Articles reçus du 01 janvier 2020 au 29 février 2020
Numéro 169

Amélie Weiss, psychologue à l’EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de Richwiller et au groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud-Alsace (Haut-Rhin), et ses collègues, testent les potentiels effets de la méditation de pleine conscience sur le savoir-être soignant en EHPAD, chez des aides-soignantes intervenant auprès de personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative. Cette pratique, de tradition bouddhiste, consiste à faire attention à la façon dont se font les choses (le chemin), au but poursuivi, dans le moment présent, dans un état de non-jugement. Une étude pilote a testé les conditions expérimentales et les outils d’évaluation. Six aides-soignantes ont participé à huit séances de méditation de pleine conscience assise avec un moine zen, dans un cadre laïque. Six autres constituaient un groupe témoin. Des évaluations quantitatives utilisant des échelles validées ont mesuré la conscience émotionnelle (Levels of Awareness Scale), l’inventaire neuropsychiatrique pour équipe soignante (NPI-ES), les capacités de pleine conscience (Five Facets Mindfulness Questionnaire), les capacités attentionnelles et la disponibilité à la pleine conscience (Mindfulness Attention Awareness Scale), l’empathie (Basic Empathy Scale in Adults), les stratégies d’adaptation ou coping (Ways of Coping Checklist), les symptômes dépressifs (Hospital Anxiety and Depression Scale), les symptômes anxieux (State Anxiety Inventory), l’expérience face aux symptômes psycho-comportementaux des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles apparentés (échelle ESPCD). L’ensemble des tests a été passé en 1h30 au maximum. Les séances se sont déroulées au sein de l’EHPAD, sur le temps libre des participants. À l’issue de l’étude, les chercheurs observent, dans le groupe expérimental, un renforcement du niveau d’empathie, une diminution des symptômes anxieux, une attitude plus adaptée aux symptômes psycho-comportementaux des personnes malades. Les aides-soignantes ayant pratiqué la méditation décrivent davantage leurs actions en employant des expressions relatives au savoir-être, centrent moins leurs efforts sur la situation du problème et davantage sur l’émotion ou la recherche de soutien social. La méditation invite et entraîne les soignantes à développer patience, indulgence envers elles-mêmes et envers l’autre, à nuancer leurs attitudes envers la personne malade, à adapter leur communication et à optimiser leurs pratiques d’accompagnement.
Ces premières observations, visant à tester les outils de mesure des effets de l’intervention, doivent être confirmées par des études sur de plus grands effectifs.

www.zendodelavoiedusilence.fr/projets-scientifiques/, 5 février 2020. Weiss A et al. Effets de la méditation de pleine conscience sur les pratiques soignantes en EHPAD. Neurol Psychiatr Gériatr 2019 ; 19 : 326-332. Décembre 2019.
www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1627483019300984.

Retour haut de page