J’suis toujours là, de Vrenia Ivonoffski

Au Québec, janvier est le mois de la sensibilisation de la maladie d’Alzheimer, Nagui Habashi, directeur général de la Société Alzheimer du Centre-du-Québec, explique que c’est le moment idéal pour représenter la pièce de théâtre Je suis toujours là. « Depuis, nous avons de plus en plus d’appels. On met des visages sur la maladie d’Alzheimer un peu partout dans les médias. C’est de moins en moins tabou », explique-t-il.  «Les gens sont émus. Certains pleurent pendant la pièce. À la fin, il y a une période d’échanges avec les acteurs, un médecin et une infirmière. Nos spectateurs ont diverses questions. Notamment, comment l’on devrait réagir face à la maladie et comment on peut aider quelqu’un dans cette épreuve. » La troupe du Théâtre Fleury « traite de différents sujets qui concernent les aînés, à partir d’œuvres existantes, de créations collectives ou encore de commandes faites à des auteurs. La troupe a une double mission : permettre à un groupe d’aînés de travailler collectivement sur une base bénévole à des projets théâtraux et répondre à des besoins de la collectivité », selon un concept de « théâtre sur mesure » : la création de pièces de théâtre comme déclencheur de discussions sur des problématiques très précises.  Traduction de I’m still here de Vrenia Ivonoffski, le projet J’suis toujours là « trouve son origine dans le programme de recherche et de formation Murray Alzheimer Research and Education Program (MAREP) de l’Université de Waterloo (Ontario, Canada). Il comprend aussi la captation vidéo de la pièce et un outil didactique. Ce projet est mené par Présâges et le Théâtre Fleury en partenariat avec la Société Alzheimer de Montréal, la Fédération québécoise des sociétés Alzheimer et le Baluchon Alzheimer. Quatre représentations ont lieu dans quatre lieux différents en janvier 2016, en début d’après-midi ou en début de soirée.

Retour haut de page