Alzheimer : les espoirs, les défis, les actions, de Michèle Micas

Michèle Micas, gériatre et psychiatre, partage des conseils pratiques face aux situations qui exaspèrent les proches aidants. « Contrairement à l’envie de recadrer la personne malade désorientée dans la réalité, l’auteur invite plutôt à ne pas raisonner, à apaiser en utilisant ce qui lui fait plaisir, support à une diversion », écrit Annie de Vivie, d’Agevillage. La personne malade répète sans cesse la même question ? Inutile de lui dire qu’on lui a répondu, elle a oublié, conseille Michèle Micas. « Proposez plutôt des réponses simples, positives, en souriant. Demandez si ce qui la dérange c’est la lumière, l’envie d’uriner, la faim la soif, la fatigue… » Elle « fait des bêtises » et dérange tout ? : « Laissez-la faire ce qui lui plaît et qui ne dérange pas tant que cela comme jardiner, cirer les chaussures, vider et remplir les armoires, trier des papiers…. Pendant ce temps, profitez-en pour respirer, méditer, vous reposer ! » La personne malade achète-t-elle compulsivement ? L’aidant peut « s’entendre avec les commerçants pour les payer une fois le mois, envisager une mesure de protection juridique (sauvegarde de justice, curatelle, tutelle). L’idéal est d’en avoir parlé avant avec la personne malade, d’avoir écrit un mandat de protection future et, dans la foulée, d’avoir désigné sa personne de confiance et écrit ses directives anticipées. L’argent a une valeur économique mais aussi symbolique (le pouvoir d'agir, de se faire entendre, de se défendre). »

www.agevillage.com, lesitedesaidants.fr, 28 novembre 2016. Micas M. Alzheimer : les espoirs, les défis, les actions. Lyon : Éditions Josette. 300 p. ISBN : 978-2-8431-9381-1. 14 octobre 2016.

Développement durable et responsabilité sociétale des entreprises – Guide à l’usage des établissements pour personnes âgées, de l’AGIRC...

Gestionnaire de plus de cinquante établissements médico-sociaux et sanitaires, l’action sociale des caisses de retraite complémentaire AGIRC et ARRCO permet l’accueil de quelque six mille personnes âgées chaque année et consacre près de deux millions d’euros à des recherches-action ou à l’amélioration qualitative de l’environnement. En 2013, les partenaires sociaux gestionnaires ont décidé de s’impliquer dans une recherche-action pour évaluer l’impact d’une démarche de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) au sein d’un parc médico-social dans toutes ses composantes économique, sociale et environnementale, en partenariat avec la FNAQPA (Fédération nationale Avenir et qualité de vie des personnes âgées). Issu de cette réflexion, un guide édité à l’attention des établissements pour personnes âgées vient d’être publié. Il incite notamment à favoriser l’autonomie du résident : « partie prenante "VIP" (very important person), la personne accueillie n’est pas qu’objet de soins et d’attention. Outre le fait qu’elle soit le principal financeur de son hébergement, elle se coiffe, dans un même temps, de façon directe ou indirecte, des casquettes d’employeur, de consommateur, de producteur, avec ses propres attentes et ses enjeux. A l’instar des autres parties prenantes, la personne âgée a des droits et des devoirs (par exemple le respect du personnel). En restant attentif à impliquer le résident dans une compréhension facilitée mais non simpliste des enjeux, les décisions du quotidien s’intégreront dans une co-responsabilité et une interdépendance plus proches des réalités de la vie en dehors des murs de la structure, banalisant alors au meilleur sens du terme l’établissement comme espace de citoyenneté. La dynamique RSE irrigue les pratiques quotidiennes en traduisant concrètement la louable intention de "ne pas faire à la place de l’autre mais avec l’autre", pour favoriser une co-construction de choix individuels respectés dans un collectif. Cette action a été soutenue par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA).

AGIRC-ARRCO-FNAQPA. Développement durable et responsabilité sociétale des entreprises. Guide à l’usage des établissements pour personnes âgées. 2016.

Positive Psychology Approaches to Dementia, coordonné par Chris Clarke et Emma Wolverson

Chris Clarke et Emma Wolverson, psychologues cliniciens et chargés de cours à l’Université de Hull (Royaume-Uni), publient un ouvrage collectif sur les approches de psychologie positive dans le domaine de la démence. S’appuyant sur les résultats cliniques autant que sur des études de cas de personnes vivant avec une démence, les auteurs montrent comment les concepts de la psychologie positive peuvent être mis en œuvre dans le cadre des bonnes pratiques d’accompagnement. Dans la préface, l’Australienne Christine Bryden écrit : « Je vis bien avec une démence depuis plus de vingt ans. J’ai vu, durant cette période, un mouvement graduel d’abandon des récits négatifs qui excluaient nos voix, celles de l’expérience. Ce nouvel ouvrage fait maintenant irruption sur la scène avec compassion et compréhension : notre voix a été écoutée, pour découvrir ce qui nous donne vraiment un sentiment de bien-être dans la vie. Si seulement ce travail, ce type de pensée avait existé lorsque j’ai appris mon diagnostic pour la première fois, combien différente aurait été mon vécu ! Il m’a fallu me battre pour me faire entendre, confrontée à l’incrédulité que suscitait le fait que je pouvais parler, encore moins trouver du sens et un but dans la vie. Un discours social positif sur la possibilité de bien vivre avec une démence est encore plus prometteur, et cet ouvrage y apporte une contribution extrêmement importante. Chaque étape de ce parcours après le diagnostic peut être enrichie par de la psychologie positive pour maximiser notre bien-être. Nous pouvons avancer, en passant de villes « amies de la démence » à des villes « positives par rapport à la démence, qui nous soutiennent pour trouver du sens et réaliser nous-mêmes notre vie.

Clarke C et Wolverson E. Positive Psychology Approaches to Dementia. Philadelphia: Jessica Kingsley Publishers. 2016. ISBN: 978-1-78450-077-1. www.jkp.com/usa/positive-psychology-approaches-to-dementia-34244.html.

Retour haut de page