Royaume-Uni : les politiques devraient donner la priorité aux aidants

« L’absence d’investissement dans les services à une société vieillissante rend les personnes âgées de plus en plus dépendantes de leurs aidants familiaux, écrivent Jill Manthorpe et Steve Iliffe, de l’Institut de politique du King’s College de Londres, un think tank académique ayant pour objectif de stimuler le débat sur les politiques publiques. Ils résument : « Traditionnellement, les aidants familiaux de personnes atteintes de démence sont considérés différemment des autres aidants. Ce n’est pas toujours le cas. Nous devons nous méfier des débats présentant l’aide familiale comme un problème, et qui suggèrent que les familles doivent en faire plus. Les chercheurs et les professionnels de terrain doivent être attentifs à l’impact de leurs recommandations sur les aidants et s’assurer que celles-ci n’augmentent pas le stress des aidants. Un nombre croissant de personnes malades n’aura pas d’aidants familiaux. Cette évolution doit être prise en compte dans les politiques publiques nationales et locales et les pratiques professionnelles. »

Manthorpe J et Iliffe S. Our priorities are upside down: policies should put carers first. J Dementia Care 2017; 25(3): 18-19. Mai-juin 2019.

Japon : la nouvelle réglementation du permis de conduire pour les personnes âgées

Les modalités spécifiques aux personnes âgées de soixante-quinze ans et plus en matière de conduite automobile, annoncées en 2015, sont entrées en vigueur au 12 mars 2017. La nouvelle réglementation vise les personnes de soixante-quinze ans et plus ayant commis l’une des dix-huit infractions répertoriées par ce texte; elle les oblige à passer un test permettant de vérifier leurs fonctions cognitives. Si ce test, organisé par la police, permet d’établir des défaillances cognitives chez une personne, cette dernière devra subir un examen médical. Si, à l’issue de cet examen, il est confirmé que la personne souffre de troubles cognitifs, son permis de conduire sera, selon la gravité des troubles diagnostiqués, soit confisqué, soit définitivement annulé. Cette réglementation prévoit, en outre qu’au moment du renouvellement de leur permis de conduire (au Japon, le permis de conduire doit être renouvelé tous les trois ans), les personnes âgées de soixante-quinze ans et plus devront passer un test permettant de détecter si ces personnes souffrent de troubles de la mémoire ou si elles sont atteintes d’altérations de leur faculté de jugement. A l’issue de ce test, trois diagnostics seront établis: absence de toute diminution des facultés cognitives ; risque de diminution des facultés cognitives ; risque d’être atteinte de démence. Si la personne est diagnostiquée, soit comme susceptible d’être atteinte d’une diminution de ses facultés cognitives, soit comme susceptible d’être atteinte de démence, elle doit passer un examen intensif d’une durée de trois heures qui permettra, soit d’infirmer, soit de confirmer ce diagnostic. Si un risque de démence est confirmé, la personne verra son permis de conduire soit confisqué, soit annulé selon la gravité du diagnostic. Ce même examen sera obligatoire pour les personnes qui, après avoir bénéficié d’un renouvellement de leur permis de conduire, commettraient des infractions susceptibles d’avoir un rapport avec leurs facultés cognitives. Par ailleurs, on assiste à une multiplication des initiatives des collectivités territoriales visant à encourager les personnes âgées de soixante-quinze ans et plus à renoncer, spontanément, à la conduite automobile.

Chine : les objectifs 2017 de Pékin pour améliorer la santé des personnes âgées

La Commission du planning familial et de la santé de Pékin (Chine) a publié ses objectifs concernant l’amélioration générale de la santé des personnes âgées. Une attention particulière est donnée aux « soins de rétablissement », avec la transformation de quatorze hôpitaux publics en centres de rétablissement. Un système de formation et d’évaluation approprié doit être mis en place.  Ces services doivent également être délivrés par des centres de quartier, et leurs résultats évalués. Un système de gestion a été mis en place pour assurer l’emploi de professionnels certifiés, et aider des aides-soignants de diverses spécialités à passer cette nouvelle certification. Le renforcement de ces centres doit permettre d’assurer un bilan annuel de santé pour plus de 70% des personnes âgées. Un autre objectif est de développer l’attribution d’un médecin traitant personnel aux personnes âgées de plus de soixante-cinq ans, pour les soins de base. Enfin, plus de 80% des hôpitaux doivent mettre en place un système prioritaire pour que les personnes âgées puissent obtenir une consultation.

www.bjchfp.gov.cn/zwgk/ghjh1/201703/t20170319_212301.htm, 15 mars 2017 (site en chinois). Veille en chinois et traduction bénévole de Julien Dreyfuss (Centre de recherche Naidao).

Retour haut de page