Effet du répit sur le sommeil des aidants

Le département de réhabilitation de l’université de Bradford (Royaume Uni) montre que les périodes de répit des aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont associées de façon significative à une augmentation du nombre d’heures de sommeil par nuit, du temps total passé au lit et à une amélioration de la qualité subjective du sommeil. Le bénéfice du répit est le plus évident chez des aidants ne partageant pas la même chambre que la personne malade. 
 Mais pour les personnes malades, le répit dégrade les troubles du sommeil : augmentation significative du temps d’endormissement, réductions du temps total de sommeil par nuit et affaiblissement du rythme circadien.
 J Am Geriatr Soc , Lee D et al, février 2007 

Maltraiter sans le savoir ?

Au Japon, plus de la moitié des aidants maltraitant des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ne se rendent pas compte que leur comportement est abusif. Une étude publiée par O. Matsuda, psychologue clinicien à l’Université Gakugei de Tokyo a observé les attitudes face à la maladie d’Alzheimer de cent trente-cinq personnes âgées de dix-huit à quatre-vingt-six ans, qui n’étaient pas en position d’aidant de personnes âgées au moment de l’étude (aidants potentiels). Douze comportements ont été présentés aux participants, en regard de trois catégories de personnes âgées : des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et nécessitant un accompagnement ; des personnes non atteintes de la maladie d’Alzheimer et nécessitant un accompagnement ; des personnes non atteintes de la maladie d’Alzheimer et ne nécessitant pas d’accompagnement. L’attitude des participants était associée à l’expérience d’aidant, à la catégorie de personne âgée et au type de maltraitance. Les comportements de maltraitance physique, psychologique et économique sont perçus comme moins abusifs dès lors que la personne à accompagner est atteinte de la maladie d’Alzheimer. 
 Int Psychogeriatr , Matsuda O., 19 janvier 2007 

Améliorer les pratiques d’aide aux aidants

Dans le cadre de la recherche sur l’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, le Dr Dorothea Osenberg du département de médecine générale de l’Université de la Ruhr à Bochum, a développé un questionnaire en ligne destiné aux aidants, et recherche des participants. Les résultats, qui seront publiés en respectant l’anonymat, seront utilisés pour améliorer les pratiques. 
 Deutsche Alzheimer Gesellschaft , 16 février 2007

Nouveau guide

La Société Alzheimer d’Allemagne (Deutsche Alzheimer Gesellschaft ) a présenté sa nouvelle brochure sur l’accompagnement à domicile. En Allemagne, les deux tiers des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer vivent dans des dispositifs de soutien privés, soit avec des partenaires ou d’autres membres de la famille, soit seuls. 
 La plupart d’entre eux se demandent dans quelles conditions ils pourront rester à leur domicile, mais ils n’ont aucune information sur l’offre de services et son financement. 
 Ratgeber Häuslische Versorgung Demenzkranker , www.deutsche-alzheimer.de , 1er février 2007

USA : 30% d’hommes

 Aux Etats-Unis, près de 30% des aidants à domicile sont des hommes âgés. Le nombre de ces aidants devrait croître dans les années à venir en raison de l’allongement de la longévité masculine et d’un élargissement des conceptions de la famille et du rôle des genres. Les études suggèrent que les hommes sont prêts à utiliser davantage les dispositifs de répit que les femmes et, en conséquence, souffrent moins d’usure. Les hommes sont également plus enclins à organiser les services extérieurs et l’assistance pour compléter leurs propres efforts. www.democratand chronicle.com , 22 février 2007

Retour haut de page