Assistant de soins en gérontologie. Le manuel officiel de la formation, de Jean-Pierre Aquino, Benoît Lavallart et Judith Mollard

Le plan Alzheimer (mesure 20) prévoit la création d’une fonction spécifique, celle d’assistant de soins en gérontologie (ASG). Cette fonction est ouverte aux professionnels en exercice ayant suivi une formation continue de cent quarante heures qui les prépare à l’accompagnement spécifique des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, en équipes spécialisées au sein d’un service de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ; en unités spécialisées (pôles d’activités et de soins adaptés et unités d’hébergement renforcées) dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou les unités de soins de longue durée (USLD), à l’hôpital ; dans les services de soins de suite et réadaptation (SSR) cognitivo-comportementaux. Sous l’égide conjointe de l’association France Alzheimer et de la fondation Médéric Alzheimer, un manuel de cette formation vient d’être publié, fruit du travail de plus de quarante spécialistes de la maladie. Cet ouvrage présente l’ensemble des connaissances fondamentales et pratiques du référentiel officiel de formation, complété par des fiches pratiques détaillées, des exemples de situations et des conseils au professionnel.

Aquino JP, Lavallart B et Mollard J. Assistant de soins en gérontologie. Le manuel officiel de la formation. Paris : Elsevier Masson. 270 p. ISBN 978-2-294-71162-6. www.elysee.fr, 22 février 2011.

Conseiller en économie sociale et familiale, de Rémi Remondière, Patrick Refalo et Corinne Rougagnou

Créer du lien social, s’engager dans une relation d’aide, assurer un accompagnement budgétaire visant l’autonomie de la famille : sur le terrain, en contact direct avec les populations en difficulté, le conseiller en économie sociale et familiale (CESF) est un travailleur social à part entière. Mais ce métier, qui a fait l’objet d’une réforme en 2010, est encore mal connu. 

Rémondière R et al. Conseiller en économie sociale et familiale, 2ème édition. 145 p. ISBN-13: 978-2757300411. Paris : ASH Editions. Janvier 2011. 

Broadening the Dementia Debate: Towards Social Citizenship, de Ruth Bartlett and Deborah O'Connor

Ruth Bartlett est chargée de cours sur la démence à l’Université de Bradford (Royaume-Uni). Deborah O'Connor est directrice du centre de recherche sur la personne atteinte de démence (CRPD-Center for Research on Personhood in Dementia, www.crpd.ubc.ca) et professeur en travail social à l’Université de Colombie britannique (Vancouver, Canada). Dans une perspective socio-politique, les auteurs remettent en question la tendance à percevoir la démence comme caractéristique unique définissant l’identité de la personne. D’autres facteurs, tels que le sexe, le revenu, l’âge et le statut socio-économique peuvent jouer un rôle tout aussi important. Pour les auteurs, les approches centrées sur la personne seraient davantage centrées sur le statut de la personne. L’histoire de vie, centrée sur la perte de ce que la personne était ou a accompli, peut restreindre les opportunités de changement, enfermant la personne dans un cadre uni-dimensionnel. La notion de « citoyenneté sociale » s’appuie sur les ouvrages du journaliste politique canadien Michael Ignatieff, qui distingue une citoyenneté active (briguer un mandat électif, organiser la vie politique, voter) et une citoyenneté passive (être éligible à des droits et à la protection sociale). Toutes les personnes atteintes de démence ne sont pas capables de participer à la vie de la cité. Pour les auteurs, un soutien inadapté peut être vécu comme une oppression, ou servir à marginaliser leur vécu et leurs aspirations. 

Bartlett R et O’Connor DO. Broadening the Dementia Debate: Towards Social Citizenship. 168 p. ISBN : 9781847421784. Bristol : Policy Press. Juin 2010. Ray M. Broadening the Dementia Debate : Towards Social Citizenship. Br J Soc Work 2011 ; 41 (1) : 192-193. Janvier 2011. doi: 10.1093/bjsw/bcq145. Ignatieff M. Citizenship and moral narcissism. Political Quarterly 1989 ; 60 (1) : 63-74. Janvier 1989. doi/10.1111/j.1467-923X.

La tyrannie du bien vieillir, de Michel Billé et Didier Martz.

« Aujourd’hui, la personne âgée est sommée de vieillir en masquant le vieux qu’elle est déjà devenue, en éludant une part de son identité en décrépitude, si angoissante pour le commun des mortels. Le vieillissement, déjà compliqué, devient sans doute encore plus difficile lorsque sa fatalité s’accompagne d’une injonction au Bien vieillir, revêtant douloureusement l’aspect d’un oxymore » (alliance de deux mots contradictoires), écrit Laure Célérier, de Liens Socio. Si « bien vieillir » devient le projet personnel et politique auquel nul ne saurait déroger, vieillir mal devient une erreur, une faute, presque un délit vis-à-vis de soi-même et vis-à-vis de ceux qui auront à en assumer les conséquences. Pour les auteurs, « il est alors urgent de mettre en question ce que recouvre cette construction idéologique porteuse d’un sens presque invisible tant elle est liée au désir humain. Tyrannie douce qui a pour effet d’asservir nos contemporains et d’exercer une contrainte sur les années de vie qu’ils ont à vivre en vieillissant ». Michel Billé est sociologue, ancien directeur adjoint de l’Institut régional du travail social (IRTS) de Poitiers. Il a notamment publié La chance de vieillir, essai de gérontologie sociale (L’Harmattan, 2004. Didier Martz est philosophe. Il a notamment coordonné Vous avez dit euthanasie ? (Le Bord de l’eau, 2003) et Alzheimer : vous avez dit démence ? (Le Bord de l’eau, 2006).

Billé M et Martz D. La tyrannie du « bien vieillir ». 151 p. Lormont : Le Bord de l’eau Editions. ISBN : 978-2-356-87077-3. 2010. www.liens-socio.org, 25 janvier 2011. www.senioractu.com, 10 septembre 2010.

Le pays de l’absence, de Christine Orban

Christine Orban raconte son quotidien auprès de sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer, évoque le « drame infini de l’oubli, l’inversion des rôles parents-enfants » et s’interroge sur la vérité subtile des liens.

Orban C. Le pays de l’absence. Paris : Albin Michel. 176 p. ISBN : 978-2-226-21866-7. Janvier 2011. Madame Figaro. Janvier 2011.

Retour haut de page