Priorité européenne

Les membres du Parlement européen ayant apporté leur soutien à Alzheimer Europe, soit en signant la déclaration de Paris, soit en rejoignant l’Alliance européenne Alzheimer sont maintenant soixante-quatorze (un Autrichien, six Belges, un Bulgare, quatre Tchèques, trois Finnois, onze Français, trois Allemands, huit Grecs, deux Hongrois, six Irlandais, trois Italiens, un Lithuanien, deux Luxembourgeois, un Maltais, trois Néerlandais, deux Polonais, sept Portugais, un Roumain, un Slovaque, un Suédois et sept Britanniques).

Newsletter Alzheimer Europe, Juillet-Août 2008.

Services sociaux d’intérêt général

Solidarité et couverture universelle contre concurrence privé-public dans l’offre de services : ces interactions sont-elles régulables ? La Commission européenne a publié le 3 juillet 2008 son rapport final sur la situation de services sanitaires et sociaux d’intérêt général en Europe.

Newsletter Alzheimer Europe, Juillet-Août 2008. European Commission. Study on social and health services of general interest in the European Union. 3 juillet 2008.

Elections américaines

Les programmes électoraux des deux camps évoquent les aidants familiaux. Le programme démocrate promet d’offrir une assistance aux travailleurs aidant leurs proches âgés, en étendant les politiques existantes de congé familial et médical, et déclare : « nous devons réformer le financement de la dépendance pour alléger le fardeau des personnes âgées et des familles ». Le programme républicain exprime son soutien aux familles et aidants des anciens combattants (veterans ).

Family Caregiver Alliance, 10 septembre 2008.

Elections britanniques

L’écrivain britannique Terry Pratchett, atteint de la maladie d’Alzheimer, a dénoncé la politique britannique de financement de la recherche à la conférence du Parti conservateur. 
www.actualitte.com , 29 septembre 2008.

Investissement

Le département de la Santé britannique a annoncé un budget de dix-huit millions de livres (22.6 millions d’euros) pour la recherche en santé sur la maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées. La Société Alzheimer britannique se félicite de cet investissement, « extrêmement bienvenu », mais insuffisant, selon elle : les dépenses de recherche sur la maladie d’Alzheimer représentent en effet seulement onze livres sterling (quatorze euros) par personne malade et par an, contre deux cent quatre-vingt-neuf livres (trois cent soixante-quatre euros) par personne malade et par an pour la recherche sur le cancer.

www.medicalnewstoday.com , www.alzheimers.org.uk ,19 septembre 2008. 

Retour haut de page