Je me souviens donc je me trompe, de Raphaël Hitier

« La science cerne de mieux en mieux les mécanismes de notre mémoire, plus fragile qu'on ne le pense, et donc manipulable ». La chaîne Arte a diffusé un documentaire réalisé par Raphël Hitier sur « les infidélités de notre cerveau » : « nous percevons spontanément notre mémoire comme un disque de stockage, qui archive au fur et à mesure les éléments de notre vécu. C'est en effet l'une de ses fonctions, mais si nous pouvons en mesurer empiriquement certaines failles, nous n'en soupçonnons ni la complexité ni la malléabilité. Influençable, la mémoire nous joue en réalité des tours en permanence. Au cours de la vie, des chocs physiques ou psychiques ne cessent d'altérer nos souvenirs proches ou lointains. Dès 1974, une psychologue américaine, Elizabeth Loftus, a mis en lumière ce qu'elle appelle le syndrome des faux souvenirs. Reconstruites à partir de récits a posteriori, nos réminiscences sont suspectes, en particulier celles de la petite enfance. Comment démêler le vrai du faux ? Sommes-nous condamnés à être trahis par notre cerveau ? Du Massachusetts Institute of Technology américain à l’université de Louvain en Belgique, des dizaines de chercheurs s'attachent à comprendre les mécanismes de ces distorsions, grâce à l’imagerie cérébrale et à des protocoles expérimentaux. » Mais la mémoire peut être aussi manipulée : « les neurobiologistes expérimentent aujourd’hui des méthodes pour effacer les souvenirs ou les faire émerger. Si ces innovations semblent encourageantes dans le traitement du stress post-traumatique ou de la maladie d’Alzheimer, le réalisateur Raphaël Hitier pointe les possibles dérives de telles pratiques. Des chercheurs du CNRS savent ainsi désormais implanter des souvenirs artificiels chez des souris. Qu'en sera-t-il demain de la mémoire humaine ? »

Grey’s Anatomy

Selon Entertainment Weekly, le personnage de Meredith Grey, dans la série télévisée Grey’s Anatomy, pourrait être atteinte d’une forme précoce, voire génétique, de la maladie d’Alzheimer. Sa mère, brillante chirurgienne, jouée à l’écran par Kate Burton, en était atteinte et en est décédée dans la saison 3.

Game of Thrones

L’actrice Kate Dickie, de la série télévisée Game of Thrones, est ambassadrice de l’association Alzheimer Ecosse. Lors de ses interventions, elle porte une redingote à dentelles taillée sur mesure par la couturière écossaise Judy Clark. Le tissu est un tartan écossais spécialement conçu pour l’association Alzheimer Ecosse, à dominante mauve. Le dessin est un don de la Scottish Tartans Autority.

Global Perspectives, décembre 2016. www.alz.co.uk/sites/default/files/pdfs/GP-Dec-2016.pdf.

Retour haut de page