Nouveau gouvernement

Xavier Bertrand est nommé ministre du Travail, de l'emploi et de la santé. Roselyne Bachelot est nommée ministre des Solidarités et de la cohésion sociale. Nadine Morano devient ministre auprès du ministre du Travail, de l'emploi et de la santé, chargée de l'apprentissage et de la formation professionnelle. Nora Berra devient secrétaire d'Etat auprès du ministre du Travail, de l'emploi et de la santé, chargée de la santé, et Marie-Anne Montchamp secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la cohésion sociale.

Financement des associations de patients par l’industrie pharmaceutique

Depuis 2010, les entreprises fabriquant et commercialisant des produits de santé doivent déclarer la liste des associations de patients qu’elles soutiennent ainsi que le montant des aides qu’elles leur ont attribuées. Il s’agit d’une obligation légale, introduite par l’article L 1114-1 du Code de la santé publique (article 74 de la loi Hôpital, patients, santé, territoires du 21 juillet 2009). Selon la Haute autorité de santé (HAS), qui est responsable de collecter et publier les données des industriels, trois cent huit associations ont été financées pour un montant global de 5.1 millions d’euros. Les dix plus grands laboratoires mondiaux représentent 95% des aides déclarées. Pierre Bienvault, du journal La Croix, salue un « nouveau pas vers une plus grande transparence dans le secteur sanitaire ». Les associations défendent cependant leur indépendance : « la plus grande partie de ces aides (90%) a été accordée sans contrepartie économique » la HAS précisant : « sous ce terme, on désigne le fait, par exemple, pour un laboratoire de conditionner son aide à la réalisation d’une enquête menée par une association auprès de ses adhérents ». Le journaliste s’interroge toutefois : « une action associative, bien menée, n’est-elle pas un moyen efficace pour inciter davantage de patients à consulter leur médecin et, au final, à se faire prescrire un médicament » ?

www.has-sante.fr, 26 octobre 2010. www.neuroscoop.net, 28 octobre 2010. www.la-croix.com, 27 octobre 2010. pharmactuposition.blogspot.com, 28 octobre 2010. Détail des financements 2009 par laboratoire et par association : www.has-sante.fr/portail/plugins/ModuleXitiKLEE/types/FileDocument/doXiti.jsp?id=c_995443, 26 octobre 2010.

Services sociaux d’intérêt général : quelle approche européenne ?

A l'occasion du troisième Forum européen sur les services sociaux d'intérêt général (SSIG) organisé à Bruxelles les 26 et 27 octobre, l'UNIOPSS (Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux) et le Laboratoire de l'économie sociale et solidaire (ESS) ont lancé une pétition prônant la mise en œuvre d'une politique communautaire de reconnaissance et de développement des SSIG.

Actualités sociales hebdomadaires, 27 octobre 2010.

Territoires de santé, territoires de projet

Selon Annie Podeur, directrice générale de l’offre de soins, les territoires de santé sont susceptibles de devenir « l’unité élémentaire » du système de régulation de l’attribution des crédits entre établissements de santé : « il n’est pas envisageable de s’en remettre à une régulation nationale aveugle et déconnectée des besoins identifiés localement ». Qu’est-ce qu’un territoire de santé pertinent pour l’Agence régionale de la santé (ARS), responsable de sa définition pour les activités de santé publique, de soins et de prise en charge médico-sociale ? Pour Annie Podeur, « le territoire de santé n’est pas exclusif d’un maillage plus fin, nécessaire à l’organisation de certaines prises en charge, comme celle des personnes âgées ». Elle explique : « ce maillage de proximité, qui pourra être développé dans le cadre d’une contractualisation complémentaire, doit s’apparenter à un territoire de projet ». Pour le ministère de la Santé, les territoires de santé sont des « territoires de concertation », c’est-à-dire des espaces d’organisation de la démocratie locale, et non des « territoires de proximité », qui sont des « lieux de coopération locale, assurant l’organisation des soins de proximité, notamment l’accès aux soins de premier recours, ainsi que l’accompagnement médico-social de proximité ».

Actualités sociales hebdomadaires, 29 octobre 2010

Dette publique : quel impact du vieillissement ?

La dette publique est-elle soutenable à long terme ? La direction des études du Crédit agricole reste extrêmement prudente. Elle estime qu'une poursuite des efforts de consolidation budgétaire au-delà de l'année prochaine permettrait de stabiliser le ratio de dette sur produit intérieur brut (PIB) de la zone euro d'ici 2015. À long terme, cependant, l'hypothèse-clé concerne le coût du vieillissement, lié aux perspectives démographiques et aux systèmes de protection sociale. Les projections du Crédit agricole à l'horizon 2060 suggèrent que les tendances actuelles de dette publique sont pour la plupart insoutenables en l'absence de nouvelles réformes.

Retour haut de page