Les Hispaniques fortement touchés

La maladie d’Alzheimer affecte particulièrement la communauté hispanique aux Etats-Unis. Au centre de recherches sur la maladie d’Alzheimer de l’Université de Duke, on estime que la maladie pourrait progresser de 600% au sein de cette communauté dans les décennies à venir. En 2050, un million trois cent mille « Latinos » vivant aux Etats-Unis pourraient être touchés. Chez eux, les symptômes apparaissent en moyenne sept ans plus tôt que pour d’autres populations. La barrière linguistique et culturelle des Hispaniques immigrés semble être une cause importante de cette situation ; beaucoup d’entre eux ne parlent pas l’anglais, et par conséquent n’ont pas accès aux services de santé et de suivi sanitaire. 
L’association Alzheimer aux Etats-Unis, en lien avec la Fondation MetLife, a décidé de mettre en place un programme de prévention et de sensibilisation destiné à ce public hispanique. 

La Opinión digital www.laopinion.com , 20 octobre 2005 

Plusieurs décennies de recherches scientifiques perdues

Plusieurs décennies de travaux scientifiques ont été anéanties à la Nouvelle Orléans après le passage de l’ouragan Katrina. La plupart des centres médicaux de recherches ont en effet été inondés et partiellement ou complètement détruits. L’un des plus importants, le centre médical de la Tulane University, est ainsi resté immergé plus de six jours. Ce centre était réputé pour ses recherches sur les cellules souches dont l’objectif se concentre sur la maladie d’Alzheimer mais aussi sur le cancer, les maladies cardiaques et le SIDA. Plus de deux mois après le passage de l’ouragan, on retrouve ici ou là des échantillons médicaux. La grande majorité des chercheurs ont déménagé leurs laboratoires à Houston. Le centre de Tulane quant à lui, pourrait rouvrir ses portes en janvier prochain. 

The Philadelphia Inquirer www.philly.com , 21 octobre 2005 

Une aide inadéquate pour les femmes âgées

La population âgée est essentiellement féminine, et les besoins de ces femmes sont mal pris en compte par les médecins généralistes, souligne une étude menée au Canada auprès de 5000 femmes de 55 à 95 ans. Globalement, ces personnes déclarent que le médecin aborde bien avec elles, ou dépiste les risques de maladies cardiaques, d’infarctus, le cancer du sein. Mais leurs priorités à elles seraient plutôt les problèmes de mémoire, les effets secondaires des médicaments, et la baisse de la vision. Seules 11% ont estimé que le médecin les avait conseillées sur les problèmes de perte de mémoire. Cette préoccupation est pourtant prépondérante chez les femmes de ce panel. 

Geriatrics & Aging www.geriatricsandaging , vu le 25 octobre 2005 

Plus vieux mais plus fragiles économiquement

De plus en plus d’Allemands soufflent leurs cent bougies d’anniversaire. Un homme de 65 ans aujourd’hui peut espérer vivre jusqu’à 89 ans, et une femme, jusqu’à 92 ans. Mais beaucoup de ces personnes âgées ne s’étaient pas préparées, sur le plan financier, à atteindre un âge aussi avancé. Les économies fondent un jour ou l’autre quand on vit à la retraite et que l’on vieillit. Un calcul simple réalisé par la compagnie d’assurances Allianz montre qu’un retraité (à partir de 65 ans) doit disposer d’un « matelas » de douze mille euros s’il veut, pendant dix ans, dépenser cent euros par mois issus de son épargne. Il doit disposer de soixante mille euros (sur dix ans) s’il souhaite avoir cinq cents euros par mois à sa disposition. Or, les récentes coupes dans les régimes de retraite effectuées par le gouvernement allemand, ces dernières années, fragilisent encore davantage la situation financière des futurs retraités dont l’espérance de vie augmente. Les salariés de 40 à 49 ans d’aujourd’hui verront ainsi leur retraite diminuée de 215 euros. L’évolution de la démographie laisse présager un fort déséquilibre, d’ici 2050, entre les actifs et les retraités ; il nécessitera d’autres coupes dans les budgets de retraite. D’ores et déjà, on estime que 59% des foyers ne pourront pas couvrir leurs besoins financiers à l’âge de la retraite. 

Focus www.focus.de , 22 août 2005 

Manque de formation des généralistes sur la maladie d’Alzheimer

Les Gps (médecins généralistes) devraient recevoir une formation qui leur permettrait de repérer les risques de développement de la maladie d’Alzheimer chez les personnes approchant la cinquantaine selon l’Alzheimer Society of Irelan d. La société a remis un rapport ( Early Onset Dementia ) le 21 septembre dernier (Journée mondiale de la maladie) sur les besoins des personnes précocement diagnostiquées. On compte environ 35 000 personnes atteintes par la maladie d’Alzheimer en Irlande. Environ 10% des malades sont précocement diagnostiqués. L’ Alzheimer Society of Ireland a également souligné le manque de services proposés en Irlande à ce type de patients.

The Irish Times www.ireland.com , 20 septembre 2005 

Retour haut de page