Evaluation médicale de la dépendance en EHPAD : formation des médecins

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) va prendre en charge la formation des médecins qui auront pour mission de valider les évaluations de la dépendance dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. La validation des évaluations des besoins des personnes hébergées en EHPAD et en USLD (unités de soins de longue durée des établissements de santé) a été transférée par la loi HPST (hôpital, patient, santé, territoire) des directions régionales du service médical de l’assurance maladie aux Agences régionales de la santé (ARS). La CNSA est chargée d’assurer la reprise et la continuité du logiciel Galaad (gérontologie approche logistique pour une aide à l’analyse et à la décision) qui permet, à partir de l’exploitation des grilles AGGIR (autonomie gérontologie groupes iso-ressources) et Pathos, d’évaluer les besoins en soins de base et en soins médico-techniques des personnes âgées, et contribue à la mise en place des plans d’aide. La CNSA se trouve ainsi placée au rang d’acteur clé de l’informatisation et de l’uniformisation des procédures tarifaires.

www.cnsa.fr, 21 juin 2010. www.localtis.info, 23 juin 2010. lagedor.fr, 29 juin 2010

Troubles cognitifs : « débrouillage » diagnostique par les généralistes

L’hôpital Broca de Paris a décidé d’accompagner les médecins généralistes de son quartier pour qu’ils puissent repérer les troubles cognitifs chez leurs patients. Vingt-trois médecins sont entrés dans le processus, et bénéficient en échange d’un accès privilégié à ses consultations mémoire. Le Dr Marie-Laure Seux, praticien hospitalier à l’hôpital Broca, explique : « nous avons proposé aux généralistes, sur plainte cognitive du patient ou de son entourage, de faire une première batterie de repérage avec les tests mini GDS (geriatric depression scale), les cinq items d’orientation du MMSE (mini mental state examination), MIS (memory impairment screen) immédiat et différé, le test de l’horloge et l’IADL (instrumental activities of daily living). Les résultats nous sont envoyés par fax, et le rendez-vous est fixé sur des consultations réservées à quinze, trente et quarante-cinq jours ». Parmi les vingt-trois médecins formés, 78% ont utilisé cette procédure, et adressé cent huit patients à l’hôpital entre janvier 2005 et septembre 2009. Les médecins généralistes formés déclarent un plus grand intérêt pour la détection, prévoient désormais une consultation dédiée à l’évaluation de ces troubles et n’y passent pas plus de quinze à vingt minutes.

Le Journal des médecins coordonnateurs et des équipes soignantes. Mai-juin 2010.

Trisomie 21 et maladie d’Alzheimer : qu’en pensent les professionnels ?

Quelles sont les perceptions du personnel sur les questions critiques concernant les personnes atteintes de handicap mental et de démence ? Une étude internationale, menée par Mary McCarron, de l’école infirmière du Trinity College de Dublin (Irlande), en collaboration avec le centre d’excellence pour les services du vieillissement de l’Université de l’Etat de New York à Albany (Etats-Unis), a recueilli les avis des professionnels dans six services de santé mentale et un centre spécialisé en soins palliatifs. Trois thèmes clé sont identifiés par le personnel : la capacité à répondre aux besoins de fin de vie, la crainte de difficultés de déglutition, les questions environnementales et le vieillissement à domicile. Les auteurs ont observé quatre difficultés principales : les différences dans la préparation du personnel selon les sites, un manque de compréhension et de collaboration avec les services de soins palliatifs, des incertitudes quant à la possibilité de transférer des modèles existants de soins palliatifs à des personnes atteintes de handicap mental et de démence, et le besoin de formation sur la démence au stade terminal et les approches de soins associées.

Dementia McCarron M et al. Supporting persons with Down syndrome and advanced dementia. Challenges and care concerns. Mai 2010.

Quelle place pour les psychologues ?

Le blog du Mythe Alzheimer dénonce la sous-représentation des psychologues dans les organes de réflexion, dans la recherche et l’intervention concernant le vieillissement cérébral, notamment dans les pays francophones : « face au caractère réducteur et morcelant de l’approche biomédicale dominante, on n’a pourtant jamais eu autant besoin de personnes capables d’appréhender le vieillissement cérébral en prenant en compte les relations complexes qu’entretiennent les facteurs biologiques, psychologiques, sociaux et environnementaux tout au long de l’existence ».

Mythe-alzheimer.over-blog.com, 15 mai 2010.

Plan Alzheimer : la prime des assistants de soins en gérontologie

Une prime mensuelle de quatre-vingt-dix euros sera désormais versée aux aides-soignants et aides médico-psychologiques exerçant les fonctions d’assistant de soins en gérontologie dans la fonction publique hospitalière. Elle concerne les titulaires ou contractuels, détenteurs d’une attestation de suivi de l’intégralité de la formation spécifique à la fonction d’assistant de soins en gérontologie (cent quarante heures) et exerçant cette fonction dans une unité cognitivo-comportementale, une unité d’hébergement renforcée, un pôle d’activités et de soins adaptés ou dans une équipe spécialisée pour la prise en charge des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Cette formation est dispensée par l’association nationale de formation en gérontologie (ANFG), par les instituts régionaux de formation sanitaire et sociale (IRFSS) de la Croix-Rouge et d’autres structures de formation à caractère social.

www.travail-solidarite.gouv.fr22 juin 2010. Décret n°2010-681 portant attribution d’une prime aux aides-soignants et aides médico-psychologiques exerçant les fonctions d’assistant de soins en gérontologie dans la fonction publique hospitalière, 22 juin 2010. Arrêté fixant le montant de la prime prévue par le décret n°2010-681 du 22 juin 2010 portant attribution d’une prime aux aides-soignants et aides médico-psychologiques exerçant les fonctions d’assistant de soins en gérontologie dans la fonction publique hospitalière, 22 juin 2010. lagedor.fr, 29 juin 2010. sante.weka.fr, 28 juin 2010.

Retour haut de page