Alzheimer’s Disease International-Fondation MetLife : prix mondiaux pour la formation à l’accompagnement de la démence

Alzheimer’s Disease International, en partenariat avec la Fondation MetLife, lance un appel à prix pour récompenser et diffuser les meilleures pratiques en termes de formation à l’accompagnement de la maladie d’Alzheimer. Trois prix, chacun de dix mille euros, récompenseront les meilleurs programmes de formation en Amérique, en Europe et au Moyen-Orient, et en Asie-Pacifique.

Global Perspective, décembre 2012.

France Alzheimer : axes de recherche 2012

En 2012, douze nouveaux projets de recherche ont reçu le soutien de France Alzheimer. Dans le champ des sciences médicales, les axes concernaient la physiopathologie de la maladie d’Alzheimer et de ses symptômes ; les modèles animaux ; les marqueurs diagnostiques et pronostiques ; les dégénérescences fronto-temporales et autres pathologies apparentées. Dans le champ des sciences humaines et sociales, les axes concernaient les stratégies de soutien de la personne dans ses capacités de vie ; la mise en place des dispositifs organisationnels (maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades d'Alzheimer, pôles d’activités et de soins adaptés ; unités d’hébergement renforcées, équipes de soins spécialisées Alzheimer à domicile…) dans le cadre du plan Alzheimer 2008-2012 ; les précarités socio-économiques liées à la maladie d’Alzheimer ; les nouvelles technologies (mise en œuvre ; acceptabilité au domicile ou en institution par la personne malade et ses proches, valorisation des compétences et de l’autonomie des personnes malades).

La Fondation de France et l’Association France Alzheimer ont remis un prix de quatre cent mille euros à l’équipe de Gilles Bonvento (Commissariat à l’énergie atomique) pour un projet impliquant trois équipes de recherche françaises et visant à déterminer chez la souris le rôle des astrocytes (cellules ayant un rôle de soutien et de structure du système nerveux central, et participant en outre, notamment à la cicatrisation des lésions, à la capture des neurotransmetteurs, à la nutrition des neurones et à la barrière hémato-encéphalique).

www.francealzheimer.org, 20 décembre 2012. www.senioractu.com, 19 décembre 2012.

En garde

Ouvert en 2008, l'accueil de jour Alzheimer Jeanne-Deroubaix de Faches-Thumesnil (Nord) présente aujourd'hui un taux de remplissage de 95 %. Depuis début janvier, les personnes âgées découvrent une nouvelle animation, le papy-escrime, avec le maître d'armes Aurélie Costeux, du club d'escrime local. « La Fédération française voulait mettre au point de nouvelles disciplines, explique la jeune femme. Dans le cadre de mon diplôme d'État, j'ai pu suivre une formation en papy-escrime. C'est un projet intéressant à développer : dans les maisons de retraite, les personnes âgées peuvent faire de la gymnastique, mais il n'y a pas de sport de combat. » L'escrime est à ranger dans cette catégorie, même si elle n'a rien à voir avec la boxe ou les différents arts martiaux, plus violents. Et de toute façon, à l'accueil de jour, il ne sera pas réellement question de combat à proprement parler. Plutôt d'ateliers avec des cerceaux, des cônes, des masques et des coupelles pour amener les seniors à travailler leurs gestes, à se déplacer le long de petits parcours. Armés de sabres ou fleurets en plastique, ils devront aussi viser des cibles et travailler dans l'espace. « On ne parle pas de sport d'opposition ici, précise Aurélie Costeux. « Le matériel que j'apporterai aidera les personnes âgées à bouger en rythme, à entretenir leur motricité, leur mémoire. Le but, c'est de garder le plus longtemps possible leurs acquis face à la maladie », explique le maître d’armes.

Nord Éclair, 23 décembre 2012.

Aide à domicile : tutorat des intervenants isolés

Une des ambitions de l’association La Vie à Domicile (Paris, 16è arrondissement) est d’accompagner, chez elles, jusqu’au terme de leur vie et dans les meilleures conditions possibles, les quatre cent cinquante personnes aidées parmi lesquelles un tiers sont atteintes de troubles cognitifs. En 2007, avec le soutien de la Fondation Médéric Alzheimer, un dispositif de tutorat a été mis en place à destination des aides à domicile, professionnels souvent isolés durant leurs interventions. Ce partage des savoirs repose sur le soutien que des professionnels expérimentés et formés à l’accompagnement de fin de vie (Diplôme universitaire Douleur et soins palliatifs) apportent à leurs collègues en cas de situation difficile. Désormais, le soutien des professionnels a pris des formes nouvelles, et ce dans deux directions. La première vise le renforcement des compétences en interne : chaque nouveau salarié reçoit une formation de sensibilisation aux questions de la fin de vie, délivrée par la psychologue et l’infirmière, toutes deux titulaires du Diplôme universitaire. Au cours de la session, des outils simples d’observation et d’évaluation sont présentés, afin, notamment, d’aider au repérage des signes comportementaux exprimant douleur, inconfort ou refus. La seconde direction pour le soutien des équipes passe par le recours à l’expertise des partenaires avec lesquels l’association entretient des collaborations régulières, en particulier lors de situations complexes. Ces « points d’appui » sont notamment le réseau de santé Ancrage et des services médicaux spécialisés.

Outre le thème de la fin de vie, l’association organise pour la centaine d’aides à domicile et les personnes qui les encadrent, ainsi que pour le personnel du service de soins infirmiers, diverses formations, des groupes d’analyse de la pratique et des réunions de synthèse. Depuis octobre 2012, une équipe spécialisée Alzheimer (ESA) complète la palette de prestations proposées par l’association.

Fontaine D et al (coord.). Aide à domicile et maladie d’Alzheimer. Lettre de l’Observatoire des dispositifs de prise en charge et d’accompagnement de la maladie d’Alzheimer 2012 : 25.Décembre 2012. www.fondation-mederic-alzheimer.org/Nos-Travaux/La-Lettre-de-l-Observatoire/Numero-en-cours.

Retour haut de page