Maladies mentales et neurologiques : un guide de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé publie un guide pour améliorer le traitement des maladies mentales et neurologiques, qui frappent des centaines de millions de personnes dans le monde (cent cinquante millions atteintes de dépression, quarante millions d’épilepsie, vingt millions de démence) mais restent très peu soignées. « Nous sommes confrontés à la perception inadéquate que les interventions pour la santé mentale sont un luxe », a déclaré Margaret Chan, directrice de l’OMS, et qu’elle sont « balayées de côté et cachées sous le tapis, bien qu’elles constituent 14% des affections dans le monde ». Le problème ne doit pas être pris à la légère : une personne sur quatre sera confrontée à un moment ou à un autre de sa vie à un problème de santé mentale ou neurologique, selon l’OMS, qui note que les pays consacrent en moyenne moins de 2% de leur budget santé à ces questions. L’OMS insiste sur le fait qu’il est possible d’améliorer la prise en charge à faible coût, par le biais d’une meilleure formation et information des médecins de proximité, auxquels elle destine notamment son guide. Pour les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence, les interventions psychosociales doivent être préférées aux médicaments. L’aide aux aidants

World Health Organization. mhGAP Intervention Guide for mental, neurological and substance use disorders in non-specialized health settings. Mental health Gap Action Programme.whqlibdoc.who.int/publications/2010/9789241548069_eng.pdf. AFP, www.romandie.com, 7 octobre 2010.

Insatisfaction des Européens pour la prise en charge des personnes âgées dépendantes

Selon le baromètre 2010 « Cercle santé-Europ assistance » réalisé par l’institut de sondage CSA et interrogeant un échantillon de trois mille six cents personnes réparties dans sept pays (Allemagne, Autriche, France, Grande-Bretagne, Italie, Pologne, Suède), entre le 1er juin et le 9 juillet 2010, la prise en charge des personnes âgées dépendantes est majoritairement mal perçue dans l’ensemble des pays (64 % en France, 82 % en Pologne). La prise en charge mixte de la dépendance avec un financement public et une contribution personnelle est une attente importante des sondés (60% en France, 79% en Allemagne). A la question sur le caractère obligatoire d’une assurance dépendance, la grande majorité des sondés (plus de 60%) se déclare opposée à une assurance obligatoire privée.

www.hopital.fr, 23 septembre 2010. www.agevillagepro.com, 27 septembre 2010.

Initiative européenne Alzheimer : présidence belge (1)

La Belgique a pris la présidence de l’Union européenne en juillet 2010. Magda Aelvoet, ministre d’Etat, commente dans Dementia in Europe la collaboration européenne sur la démence et la prochaine conférence belge sur la stigmatisation et l’exclusion sociale des personnes atteintes de démence. La commission européenne poursuit les objectifs suivants : intégrer la « dimension de la démence » dans les actions actuelles et futures de prévention, notamment en ce qui concerne la santé cardiovasculaire et l’activité physique ; produire, à l’intention du citoyen européen, une série de recommandations de prévention visant à modifier le style de vie pour garder un cerveau en bonne santé (« healthy brain lifestyle ») ; utiliser la future enquête sur la santé en Europe pour produire de nouvelles données de prévalence des déficits cognitifs ; cartographier les meilleures pratiques existantes et émergentes concernant le traitement et l’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et des autres formes de démence, améliorer la dissémination et l’application de ces pratiques (en utilisant, si cela est possible, des fonds structurels) ; améliorer les données épidémiologiques sur la maladie d’Alzheimer et des autres démences, en mettant en œuvre les conclusions du projet EuroCoDe (European Collaboration on Dementia) ; établir dans le cadre du programme communautaire de santé un réseau européen pour les droits et la dignité des personnes atteintes de démence. Sept groupes de travail seront constitués pour couvrir l’ensemble des objectifs. La Belgique coordonne le groupe de travail sur les droits, l’autonomie et la dignité des personnes malades. L’Espagne avait organisé à Madrid, les 28 et 29 juin 2010, une conférence intitulée « santé mentale et bien-être des personnes âgées » Par ailleurs, l’action conjointe de programmation de la recherche, coordonnée par la Haute autorité de santé française, est maintenant opérationnelle, ce dont se félicite le nouveau commissaire à la santé et à la protection des consommateurs, le Maltais John Dalli.



Dementia in Europe, septembre 2010.

Initiative européenne Alzheimer : diagnostic et prévention (2)

Le Comité économique et social européen publie un avis sur l’initiative européenne sur la maladie d’Alzheimer et les autres démences.

Concernant la prévention, le Comité précise : « À l’heure actuelle, il n’est possible ni de prévenir ni de guérir la maladie d’Alzheimer ou les autres formes de démence et le déclin des facultés cognitives a souvent été considéré comme un élément inéluctable du vieillissement. Grâce aux progrès des connaissances sur le vieillissement et le cerveau, des études sont toutefois menées actuellement sur la possibilité de développer des moyens de prévention. Étant donné que les démences peuvent être plus ou moins liées à des problèmes cardiovasculaires, leur prévention suppose d’avoir de bonnes habitudes alimentaires, de surveiller la pression sanguine et le cholestérol, ainsi que de ne pas fumer, de ne consommer de l’alcool qu’en faibles quantités. Les autres stratégies préventives comprennent l’activité, l’engagement et l’assistance au plan social, ainsi que la stimulation intellectuelle. Se maintenir en bonne santé physique et mentale tout au long de son existence peut aider au maintien des facultés cognitives de la personne. Ce comportement est parfois appelé «mode de vie pour un cerveau sain». Toutefois, « les arguments à l’appui de ces stratégies sont encore limités ; aussi le Comité soutient-il la Commission lorsqu’elle appelle à développer une recherche plus ciblée pour mieux comprendre les stratégies potentielles de prévention. Le réseau Alzheimer Europe apporte son soutien sur ce point.

Avis du Comité économique et social européen sur la «Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil concernant une initiative européenne sur la maladie d’Alzheimer et les autres démences. Journal Officiel de l’Union européenne. C 255/76, 22 septembre 2010.

eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2010:255:0076:0080:FR:PDF

Initiative européenne Alzheimer : diagnostic et prévention (3)

Le Comité économique et social européen « approuve le projet d’introduire un volet relatif à la démence dans les actions actuelles et à venir de l’Union européenne en matière de prévention sanitaire, y compris dans le domaine éducatif, et de travailler avec les États membres pour élaborer et fournir des orientations, afin de diffuser les informations le plus largement possible auprès du public et des organisations d’assistance sanitaire et sociale. Un enjeu essentiel est de permettre un diagnostic plus précoce et plus fiable de la maladie. Il dissiperait les incertitudes des individus concernés et de ceux qui s’occupent d’eux, de sorte qu’ils puissent prendre les dispositions adéquates, sur le plan juridique, financier, médical, ou d’un autre ordre ». Selon le Comité, « l’une des entraves au dépistage précoce est que les personnes ne reconnaissent pas les symptômes, ou les considèrent comme un effet normal du vieillissement. S’y mêle aussi un sentiment de déni et de crainte, en raison du caractère infamant associé à la démence aux yeux du public. Une enquête récente a montré que le délai moyen entre l’apparition des symptômes et le diagnostic varie considérablement d’un pays européen à l’autre, allant de dix mois en Allemagne jusqu’à trente-deux mois au Royaume-Uni ».

Avis du Comité économique et social européen sur la «Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil concernant une initiative européenne sur la maladie d’Alzheimer et les autres démences. Journal Officiel de l’Union européenne. C 255/76, 22 septembre 2010.

Avis du Comité économique et social européen sur la «Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil concernant une initiative européenne sur la maladie d’Alzheimer et les autres démences. Journal Officiel de l’Union européenne. C 255/76, 22 septembre 2010.

eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2010:255:0076:0080:FR:PDF



Retour haut de page