Irlande : stratégie nationale pour la démence

Le volet recherche de la stratégie nationale irlandaise pour la démence a été lancé. 4.5 millions d’euros financeront sept nouveaux projets, notamment l’utilisation des tablettes tactiles pour l’organisation des soins et de l’accompagnement, l’architecture hospitalière adaptée aux personnes atteintes de démence, et les liens entre l’accident vasculaire cérébral et la démence.

Royaume-Uni : formation des autorités locales

Le SCIE (Social Care Institute for Excellence) a mis en place une formation destinée aux autorités locales pour que celles-ci comprennent mieux l’approche fondée sur les forces (capacités restantes) de la personne plutôt que sur ses déficits, ainsi que les soins centrés sur la personne (plutôt que sur la technostructure). Ces formations, dans le cadre de la mise en œuvre de la loi Care Act, ont pour objectifs de changer la culture du travail social.

Belgique : villes amies de la démence

La commune wallonne de Libin est la quatrième commune de la province belge de Luxembourg à avoir signé la charte « Villes Amies Démence »(Viadem) de la ligue Alzheimer. La commune s'engage ainsi en faveur de l'inclusion des personnes atteintes de cette maladie ou d'autres formes de démence. Les communes « Villes Amies Démence » doivent tout d'abord désigner un agent proximité démence (Proxidem). À Libin, c'est Marie Malempré, assistante sociale au centre public d’action sociale (CPAS) qui a été désignée. Elle explique : « dans un premier temps je vais suivre une formation, pour pouvoir identifier le vécu, les difficultés qui existent dans les familles, pouvoir parler de la maladie, oser, afin que cela ne soit plus un tabou. Il faut toujours partir du besoin de la famille. » Michèle Marichal, présidente du CPAS de Libin, imagine « un espace bien être », pour développer les contacts humains et affectifs, ainsi que les contacts avec les animaux.

Retour haut de page