Imagerie des démences : recommandations des neurologues

Contexte clinique de la démence, phase prodromale, recommandations de la Haute autorité de santé, protocoles : la Société française de neurologie (SFNR) propose des recommandations de pratique clinique pour l'imagerie des démences.

J Neuroradiol. Delmaire C et al. L'imagerie des démences en pratique clinique. Recommandations de la SFNR. 25 mars 2010.  

Conscience de ses capacités mnésiques, remémoration et familiarité

Le centre de recherches sur la cognition et l'apprentissage du département de psychologie de l'Université de Poitiers et le groupe mémoire de l'Institut de psychologie de l'Université de Leeds (Royaume-Uni) proposent une synthèse des études portant sur les effets de la maladie d'Alzheimer sur la mémoire, et décrit un profil de déficit chez les patients Alzheimer impliquant la relation entre conscience de ses capacités mnésiques (métamémoire) et les états de conscience associés à l'acte mnésique et en particulier la remémoration. Selon les auteurs, la récupération d'une information peut se faire soit sur la base de la familiarité, soit sur la base de la remémoration (recollection), ces deux types de récupération correspondant à deux états de conscience liés à la récupération bien distincts (consciences dites noétique et autonoétique). La remémoration, contrairement à la familiarité, requiert la récupération des détails contextuels liés à l'épisode encodé et elle est particulièrement altérée dans la maladie d'Alzheimer, comparée à la familiarité qui est relativement préservée. Par ailleurs, la maladie d'Alzheimer s'accompagne d'une altération de la métamémoire. Les résultats mettent en évidence que le déficit de remémoration dans la maladie d'Alzheimer pourrait être à l'origine des plus grandes difficultés de métamémoire et de rappel d'une information. Le déficit de remémoration dans la maladie d'Alzheimer semble résulter d'une déconnection entre les aires médiales temporales et les aires frontales du cerveau.

Rev Neurol. Bugaiska A et al. Métamémoire, remémoration et familiarité dans la maladie d'Alzheimer. 29 avril 2010.

Diagnostic sélectif pour le développement clinique

Première cause de dépendance chez la personne âgée, la maladie d'Alzheimer n'a rien à voir avec le vieillissement normal du cerveau, selon le Dr Nathalie Szapiro-Manoukian. À l'exception de 0.3% des malades, qui présentent une forme précoce de la maladie en raison d'une mutation génétique, on ne connaît toujours pas les causes de la maladie d'Alzheimer. L'accumulation de protéines anormales (plaques et filaments) dans le cerveau sous-tend cette maladie. La recherche actuelle se concentre sur les moyens de les détruire, mais aussi de sélectionner, au moyen d'un diagnostic par biomarqueurs, les personnes qui répondraient le mieux, dans les essais cliniques, à des molécules dirigées contre ces protéines anormales. Une étape importante consiste à recueillir un maximum d'informations (cliniques, biologiques, en imagerie et sur les cerveaux en post mortem), d'un grand nombre de malades de tous âges. « C'est le seul moyen de vérifier que les molécules en cours de développement auront bien un réel impact positif sur la vie psychique, intellectuelle et comportementale des malades. En effet, rien ne sert d'éradiquer des protéines anormales dans le cerveau, si cela n'est suivi d'aucune amélioration clinique » conclut le professeur Dubois, du centre des maladies cognitives et comportementales du groupe hospitalier La Pitié-Salpêtrière de Paris.

Le Figaro, 3 mai 2010

Plasticité neuronale : prix de la Fondation NRJ

La Fondation NRJ-Institut de France attribue chaque année un prix scientifique de cent mille euros destiné à récompenser et à encourager une équipe française ou européenne dans le domaine des neurosciences. Pour 2010, le prix a été attribué conjointement au Dr José A. Esteban du centre de biologie moléculaire Severo Ochoa (Madrid, Espagne) pour ses travaux sur la plasticité synaptique et des mécanismes à l'origine des pertes cognitives dans la maladie d'Alzheimer, et au Professeur Bruno Dubois, du centre des maladies cognitives et comportementales au groupe hospitalier la Pitié Salpêtrière de Paris, pour ses travaux dans le domaine de la neuroimagerie et de la détection de marqueurs génétiques de la maladie d'Alzheimer visant à en améliorer le diagnostic.

www.senioractu.com. 4 mai 2010.

Retour haut de page