Forget Me Not – The Alzheimer’s Whodunnit, de Rob Gee

Le dramaturge et comédien Rob Gee a une formation d’infirmier psychiatrique. Il s’est occupé de personnes atteintes de maladie d’Alzheimer, doublement incontinentes, au Royaume-Uni et en Australie. Dans l’un de ses spectacles, une enquête policière, il utilise l’humour pour « tirer le d’alarme sur la maltraitance », écrit la journaliste Julie Penfold, dans Mental Health Practice. L’argument ? « Jim vit en unité spécifique Alzheimer. Sa femme est morte, apparemment de cause naturelle. Mais Jim, un ex-inspecteur de police à la retraite, suspecte quelque chose de louche. Il est déterminé à résoudre un dernier cas. Mais il doit surmonter les symptômes de sa maladie. » La pièce, qui fait partie d’une trilogie se moquant du système de santé mentale canadien, est soutenue par le Conseil des arts d’Angleterre et la loterie nationale britannique. Elle a été récompensée par le prix des spectateurs à Winnipeg et le prix du meilleur one-man-show de Victoria, dans le cadre des festivals de théâtre alternatifs. « C’est intelligent, fin et féroce. Mais le plus impressionnant est la façon dont Gee utilise le truchement de l’enquête policière pour exposer les situations indignes de la vie quotidienne auxquelles sont confrontées les personnes vivant à un stade sévère de la démence. À la fois commentaire social, comédie noire et Cluedo [jeu de société où les joueurs doivent trouver qui est le meurtrier en croisant les indices] : c’est drôle et déchirant », commente la chaîne de télévision canadienne CBC.

Penfold J. Rob’s funny turn blows the whistle on poor care. Health Practice 2016; 20(1): 18-19. 13 septembre 2016.http://journals.rcni.com/doi/10.7748/mhp.20.1.18.s16. www.robgee.co.uk/GalleryEntries/Arts_and_Health/Documents/Fruitcake_Trilogy_-_Press_Pack.pdf, 19 septembre 2016.

Les conteurs du temps : « fabriquer la mémoire du futur »

« Le clap de cinéma s’est fait discret à Lésigny (Seine-et-Marne) », écrit Mathilde Kaczkowski, du Parisien. « Le temps d’une matinée, cet été, le centre socioculturel de la ville s’est transformé en lieu de tournage. Réalisé en partenariat avec la Fondation Médéric Alzheimer, le documentaire « Les conteurs du temps », inscrit dans le projet « Mémoire du futur »,suit son cours. Denis Lamarre, directeur de l’animation intergénérationnelle de la ville, chaperonne le film : "L’objectif est de sortir les habitants de l’isolement mais aussi de travailler sur la valorisation de soi". Parmi la vingtaine d’interviews déjà réalisées, le témoignage d’une habitante atteinte de la maladie d’Alzheimer l’a particulièrement touché : "Dès qu’on a parlé du passé, ses yeux ont tout de suite brillé". Pour mener à bien le documentaire, une règle d’or demeure : le lien intergénérationnel. Alors que les aînés témoignent face à la caméra, la nouvelle génération s’occupe du tournage. Formés par Guillaume Tordjman, professeur au Cours Florent à Paris et professeur de karaté à Lésigny, une dizaine de jeunes volontaires âgés de quatorze à vingt ans sont mobilisés pour le documentaire. Elles sont trois à avoir répondu présentes au tournage ce lundi matin. Derrière la caméra, micro en main, le trio de jeunes journalistes s’active tour à tour pour interviewer Alain Presti, soixante-quatorze ans et retraité. Les questions préparées s’enchaînent. "Ce n’est pas moi qui ai choisi Lésigny, c’est Lésigny qui m’a choisi", témoigne l’ancien directeur commercial, retraité et bénévole assidu. Attiré par la modernité des lotissements lui faisant penser à l’Amérique, il a découvert la convivialité. "Les relations ont été très vite chaleureuses. Il y a un art de vivre festif basé sur les échanges". "C’est mon premier tournage" », raconte Célia, seize ans. Prisca, qui a le même âge, veut devenir cadreuse pour le cinéma. Pour elle, cette expérience est un bon point pour son CV. Marie-Amélie, dix-sept ans, avoue sa curiosité : "C’est convivial et ça permet de sortir". » Le documentaire sera diffusé pour la première fois le 16 septembre 2016 dans la salle de spectacle locale et ne exposition sera présentée à l’appui.

Retour haut de page