Accès aux soins palliatifs (1)

Aujourd’hui, aux Etats-Unis, les services de soins palliatifs demandent un certificat du médecin traitant attestant que le patient a moins de six mois à vivre, et le patient doit signer un formulaire pour déclarer qu’il choisit les soins de confort plutôt qu’un traitement curatif. Les services de soins palliatifs accueillent peu de personnes atteintes de démence (10% des patients), leur espérance de vie étant citée comme l’un des principaux freins à l’admission. « Qu’un patient atteint de maladie d’Alzheimer au stade avancé vive un mois, six mois ou plus, il doit avoir accès à des soins palliatifs de haute qualité s’il le souhaite ». déclarent Susan Mitchell et ses collègues, du Hebrew Senior Life Institute for Aging de l’école médicale de Harvard (Boston, Etats-Unis), qui considèrent que la démence avancée est une maladie terminale au même titre que le cancer, mais qu’elle n’est pas encore reconnue comme telle (Mitchell SL et al, 2009).

Mitchell SL, Miller SC et al. Prediction of 6-month survival of nursing home residents with advanced dementia using ADEPT vs hospice eligibility guidelines. JAMA 2010; 304(17): 1929-1935. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21045099. 3 novembre 2010. www.eurekalert.org, 2 novembre 2010. Mitchell SL, Teno JM et al. The clinical course of advanced dementia. N Engl J Med 2009; 361(16):1529-1538. 15 octobre 2009. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19828530.

Accès aux soins palliatifs (2)

Les critères actuels d’éligibilité à des soins palliatifs utilisés par le système Medicare prédisent correctement la survie dans 55% des cas. Les chercheurs ont développé une échelle de pronostic de survie (ADEPT-Advanced Dementia Prognostic Tool) permettant d’établir un score de risque. Cette échelle de douze critères, testée auprès de six cent–six résidents de maisons de retraite, et comprenant notamment l’âge, la capacité respiratoire, l’incontinence fécale et la perte de poids, permet de prédire correctement la survie dans 67% des cas. A six mois, la mortalité est de 18.3%. L’échelle ADEPT, qui doit être validée de façon prospective au lit du malade et utilisée comme une mesure continue, permet d’identifier les personnes à risque élevé de mortalité. Si elle donne de meilleurs résultats que l’échelle Medicare, l’échelle ADEPT n’est pas parfaite. Pour Susan Mitchell et ses collègues, « parce que nous ne pouvons prédire avec un haut degré de précision qui mourra dans six mois, l’éligibilité aux soins palliatifs (hospice care) doit être guidée par la préférence de la personne malade et de sa famille pour le confort, et non par l’espérance de vie ».

Mitchell SL, Miller SC et al. Prediction of 6-month survival of nursing home residents with advanced dementia using ADEPT vs hospice eligibility guidelines. JAMA 2010; 304(17): 1929-1935. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21045099. 3 novembre 2010. www.eurekalert.org, 2 novembre 2010. Mitchell SL, Teno JM et al. The clinical course of advanced dementia. N Engl J Med 2009; 361(16):1529-1538. 15 octobre 2009. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19828530. 

Intérêts composés

La chaîne de clinique de santé mentale ATC (American Therapeutic Corporation) est accusée par la justice américaine d’avoir payé des commissions occultes aux propriétaires et aux opérateurs de résidences service pour leur adresser des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer et autres démences, afin qu’ATC puisse facturer des services de conseil, de soins et d’accompagnement au système Medicare. La fraude estimée porte sur un montant de deux cents millions de dollars. Selon l’acte d’accusation, des résidents en bonne santé auraient aussi perçu des commissions. Les gérants du groupe ATC ont été arrêtés et leurs actifs placés sous séquestre.

http://abcnews.go.com, 21 octobre 2010.

Retour haut de page