour l’étude de l’activité récréative en groupe (Comprehensive Process Model of Group Engagement) et un outil d’évaluation (GOME-Group Observational Measurement of Engagement). Cent quatre personnes atteintes de démence ont participé à dix groupes d’activités différentes, chaque activité étant proposée deux fois en ordre aléatoire. Après chaque activité de groupe, les chercheurs et les animateurs ont évalué de façon indépendante la participation au niveau individuel (durée et niveau de participation) et collectif (interactions positives et négatives entre membres du groupe).

Cohen-Mansfield J et al. Group engagement in persons with dementia: The concept and its measurement. Psychiatry Res 2017; 251:237-243. 6 février 2017. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28214783.

Privilégier les approches non médicamenteuses

« Pour traiter la maladie d’Alzheimer, le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) préconise de privilégier les interventions non médicamenteuses, afin de limiter les troubles cognitifs et psycho-comportementaux et permettre de prolonger le maintien à domicile, bien que leur niveau de preuve soit limité. La stratégie thérapeutique est pluridisciplinaire et comporte un plan de soins et d’aides intégrant l’accompagnement du patient et des aidants. La prise en charge médicale comporte ainsi l’intervention d’infirmières et selon les cas, d’un kinésithérapeute, d’un orthophoniste, d’un psychomotricien, d’un ergothérapeute ou d’un psychologue ou psychiatre. Les symptômes comportementaux (agitation, agressivité, désinhibition) des démences peuvent être améliorés notamment par des approches complémentaires (musicothérapie, aromathérapie, ou massages par exemple). Le niveau de preuve de leur efficacité reste faible et l’approche sociale liée à l’accompagnement de ces patients est essentielle. Les symptômes psychologiques (anxiété, dépression, apathie, irritabilité, états délirants) peuvent bénéficier d’activités récréatives adaptées. À côté des thérapeutiques non médicamenteuses, il faut aussi discuter de la pertinence d’un traitement par psychotropes, qui sont à évaluer en fonction du contexte global du patient. La formation des aidants sur la maladie et sa prise en soins est essentielle. Les patients doivent aussi être accompagnés sur le plan médico-social et doivent pouvoir bénéficier d’aides à domicile, d’accueils de jour ou de répit, voire d’une protection juridique si elle s’avère nécessaire.

Druais PL et al. Quel rôle du médecin généraliste face à la maladie d’Alzheimer ? Journal international de médecine, 4 février 2017. www.jim.fr/e-docs/quel_role_du_medecin_generaliste_face_a_la_maladie_dalzheimer__163576/document_edito.phtml(texte intégral).

Évaluation des capacités préservées dans la démence sévère

Jérôme Erkes, neuropsychologue et directeur Recherche et développements du cabinet de formation AG&D, en collaboration avec l’Université de Montpellier-3 auprès de deux cents personnes présentant des troubles cognitifs modérés à sévères, a construit et validé un nouvel outil d’évaluation (MAS-Montessori Assessment System), qui vise à mettre en évidence des capacités préservées pouvant servir de support à des interventions psycho-sociales. « Huit activités, basées sur les principes et techniques de la méthode Montessori, sollicitent une variété de capacités habituellement non évaluées dans les outils classiques, telles que la lecture, les capacités d’imitation, des capacités de motricité fine et globale, l’utilisation de modèles, l’utilisation d’une aide externe, la capacité à donner son avis. L’objectif de l’outil est de fournir des informations permettant l’établissement d’un projet d’accompagnement ou de réhabilitation pour la personne évaluée. En effet, certaines des capacités évaluées sont utilisées dans des activités de la vie quotidienne, telles que l’habillage ou l’alimentation. La MAS informe également sur les niveaux d’aide dont peut avoir besoin la personne pour pouvoir répondre positivement à une consigne, ainsi que sur ses capacités sociales et de communication. Ces informations peuvent donc être directement applicables par les aidants au quotidien. » [La méthode Montessori, à l'origine destinée aux enfants, a été adaptée aux personnes atteintes de maladie d'Alzheimer ou de maladies apparentées par le neurologue américain Cameron Camp. Elle vise à épanouir au maximum les différentes sensibilités, dans un cadre adapté aux besoins psychologiques, en respectant les rythmes propres et les particularités individuelles, et en promouvant la vie sociale].

Erkes J. La Montessori Assessment System : un outil d’évaluation des capacités préservées dans la démence sévère. Rech Vieil 2017 ; 9 : 5. Janvier 2017.  www.statistiques-recherches.cnav.fr/images/publications/lettre-info-gdr/GDR-Lettre-information-9.pdf.

Perte de la vision en établissement

Une étude menée par Estefania Chriqui, de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal, auprès de cent cinquante résidents de maison de retraite, montre que 37% d’entre eux présentent une déficience visuelle (acuité visuelle en vision de loin inférieure à 20/40 pour le meilleur œil). Des verres correcteurs ont amélioré la vision dans 40% des cas. Après correction, les trois motifs les plus fréquents de déficience visuelle sont la cataracte (qui peut être opérée), la dégénérescence maculaire liée à l’âge et le glaucome à angle ouvert (qui peut être stabilisé). Pour les auteurs, il est important d’offrir des services d’évaluation et de correction de la vision à ces personnes, sachant que nombre d’entre elles ne sont pas capables d’exprimer leurs besoins visuels. Hélène Kergoat, professeur d’optométrie au centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, et ses collègues, ont développé, auprès de ces cent cinquante résidents, un test de détection de l’acuité visuelle sur un écran de tablette à haute résolution iPad Retina (Apple). Trois chartes visuelles (optotypes) ont été proposées à des personnes atteintes de démence : des lettres, des nombres et des E renversés.  15% des personnes ne répondent à aucun optotype. 85% répondent aux lettres, 84% aux nombres et 66% aux E renversés. L’acuité visuelle est supérieure pour la lecture des lettres. La mesure de l’acuité visuelle sur tablette concorde dans plus de 80% des cas avec celle obtenue par un optométriste réalisant un examen complet. Un algorithme de décision a été validé.

Chriqui E et al. Visual impairment in older institutionalised Canadian seniors with dementia. Ophthalmic Physiol Opt 2017 ; 37(2) : 225-233. Mars 2017.

www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28211177. Kergoat H et al. Tool for Screening Visual Acuity in Older Individuals With Dementia. Am J Alzheimers Dis Other Demen 2017 ; 32(2) : 96-100. Mars 2017. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28116912.

Perte de la vision, démence et activité porteuse de sens

L’Institut royal des personnes aveugles (RNIB) et Alzheimer Ecosse proposent un guide intitulé : « Démence et perte de la vision : ce que vous devez savoir ». Un module d’apprentissage à distance par Internet (e-learning) a été développé pour l’occasion et mis en ligne au 1er mars 2017. Ces actions s’inscrivent dans le cadre d’un projet soutenu par le programme Vision 2020 UK. Un comité scientifique a été constitué en collaboration avec les services nationaux de la santé britanniques (NHS) et plusieurs journées de sensibilisation ont été organisées. La rédaction du guide a été précédée d’une revue de de la littérature sur le sujet et d’une enquête auprès de professionnels, réalisée par Alison Dawson et ses collègues, de l’Université de Stirling (Ecosse) pour la Fondation Thomas Pocklington, sur la façon d’apporter un soutien à des personnes qui continuent à participer à des activités qu’elles apprécient (porteuses de sens) lorsqu’elles sont à la fois atteintes de démence et de perte de la vision.

Royal National Institute of Blind People - Alzheimer Scotland. Dementia and sight loss. 2 février 2017. www.rnib.org.uk/sites/default/files/APDF-COU091605%20Update%20Sight%20loss%20dementia%20leaflet.pdf (texte intégral).

E-learning : https://rnib.enetlearn.com/Dementia, 1er février 2017. Comité scientifique : Papers for VISION 2020 UK Dementia & Sight Loss Committee, 23 mars 2016. www.vision2020uk.org.uk/papers-for-vision-2020-uk-dementia-sight-loss-committee-23-march-2016/(texte intégral). Dawson A et al. Sight loss, dementia and meaningful activity: A scoping study. University of Stirling. Report for Thomas Pocklington Trust. Septembre 2016. www.pocklington-trust.org.uk/wp-content/uploads/2016/10/Sight-Loss-Dementia-and-Meaningful-Activity-Final-report-050916.docx (texte intégral). Thomas Pocklington Trust. Research Discussion Paper, 16 octobre 2016. www.pocklington-trust.org.uk/wp-content/uploads/2016/10/RDP-16-Dementia-sight-loss-and-meaningful-activity.pdf (texte intégral)

Retour haut de page