J’y suis, j’y reste, de Marie Delsalle et Pierre Rapey

Ce documentaire dresse le portrait de onze personnes âgées et très âgées, qui vivent en ville ou à la campagne, seules ou en couple, entourées ou sans proches. Toutes veulent rester vivre chez elles. Elles s’y sentent libres, ressentent le bien-être du corps et de l’esprit, apprécient un confort patiemment construit et éprouvé, mesurent les risques à prendre pour continuer à se sentir vivantes. Sans intervention ni commentaire, le documentaire décrit le cadre de vie quotidien des personnes, les gestes qu’elles accomplissent pour les tâches de la vie quotidienne, et permet d’entendre les motivations profondes pour lesquelles elles souhaitent rester chez elles, pour mieux « comprendre le rôle fondamental du logement dans l’identité personnelle, tout au long de la vie. » Ce documentaire disponible gratuitement, réalisé avec le soutien du réseau Leroy Merlin Source et AG2R La Mondiale, est complété d’une note de recherche sur les représentations et les discours des personnes âgées, de leurs proches et des intervenants du domicile. Cette réalisation est issue des travaux de Leroy Merlin Source, un pôle collaboratif des savoirs de l’habitat, réunissant des chercheurs, enseignants et professionnels du cadre bâti (architectes, urbanistes, designers, acousticiens) ; des sciences sociales (sociologues, psychosociologues, anthropologues, philosophes) ; de l’accessibilité pour tous les publics (experts du handicap, du vieillissement) et des acteurs de la société civile.

Film J’y suis, j’y reste ! Recherche psychosociale sur les motivations des personnes âgées à rester chez elles. http://leroymerlinsource.fr/savoirs-de-l-habitat/chez-soi/jy-suis-jy-reste-recherche-psychosociale-sur-les-motivations-des-personnes-agees-a-rester-chez-elles-en-deux-volets/, 10 février 2015. www.agevillagepro.com, 29 février 2016.

Dementia from the inside, du Social Care Institute for Excellence

Cette vidéo de sept minutes, réalisée par le Social Care Institute for Excellence (SCIE) britannique, explique comment une personne atteinte de démence, ou ceux qui essaient de la comprendre, peuvent se sentir déçus de ne pas pouvoir se comprendre. Le film montre en effet comment les personnes malades peuvent interpréter les choses d’une façon différente de ceux qui les entourent, avoir des moments inattendus de lucidité ou de confusion, ne pas reconnaître des visages ou des lieux familiers, perdre la capacité d’articuler ou de communiquer leur anxiété, leurs peurs et leurs frustrations, et vivre dans l’imprévisibilité. Ce film fait partie d’un ensemble de contenus numériques sur la démence (Dementia Gateway) proposés par le SCIE, utilisés en formation professionnelle par les travailleurs sociaux et de plus en plus par les professionnels de santé.

Retour haut de page