Médicaments : quelle utilité ?

Olivier de Ladoucette, président de l’IFRAD (Fondation pour la recherche sur Alzheimer) et psycho-gériatre au Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière, estime que « la plupart des médecins reconnaissent désormais que les produits aujourd’hui proposés, s’ils ont un intérêt limité, restent utiles, ne serait-ce que parce qu’on a le sentiment, en France tout du moins, qu’une maladie sans médicament est démédicalisée. Les traitements créés ont permis de suivre les patients et de limiter leur déclin, mais également de les inclure dans les filières de soin médicales et psychosociales, dont certaines études montrent le bénéfice. In fine, on peut donc considérer que les produits disponibles actuellement sont utiles. » Pour le Professeur Jacques Touchon, directeur du centre mémoire de ressources et de recherche (CMRR) et chef de service de neurologie au CHU de Montpellier, « l’efficacité de ces médicaments est modeste, mais elle existe » : une « leçon irréfutable » est que l’arrêt du traitement réduit les capacités fonctionnelles.

Lilly France. Maladie d’Alzheimer. Regards croisés. Actes de la table ronde à la maison de la recherche, 24 avril 2013.

Équilibre postural et cognition : indiçage auditif rythmique

La marche des personnes âgées est perturbée lorsqu’une tâche cognitive secondaire exigeante est demandée. Linda Maclean, de l’école de psychologie et neuroscience de l’Université de Saint Andrews (Royaume-Uni) a mené une étude multicentrique randomisée portant sur quarante-cinq personnes en bonne santé, âgées de soixante-cinq ans et plus. Un entraînement musical rythmique peut améliorer la stabilité de la marche sans impact négatif sur le fonctionnement cognitif concurrent. Pour les auteurs, cela pourrait potentiellement augmenter la « réserve posturale » et réduire le risque de chute.

Et chez les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer ? Une étude menée par Joanne Wittwer, du centre de recherche musculo-squelettique de l’Université La Trobe à Melbourne, auprès de trente personnes ayant un diagnostic de maladie d’Alzheimer probable et capables de marcher cent mètres, montre qu’une intervention d’indiçage auditif rythmique est malheureusement délétère, probablement en raison du déficit de la fonction exécutive associée à la maladie d’Alzheimer. Les méthodes doivent être adaptées.

Maclean LM et al. The Effect of Rhythmic Musical Training on Healthy Older Adults' Gait and Cognitive Function. Gerontologist, www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23723435. 30 mai 2013. Wittwer JE et al. Effect of rhythmic auditory cueing on gait in people with Alzheimer disease. Arch Phys Med Rehabil 2013; 94(4):718-724. Avril 2013.

www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23159787.

Équilibre postural et cognition : exercice physique

L’équipe de Tibor Gondos, de l’Université Semmelweis de Budapest (Hongrie), a mené un essai contrôlé randomisé auprès de quatre-vingt-six personnes âgées de soixante ans et plus, atteintes de troubles cognitifs, hébergées en établissement. Une intervention multimodale d’exercice physique de douze mois améliore significativement l’équilibre (évalué sur l’échelle POMA-Performance Oriented Mobility Assessment).

Au Canada, le centre d’épidémiologie et d’évaluation clinique de l’Université de Colombie-britannique à Vancouver, dans un essai contrôlé et randomisé auprès de quatre-vingt-six femmes âgées de soixante-dix à quatre-vingts ans vivant à domicile, montre qu’un entraînement d’endurance (resistance training) ou un entraînement aérobique [gymnastique qui oxygène les tissus par des mouvements rapides effectués en musique] sont deux interventions plus efficaces et moins coûteuses que des séances d’équilibre et tonicité après six mois d’intervention.

Kovács E et al. Effects of a multimodal exercise program on balance, functional mobility and fall risk in older adults with cognitive impairment: a randomized controlled single-blind study. Eur J Phys Rehabil Med, 2 juillet 2013. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23820879. Davis JC et al. An economic evaluation of resistance training and aerobic training versus balance and toning exercises in older adults with mild cognitive impairment. PLoS One 2013 : 8(5): e63031. 14 Mai 2013.

www.plosone.org/article/fetchObject.action?uri=info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0063031&representation=PDF (texte intégral).

Équilibre postural et cognition : revue des technologies

Tony Szturm, du département de kinésithérapie, et ses collègues des départements de psychologie et de génie mécanique de l’Université du Manitoba (Canada), proposent une revue systématique des interventions combinées, assistées par la technologie, pour la prévention et la prise en charge des troubles de l’équilibre, du regard, de la mobilité et du déclin cognitif lors de l’avancée en âge.

Szturm T et al. Technology-assisted and motivational programme for a blended approach to prevent and manage balance, gaze, mobility and cognitive decline with age. OA Evidence-Based Medicine, avril 2013.

www.oapublishinglondon.com/images/article/pdf/1372510388.pdf.

Équilibre postural : réhabilitation de la perception plantaire

La perception plantaire est un déterminant important de l’équilibre postural. Une étude contrôlée et randomisée, menée par Hideki Nakano, du département de neuro-réhabilitation de l’Université Kio à Nara (Japon), auprès de quatre-vingt-six personnes âgées en moyenne de 73.8 ans, montre qu’une intervention consistant à discriminer par la plante des pieds la dureté de tapis de sol en mousse de différentes densités, améliore significativement la perception plantaire et l’accélération de la marche (mais pas la vitesse de marche). Cet apprentissage peut efficacement stabiliser le contrôle postural durant la marche chez les personnes âgées.

Nakano H et al. Effect of a plantar perceptual learning task on walking stability in the elderly: a randomized controlled trial. Clin Rehabil 2013; 27(7): 608-615. Juillet 2013. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23405022.

Retour haut de page