I’ll remember for you, de Lisa Suarez

La mère de Lisa Suarez est venue plusieurs fois voir sa fille jouer I’ll remember for you (je me souviendrai pour toi) sur les planches duthéâtre hispanophone Su Teatro de Denver (Colorado, Etats-Unis), une pièce mettant en scène leur relation et la maladie d’Alzheimer. Elle a chanté avec les actrices, a regardé comment des éléments de sa vie ont été recréés sur scène et a applaudi à la fin du spectacle. Puis elle a tout oublié. « Elle vit ici et maintenant », dit sa fille. « Elle ne sait pas que c’est moi qui tiens son rôle ».  Lisa Suarez a réuni les notes d’une dizaine d’années de son journal intime, depuis qu’elle est allée s’installer chez sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer. Elle en a fait une pièce de théâtre de quatre-vingt-dix minutes. Elle ne veut pas qu’un autre acteur qu’elle tienne le rôle de sa mère. Tony Garcia, directeur artistique du théâtre, explique : « il y a du lien, du sacrifice et de l’émotion : vous sortirez du spectacle à la fois éclairés (enlightened), engagés, tristes, heureux et prêts. Vous ne pourrez pas être distants ».

Puzzles, de l’association Sépia

« On peut rire de tout, et pourquoi pas de la maladie ». C'est l'idée de la pièce Puzzles (des saynètes humoristiques, mises en scène par Myriam Gauthier), interprétée par des malades, des personnels aidants et des bénévoles de la halte-relais de Bozouls (Aveyron). En décembre 2011, Les membres du centre communal d’action sociale (CCAS) de Rodez et de France Aveyron Alzheimer ont créé l'association SePia (Senior Prévention et Information Accueil), association d'entraide aux personnes âgées qui servira de guichet unique pour faciliter les démarches des personnes âgées du grand Rodez. Le nom de l’association fait référence à la « couleur de photo d'hier » et aux « souvenirs un peu flous enfouis dans de vieilles mémoires ». Après une année d'art-thérapie avec des personnes malades, ils se sont lancés avec eux dans l'élaboration d'une pièce de théâtre en collaboration avec les familles et des bénévoles. Cette pièce de théâtre a pour but « d'informer, de dédramatiser, de lever des tabous », « à la découverte de cet Autre qui terrifie un peu ». Pour Mme Pègues, coordinatrice de l'association, il s’agit d’« une pièce d'intérêt général », qui a pour but « de permettre aux malades de s’exprimer et d’être acteurs dans leur combat pour continuer à vivre. Ce sont de jeunes malades, âgés de cinquante à soixante ans, qui ont été demandeurs d’activités plus dynamiques et ludiques. Lysiane, âgée de cinquante-trois ans, a elle-même proposé du théâtre : « c’est un cadeau que je veux faire au public ». La Dépêche du Midi écrit : « au travers des stades de la maladie, de la vie quotidienne et du parcours du malade, on passe de l'émotion au rire. C'est un message très fort entre ce qui est évoqué et joué. En voyant ces saynètes, le spectateur porte un regard nouveau, différent sur la maladie, se familiarise ». La première représentation a eu lieu à Sébazac-Concourès. D’autres représentations sont envisagées pour le public des établissements et des clubs pour personnes âgées.

Retour haut de page