4.8 milliards d’euros : c’est le montant des dépenses d’allocation personnalisée d’autonomie (APA) en 2009, contre 1.7 milliard en 2002,

soit un quasi triplement. Durant la même période, le concours apporté aux départements par la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie) a progressé à un rythme bien inférieur, passant de 0.64 à 1.48 milliard sur la même période. 

Les Echos, 2 février 2011. 

28% :

c’est le taux de couverture des dépenses pour la dépendance que devraient recevoir les départements en 2011, contre 40% au début de la réforme. Aux Conseils généraux de financer le reste. Beaucoup de départements ruraux et maintenant urbains se retrouvent étranglés financièrement. Le choc du vieillissement et la perte d’impôts locaux, liée à la crise de l’immobilier et à la réforme de la fiscalité, amplifient le phénomène. Philippe Richert, ministre des collectivités locales, annonce la mise en place d’un fonds de 150 millions d’euros. La moitié de cette somme sera versée par la CNSA aux trente départements les plus fragiles.

Les Echos, 2 et 8 février 2011. 

7 milliards d’euros :

c’est le montant de la contribution des ménages au financement de la dépendance, selon Marie-Eve Joël, professeur d’économie à Paris-Dauphine et présidente du conseil scientifique de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). L’aide en nature représente la part majeure de la contribution familiale ; 3 200 000 personnes âgées sont aidées par deux personnes ; les hommes sont aidés à 70% par leurs conjointes ; les femmes, plus nombreuses et qui vivent plus longtemps, sont aidées à 35% par leurs conjoints. Le conjoint aidant a en moyenne soixante-dix ans. Contrairement au conjoint aidant, l’enfant aidant est généralement actif, et son travail est très perturbé.

Assemblée nationale. Commission des affaires sociales. Compte-rendu de réunion n°24, 26 janvier 2011. www.assemblee-nationale.fr/13/cr-soc/10-11/c1011024.asp(texte intégral).

30 milliards d’euros : c’est le montant des dépenses prévues pour prendre en charge la dépendance vers 2025-2030

(ou de l’investissement social et économique créateur d’emplois, pour le sociologue Serge Guérin). Le rapport de la mission sénatoriale prévoit une évolution du nombre de personnes dépendantes touchant l’allocation personnalisée d’autonomie de 1.2 million en 2012 à 1.6 million en 2040. Pour le blog du Monde, Il s’agit de trouver 10 milliards d’euros, soit 0.5% de PIB (produit intérieur brut), d’ici à 2025. « On y parviendrait aisément en augmentant le taux de la CSG (contribution sociale généralisée) de 0.06 point par an, ce qui serait à peu près indolore ». On est loin d’une explosion ingérable du phénomène, notent plusieurs analystes, qui récusent la dramatisation du dossier par le chef de l’Etat. 

www.senioractu.com, 31 janvier 2011. dechiffrages.blog.lemonde.fr, 8 février 2011.

7% : c’est le nombre de personnes dépendantes âgées de plus de soixante ans.

Elles sont moins de 20% entre quatre-vingt et quatre-vingt-dix ans, un peu plus après quatre-vingt-dix ans, selon Françoise Forette, professeur de médecine interne et de gériatrie à l’Université de Paris 5, et directrice de la Fondation nationale de gérontologie, qui « ne partage pas le pessimisme ambiant quant au coût prétendument faramineux de la dépendance ».

Assemblée nationale. Commission des affaires sociales. Compte-rendu de réunion n°24, 26 janvier 2011. www.assemblee-nationale.fr/13/cr-soc/10-11/c1011024.asp(texte intégral).

Retour haut de page