« Des morceaux déchiquetés de vérité »

L’expression est de l’écrivain britannique Jackie Kay, qui observe dans son autobiographie Red Dust Road : « il y a une sorte d’étrange poésie dans la démence, qui cueille des morceaux déchiquetés de vérité (jagged pieces of truth) que vous devez rassembler ». « Être active est important pour passer la journée/C’est pourquoi je fais du crochet, je fais quelque chose pour quelqu’un d’autre/ Je ne veux pas aller dormir pour passer la journée/ Je ne veux pas être misérable pour le reste de ma vie/ J’essaie différentes choses pour amener à moi la vie (to bring life to myself)» : ce sont les mots d’Audrey Gibbs, qui vit avec une démence dans une maison de retraite du Herefordshire (Royaume-Uni). John Killick, « poète de la démence en résidence », est le mentor de quatre autres poètes, qui vont recueillir des poèmes auprès de résidents de maisons de retraite spécialisées dans l’accueil de personnes ayant une démence. Ils sont aussi formés pour apporter un peu de soutien dans des situations difficiles. Le projet est soutenu par le Festival de poésie de Ledbury, et le Courtyard Centre for the Arts, qui a obtenu une subvention européenne dans le cadre du projet VITAL pour engager, à plein temps, un responsable du développement de projets artistiques pour les personnes âgées.

J Dementia Care, septembre-octobre 2012.

Dépeindre les dislocations et les réinventions du soi

Hannah Zeilig, du King’s College de Londres, analyse les représentations de la démence chez plusieurs poètes contemporains britanniques. « Le potentiel unique de la poésie comme moyen de dépeindre les dislocations et les réinventions du soi qu’implique la démence sont très peu étudiées ». Dans une perspective de gérontologie critique, l’auteur s’interroge sur la construction sociale de la maladie, notamment dans l’œuvre de Vuyelwa Carlin, Valerie Laws et Jo Shapcott.

« Les représentations poétiques complexes offertes par ces poètes reconnaissent les déclins pathologiques de la démence et, simultanément, célèbrent l’individualité et la vie de leurs sujets ».

Zeilig H. Gaps and spaces : representations of dementia in contemporary British poetry. Dementia, 17 août 2012.

Retour haut de page