Alzheimer mon amour, de Cécile Huguenin

Le comédien lillois Pascal Duclermortier souhaite adapter le roman de Cécile Huguenin Alzheimer mon amour « Le livre est le récit d’une dégradation », dit-il, « mais aussi un très bel hymne à la vie. » Il en a parlé avec une amie comédienne, Hélène Van Geenberghe, et s’est rapproché de la compagnie roubaisienne Une Pluie d’oiseaux. Bertrand Foly a accepté de signer la mise en scène et Cyril Viallon la chorégraphie.  Pascal Duclermortier a lancé une souscription de 12 000 euros sur le site de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank et espère pouvoir présenter la pièce au printemps 2015.  Pour le comédien, cette pièce de théâtre a plusieurs entrées : derrière la démarche artistique, il y a « un message de sensibilisation et de réflexion ». « Parler des problèmes de société par le biais du théâtre, c’est très grec aussi. » Après le temps de la scène, Pascal Duclermortier est impatient de vivre celui de la création partagée : « On ira à la rencontre des aidants, des soignants, de tous ceux qui gravitent autour de la maladie. »

Avant que j'oublie

Avant que j'oublie est une création théâtrale de Vanessa Van Durme et Richard Brunel au Théâtre de Vienne (Isère). « C'est le combat d'une femme dont la mémoire efface toute l'existence. Une lutte pour l'acceptation de l'autre et de soi. Un dialogue pour la vie. Parce que la vie sans mémoire n'est pas une vie.  Une véritable performance de la comédienne et auteure belge Vanessa Van Durme, qui interprète à elle seule deux personnages, la mère et la fille qui s'affrontent », commente Jean-Christophe Pain sur France3 Alpes.

Célébrités

Selon ses proches, la comédienne Marthe Mercadier, âgée de quatre-vingt-cinq ans, montre les premiers symptômes de perte de mémoire. Ces troubles l’empêchent de poursuivre sa carrière. La révélation de l’arrêté d’expulsion qui la menace a mobilisé ses admirateurs, qui ont fait appel aux médias pour tenter de l’aider. Selon Bertrand Guyard, du Figaro, « on peut dater le début de sa maladie à l’agression que Marthe a subie en février 2013 à Neuilly. Agressée par deux voyous alors qu'elle faisait ses courses la comédienne est projetée violemment à terre. Elle s'en sort avec une double fracture du bras. Les médecins, après deux opérations, découvrent alors les premiers signes de la maladie. » Sa fille Véronique cache dans un premier temps, «la terrible vérité à sa mère. Elle pense que le meilleur moyen d'empêcher la progression de cette amnésie évolutive est la tendresse. Elle est influencée par l'exemple de la fille d'Annie Girardot, qui elle aussi, a vécu le même cauchemar. » Des internautes réagissent : « l'attitude de Giulia Salvatori [la fille d’Annie Girardot], avait été beaucoup plus digne et discrète. C'est ridicule d'étaler les problèmes de Marthe Mercadier chaque semaine dans les médias : que sa famille l'aide et cesse ces jérémiades. Nous avons TOUS des malades d'A. parmi nos proches « on peut tous, malheureusement, être un jour victimes de cette maladie. Mais avoir voulu apitoyer sur ses soucis d'argent n'est pas digne quand on peut penser à ce qu'elle a pu gagner dans sa vie de comédienne. Tout le monde sait, qu'on sera un jour plus ou moins lointain, un petit vieux ou une petite vieille, alors on se doit d'y pourvoir quand on est valide. » Un autre : « Stop au misérabilisme ! Beaucoup de personnes sont atteintes de ce mal, qui s'intéresse à celles qui n'ont pas accès aux médias ! Les gains de ces "stars" ont été dilapidés sans discernement, sans penser au futur ! Au nom de quelle solidarité devrions-nous subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs descendants enfants et petits-enfants ? Ceux -ci ne travaillent donc pas ? »

www.lefigaro.fr, 7 avril 2014.

Retour haut de page