Et puis, Paulette… de Barbara Constantine

« Des vieux esseulés (veufs, bougons, parfois les deux), des jeunes à problèmes (sans le sou, séparés), des personnes qui perdent en autonomie, des animaux avec un sacré caractère et des enfants attendrissants qui vont et viennent, voici à peu de choses près la ribambelle de personnages truculents qui peuplent le nouveau roman de Barbara Constantine Et puis, Paulette..., écrit A.L. Maire,sur le site aufeminin.com«  BarbaraConstantine narre avec un ton empreint de malice et nous sert une véritable fable, dont la morale se veut résolument optimiste, surtout en ces temps de crise. L'auteure met en avant la solidarité, le soutien, et nous étonne grâce à cette histoire de coloc entre vieux qui réjouira aussi le jeune lecteur ». Pour Dominique Argoud, de Documents Cleirrpa, ce roman est de la même veine que celui d’Anne Gavalda (Ensemble, c’est tout ; La Dilettante, 2004) dans la littérature contemporaine abordant la question du vivre ensemble et des relations intergénérationnelles. « Le roman de Barbara Constantine devrait détrôner le précédent, tellement il pousse encore plus loin le bouchon de la rencontre improbable entre des personnages qu’a priori tout éloigne ». « La vie s’en trouve transformée quand on parvient à la fin du roman. Il n’y a d’ailleurs pas de fin. L’univers rétréci des personnages du début cède la place à un espace beaucoup plus ouvert où tout devient possible. Même Internet fait son apparition à la ferme et un site web est créé par un lycéen : solidarvioc.com. Cela aurait d’ailleurs pu être le titre du roman », extrait de la chanson La Bicyclette, chantée par Yves Montand. L’ouvrage a reçu le prix Chronos 2012 de la Fondation nationale de gérontologie, pour les adolescents de 3è-4è.

Constantine B. Et puis, Paulette… Paris : Calmann-Lévy. 2012. www.prix-chronos.org/general/presentation.htm, juin 2012.

Retour haut de page