Histoire collective

Lorraine Phillips, professeur assistant à l’école d’infirmières de l’Université du Missouri (Etats-Unis) encourage les personnes atteintes de démence au stade léger à modéré à utiliser leur imagination pour créer de courtes histoires en groupe (programme TimeSlips). Plutôt que de compter sur les rappels factuels, les participants répondent verbalement à des images humoristiques présentées par des facilitateurs qui enregistrent les réponses et lisent le récit (storytelling) pour terminer les histoires ou les poursuivre. « TimeSlips offre aux personnes atteintes de démence des opportunités riches de s’engager dans des interactions avec les autres tout en exerçant leurs forces individuelles », explique Lorraine Phillips. « ce programme encourage les participants à s’impliquer activement et vivre des moments de reconnaissance, de création et de célébration : des activités porteuses de sens, pour promouvoir un environnement social positif, au centre des soins centrés sur la personne. Le programme est facile à mettre en place et permet aux aidants professionnels d’interagir avec plusieurs résidents à la fois ». 

Phillips LJ et al. Effects of a creative expression intervention on emotions, communication, and quality of life in persons with dementia. Nurs Res 2010 ;  59 (6) : 417-425. Novembre-décembre 2010. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21048483. Fritsch T et al. Impact of TimeSlips, a creative expression intervention program, on nursing home residents with dementia and their caregivers. Gerontologist 2009; 49 (1) : 117-127. Février 2009. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21048483. www.upi.com, 16 mars 2011.

Réhabilitation

Au Portugal, trois résidences Domus Vida ont créé un service de réhabilitation cognitive (gabinete de preservação e reabilitação cognitiva) pour stimuler les résidents et les aider à maintenir leur capacités. Une équipe pluridisciplinaire intègre des neurologues, des médecins généralistes, ue psychiatre, un psychologue, une psychomotricienne, une ergothérapeute, des kinésithérapeutes, des infirmières, des coordonnateurs d’activité, des professeurs de gymnastique et des représentants des familles.

ACP-Principal, www.jmellors.pt, 5 février 2011.

Conception architecturale : modèles internationaux

Peter Heijmen, chercheur en architecture de la santé au TNO, l’Institut néerlandais de recherche scientifique appliquée, et Christopher Manthorp, consultant pour Barchester Healthcare (Royaume-Uni), présentent trois modèles internationaux d’architecture adaptée aux personnes atteintes de démence. A Amsterdam, Czaar Peterpunt est un concept de petites unités de vie en habitat groupé, pour vingt-quatre personnes réparties en quatre appartements de six personnes, chaque unité étant sous la responsabilité d’un professionnel endossant un rôle de « chef de famille ». Ce concept n’est plus expérimental : un quart des résidences pour personnes atteintes de démence aux Pays-Bas sont construites sur ce principe.

A Marlborough (Massachusetts, Etats-Unis), la résidence Hearthstone accueille quarante-huit résidents, du stade modérément sévère au stade terminal. La maison a trois étages, avec des parties communes au rez-de-chaussée. La journée est structurée pour encourager les résidents à quitter leur chambre pour aller dans l’espace commun, seuls ou en groupe, avec un programme continu d’activités adapté aux différentes capacités, centres d’intérêt et styles de vie. Contrairement au concept hollandais de petite unité de vie, qui met l’accent sur la sécurité et l’indépendance, le concept Hearthstone est fondé sur le besoin de se retrouver en communauté, avec des activité porteuses de sens, faisant appel aux compétences préservées (hardwire skills), même aux stades avancés de la démence, comme la capacité à comprendre et apprécier la musique ensemble.

Dans la campagne proche de Bristol (Royaume-Uni), la résidence The Russets (les pommes reinettes grises) héberge trente-six résidents dans trois ailes de douze chambres. Le concept architectural, adapté du modèle australien de Kingsway Court, propose une cour intérieure, avec des jardins et une maison d’été. Les activités de la journée sont rythmées par la cuisine, l’accrochage du linge, et la façon de trouver le chemin vers la maison du jardin, où il y a toujours quelqu’un et dans laquelle des activités traditionnelles sont proposées. Ce schéma permet d’amener les résidents, les visiteurs et le personnel à se rencontrer et à tenir compte de l’environnement.

Heijmen P et Manthorp C. Design for dementia care: international models. J Dementia Care 2011 ; 19(2) : 20-22. Mars-avril 2011.

Retour haut de page