Lecture à voix haute

En Italie, le centre de jour Alzheimer Uniti de Rome, situé dans le quartier où vivait l’écrivain et réalisateur Pier Paolo Pasolini, a participé à un événement de lecture collective de l’ouvrage Ragazzi di vita (Garçons de vie) dans le cadre de l’opération « un arrondissement, un livre ». Des groupes de personnes atteints de démence au stade léger se sont réunis régulièrement pour écouter la lecture à haute voix, pendant que des images étaient projetées sur un écran pour montrer les lieux où se situait l’action du roman. Ces lectures ont conduit à des discussions entre participants, occasion de stimuler la mémoire autobiographique et la parole.

Alzheimer Europe Newsletter, juin 2012.

Le premier oublié, de Cyril Massarotto

« Avec Alzheimer, ma mémoire se transforme peu à peu en bernard-l’hermite : un jour, elle en aura assez de mon crâne, et le quittera définitivement, laissant mon corps là, inerte sous l’eau. Voilà le plus terrible : je sais que je vais devenir une coquille vide ». Depuis quelques mois déjà, Madeleine oublie. Oh, des petites choses, rien de bien inquiétant. Jusqu’au jour où elle s’aperçoit qu’elle a oublié le nom de son mari. C’est Thomas, son fils, qui lui apprend que son époux est mort, il y a près d’un an. Le diagnostic tombe : sa mère est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Cyril Massarotto, instituteur puis directeur d’école maternelle avant de se lancer dans l’écriture, explique : « je raconte deux vies : celle d’une femme atteinte de la maladie d’Alzheimer et celle de son fils, le premier qu’elle a oublié. Les thématiques principales sont l’oubli, la peur de l’abandon et l’amour d’un fils pour sa mère. Comment un homme peut tenter de se reconstruire alors que sa mère s’éteint à petit feu, devant lui ».

Massarotto C. Le premier oublié. 13 septembre 2012. Paris : XO Editions. ISBN : 978-2845635814. www.20minutes.fr, 31 août 2012.

Retour haut de page