Un programme pour équiper les maisons des seniors

Quelque 75 000 personnes âgées dont 9000 souffrant de démence sénile pourront vivre plus longtemps chez elle grâce à un programme doté de quelque 8 millions de livres (11,8 millions d’euros) voté par l’Exécutif Ecossais. Ce programme consiste à équiper les maisons des seniors d’appareils technologiques permettant de détecter la fumée, une inondation, la chute d’une personne et une connexion 24 heures sur 24 avec un centre d’urgence. 

The Herald, Glasgow, 16 août 2006

Création d’un nouveau centre de recherche.

Un centre de recherche destiné au développement des traitements des maladies qui frappent les personnes âgées devrait être prochainement construit au sein du Newcastle General Hospital. La somme de 7,7 millions de livres (11,4 millions d’euros) a été allouée pour cette construction. Le projet sera monté par la Newcastle University et leNewcastle Hospitals NHS Foundation trust. Les travaux devraient être terminés en février 2008.

The Northern Echo, 5 août 2006

Augmentation du budget des maisons de retraire.

Le gouvernement a accordé 430 millions d’euros supplémentaires aux maisons de retraite médicalisées pour la création de postes d’aides-soignants. Les 430 millions seront répartis sur les cinq années à venir. A priori 63 millions seront déployés l’année prochaine, 138 millions sont réservés pour 2008 ainsi que pour 2009.

Algemeen Dagblad, Amsterdam, www.ad.nl, 24 août 2006

Rallonge financière pour les soins à domicile.

La secrétaire d’Etat à la Santé, Clémence Ross, a annoncé une rallonge de 95 millions d’euros destinée aux organisations de soins à domicile. Les assureurs et les organisations en question estiment que ce montant est loin d’être suffisant. Au cours du premier semestre 2006, la demande de soins à domicile a augmenté de 8% par rapport à l’année dernière. 

NRC Handelsblad, Rotterdam, www.nrc.nl, 16 août 2006

Florissant marché des soins «au noir»

Le travail illégal dans la branche des soins aux personnes âgées est florissant, en Allemagne comme en Autriche. Il pose un sérieux problème de concurrence aux services privés de soins à domicile et même aux maisons de retraite, qui notent un recul des demandes de places. Depuis quelques années, des femmes issues d’Europe de l’est émigrent et occupent ce genre d’emplois auprès des familles. L’Autriche estime à plus de quarante mille personnes le nombre de ces soignantes « au noir », venues de Lituanie, de la République tchèque, de Pologne. Cette situation est largement due au coût très élevé d’une place en maison de retraite – de trois à quatre mille euros par mois en Allemagne – voire des soins permanents à domicile – six mille euros. Par ailleurs, les qualités humaines de ces soignantes illégales sont souvent jugées par les familles bien meilleure que celle des professionnels, qui « en soins ambulatoires, n’ont même pas le temps d’une petite conversation », constate un expert. Une majorité d’Autrichiens -70%- se prononcent pour la légalisation de ces employées à domicile. En Allemagne, certains spécialistes suggèrent de créer à leur intention un statut de « femme au pair » [aujourd’hui, ce statut comporte la limite d’âge de 24 ans].

Financial Times Deutschland, 27 juillet 2006
Wiener Zeitung, 22 août 2006

Retour haut de page