Nouvelles têtes

Marie-Odile Desana a été nommée présidente de France Alzheimer, en remplacement d’Arlette Meyrieux. « Femme volontaire et impliquée, Marie-Odile Desana a fait personnellement l’expérience de la maladie dans sa famille », indique France Alzheimer. « Elle témoigne spontanément du terrible isolement auquel a été confrontée sa famille à l’annonce brutale du diagnostic de sa mère en 1990. Marie-Odile Desana a choisi de transformer cette épreuve personnelle en action concrète. Elle a ainsi créé une association d’aidants familiaux à Aix-en-Provence puis s’est engagée en 2003 au sein de l’association France Alzheimer Bouches du Rhône dont elle est présidente depuis 2004 ». Les grands défis à relever, pour la nouvelle présidente, sont « une prise en soin de qualité de la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, un accompagnement et un soutien de l’aidant confronté à un risque élevé d’épuisement tant psychologique que physique, sans oublier un soutien actif à la recherche, porteuse d’espoir pour les familles ».

www.francealzheimer.orgwww.senioractu.com. 2 juillet 2010. Actualités sociales hebdomadaires, www.alzheimer-conseil.fr, 5 juillet 2010. 

Pacte solidaire de santé

Le « pacte solidaire de santé », présenté par Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des sports, comporte quatre engagements : assurer l’égal accès de tous à des soins de qualité (notamment à travers le regroupement des professionnels, l’ouverture de deux cent cinquante maisons de santé, l’acquisition par les personnes d’une couverture complémentaire santé) ; garantir la pérennité du modèle de financement solidaire du système de santé (notamment à travers les contrats de performance des établissements, testés par cinquante établissements pilotes évalués par l’Agence nationale d’appui à la performance et les Agences régionales de la santé, la reconfiguration des métiers de la santé, et la réflexion prospective Santé 2025) ; réduire en profondeur les inégalités sociales de santé en inscrivant la santé dans toutes les politiques ; renforcer « le caractère fondamentalement humain et porteur de lien social de notre système de santé » (notamment en lançant plusieurs initiatives sur la santé du point de vue des usagers et en promouvant la bientraitance dans le secteur médico-social).

www.agevillagepro.com, 25 mai 2010.

Réforme du système de santé

Le nouveau président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Jean Léonetti, ne veut pas être déçu par la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HPST). Il ne veut pas d’un « service public low cost, pas de ventes à la découpe, pas de recherche de rentabilité ponctuelle pour certains ». Il s’inquiète du projet de gel budgétaire des missions générales d’intérêt public. Pour lui, l’enjeu est de « renouveler le service public sans en dénaturer les valeurs dans une économie de gestion ». Il veut des établissements forts avec des finances saines, « formidables amortisseurs de crise ». Jean Léonetti souligne que 70% de Français pensent qu’ils ne pourront pas se payer une maison de retraite, et mobilise la FHF sur le futur droit à compensation.

www.agevillagepro.com, 26 mai 2010.

Missions et actions de la CNSA

La mission parlementaire d’information sur les missions et l’action de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), présidée par la députée socialiste du Calvados Laurence Dumont, a remis son rapport le 30 juin à l’Assemblée nationale. « La création de la CNSA a constitué une avancée majeure et permis d’accompagner un effort financier sans précédent des pouvoirs publics en faveur des personnes âgées et des personnes handicapées », estime la mission, qui ajoute : « la sous-consommation persistante de ses crédits apparaît cependant préoccupante au regard des besoins de financement importants du secteur médico-social, mais aussi des faiblesses qu’elle révèle en termes de pilotage et de contrôle ». Vingt-et-une propositions visent à « dessiner les voies d’une gouvernance rénovée, pour un pilotage plus efficient des politiques médico-sociales, et de renforcer l’action et les moyens de la CNSA ». Il s’agit de consolider le système, « rester au plus proche des préoccupations du terrain ainsi que des besoins de la personne » et simplifier les dispositifs. Souhaitant éviter, à l’avenir, la restitution de dépenses non consommées à l’assurance maladie (cent cinquante millions d’euros en 2009), la mission propose de construire l’objectif global de dépenses « en prenant davantage en compte les données sur les dépenses effectives et prévisionnelles des établissements au niveau local », tout en mettant en place parallèlement « une procédure d’enregistrement comptable des engagements pluriannuels ». Pour améliorer l'évaluation de la CNSA, le rapport remis par la députée UMP des Ardennes Bérengère Poletti recommande de prévoir la certification de ses comptes par la Cour des comptes, d'améliorer l'information du Parlement et de veiller à ce que la caisse dispose des ressources adaptées à ses missions.

Assemblée nationale. Poletti B (rapporteur). Rapport concluant les travaux de la mission d'information sur les missions et l'action de la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie30 juin 2010.

Dette publique et solidarité

Avec une dette atteignant mille cinq cents milliards d’euros et un déficit public qui devrait atteindre 8% du produit intérieur brut (PIB), Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, estime que sans une action immédiate et forte du gouvernement, l’objectif de ramener à 3% le déficit du PIB en 2013 n’est pas assuré, ni la « soutenabilité » à moyen terme des finances publiques. La Cour des comptes propose de réduire le déficit structurel de la France de vingt milliards d’euros par an, notamment dans les dépenses sociales. Les cent cinquante mesures nouvelles annoncées, par le ministre du Budget, des comptes publics et de la réforme de l’État, François Baroin, ne permettent d’économiser que dix milliards d'euros d'ici à 2013.

Dix organisations pesant « soixante milliards d’euros de chiffre d’affaires et un million d’emplois salariés », l’UNIOPSS (Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux), l’APF (Association des paralysés de France), l’UNAPEI (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) , la Fondation Abbé-Pierre, l’UNA (Union nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles), la FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale), la Croix-Rouge française, le Secours catholique et l’ADMR (Association du service à domicile), ont écrit au Premier ministre une lettre ouverte lui demandant de ne pas réduire la dette au détriment de la solidarité.

www.agevillagepro.com14 et 26 juin 2010. Cour des comptes. Situation et perspective des finances publiques 2009. Juin 2010

Retour haut de page