Trente euros : la prime « fréquence plus » au devoir filial (1)

En Chine, la maison de retraite Fuxing à Suzhou (dix millions d’habitants) rémunère les proches sous forme de coupons et bons d’achat d’un montant de deux cents yuans (environ trente euros), pour qu’ils viennent rendre visite à leurs parents plus souvent. La vie des cinq cents résidents a été bouleversée. Selon le Yangtze Evening Post, avant la mesure, seuls trente-huit proches rendaient visite à leurs parents une fois par semaine, et trois cent trente-sept au plus une fois par mois. Depuis le début du programme, ils sont deux cent vingt-sept à venir au moins dix fois par mois. « La preuve est donc faite, l’argent est un puissant incitatif. Car ces visites rapportent trente euros pour trente déplacements sur deux mois ou sept euros pour une visite par semaine. Dans une province où le salaire moyen atteint huit cents euros, cela n’est pas négligeable ». Même si, à l’évidence, l’argent n’était pas la seule motivation. « C’est comme si les proches s’étaient réveillés grâce à cette mesure », confie la directrice de la maison de retraite, qui a dépensé quatre mille euros déjà pour ces médailles du devoir filial. « Les maisons de retraite peuvent s’occuper des personnes âgées lorsque les autres membres de la famille sont au travail. Mais cela ne doit pas signifier que la jeune génération néglige de venir les voir. Trop souvent, les gens regrettent de ne pas avoir été auprès de leurs parents une fois que ceux-ci sont décédés. »

Trente euros : la prime « fréquence plus » au devoir filial (2)

Un visiteur commente : « cette récompense est comme notre reflet dans le miroir : cela aide les gens à se rendre compte à quel point ils ne s’occupaient pas de leurs parents. » Sur le site de microblogging Weibo, 56% des « internautes citoyens » approuvent la mesure avec enthousiasme : certains ne veulent voir que l’impact positif, d’autres louent « un appel à se réveiller » ; mais la colère s’exprime aussi, contre le fait de monnayer la piété filiale. Géraldine Woessner, d’Europe 1, rappelle le contexte chinois : « une population âgée qui explose, une économie en pleine mutation avec des pans entiers de la jeunesse contraints de rejoindre les villes pour travailler. Le temps de travail est très important. Avec une politique de l’enfant unique, le schéma maintenant, ce sont quatre grands-parents et deux parents pour un seul petit-enfant qui doit s’occuper de tout le monde. Cela n’est plus soutenable et c’est un problème national. La province de Jiangsu, où se trouve cette maison de retraite, a voté une loi en 2013 pour forcer les gens à visiter leurs aînés. Mais comment la faire appliquer ? C’est là que l’initiative prend tout son sens. D’ici 2050, un Chinois sur quatre aura plus de soixante-cinq ans. »

Transparence : le comparateur officiel des prix des maisons de retraite en France

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Pascale Boistard, secrétaire d'État chargée des Personnes âgées et de l'autonomie, ont présenté la nouvelle version du site www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr, en présence de Geneviève Gueydan, directrice de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). Les personnes âgées et leurs proches peuvent désormais y comparer les prix des maisons de retraite et calculer ce qu’il leur restera à payer à la fin du mois, après déduction des différentes aides. Le comparateur simplifie leurs démarches et renforce la transparence sur les tarifs et les prestations pratiqués dans près de sept mille établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) publics et privés. Le site permet de comparer le prix des chambres pour une sélection de deux ou trois EHPAD à la fois. Ce prix correspond aux prestations minimales d’hébergement que doivent proposer tous les établissements, c’est-à-dire les prestations d'accueil hôtelier, de restauration, de blanchissage, d’animation et d'administration générale. Si l’établissement propose d’autres prestations pour le même tarif, il peut l’indiquer. L’internaute sait alors précisément ce que recouvre le tarif indiqué et ce qui lui sera facturé en supplément. Il peut directement télécharger le dossier de demande d’admission. Il peut aussi identifier les établissements proposant un accompagnement spécifique (unité Alzheimer, unité d’hébergement renforcé, pôle d’activité et de soins adaptés).

Maisons de retraite : les produits pour l’incontinence sont-ils inclus dans le forfait dépendance ?

« Les frais pris en charge par les personnes âgées et les familles sont de plus en plus lourds. Si les protections liées à l'incontinence des personnes âgées sont théoriquement inclues dans le tarif dépendance par les établissements (qui ne doivent donc pas facturer de frais supplémentaires), au plan juridique, les textes semblent interprétables », écrit Agevillage, qui conseille aux familles de vérifier les conditions de prise en charge, les suppléments pouvant se révéler importants. Pour les couches, alèses et produits absorbants, le tarif journalier afférent à l'hébergement peut être modulé en application de l'article R. 314-183. La FEHAP (Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratif) est pourtant catégorique : selon l’article R.314-160 du Code de l’action sociale et des familles, la facturation d'un supplément est impossible : « le tarif dépendance recouvre l'ensemble des prestations d'aide et de surveillance nécessaires à l'accomplissement des actes essentiels de la vie qui ne sont pas liées aux soins. Ces prestations correspondent aux surcoûts hôteliers directement liés à l'état de dépendance des personnes hébergées, qu'il s'agisse des interventions relationnelles, d'animation et d'aide à la vie quotidienne et sociale ou des prestations de services hôtelières et fournitures diverses coucouant directement à la prise en charge de cet état de dépendance. » Par ailleurs, dans les établissements assurant l'hébergement des personnes âgées, la prise en charge des protections pour incontinence a été précisée par le décret n° 99-316 du 26 avril 1999 modifié relatif aux modalités de tarification et de financement des établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes. Ce décret détermine un tarif journalier afférent à la dépendance couvrant notamment les frais correspondant aux protections pour incontinence. »

www.agevillage.com/actualite-11571-1-maisons-de-retraite-les-produits-incontinence-dans-le-forfait-dependance.html, 2 décembre 2016. Sénat. Remboursement des produits destinés aux personnes souffrant d'incontinence. Réponse du ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées. JO Sénat du 25 mars 2004. p 740.

www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ040211000&idtable=q159842&_c=incontinence&rch=gs&de=20040101&au=20041231&dp=1+an&radio=deau&aff=sep&tri=p&off=0&afd=ppr&afd=ppl&afd=pjl&afd=cvn.

Habitat partagé et accompagné

Les Journées de l'habitat partagé et accompagné se sont tenues à Strasbourg du 14 au 16 décembre 2016. Pour les organisateurs, il s’agit d’« une solution innovante, durable, qui répond aux enjeux humains et financiers », et qui s’adresse notamment aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Retour haut de page