Porteur du projet
Professeur Hervé Platel, unité Inserm U923 de l’Université de Caen Basse-Normandie (« Neuropsychologie et Neuroanatomie fonctionnelle de la mémoire humaine »), sous la direction du Professeur Francis Eustache
Etude soutenue de 2007 à 2009
Problématique principale

Les personnes atteintes de maladie d’Alzheimer présentent une altération particulièrement sévère et précoce de leur mémoire déclarative (en particulier de la mémoire épisodique), alors que le fonctionnement implicite de leur mémoire semble relativement longtemps préservé. Ainsi, au cours de la maladie, l’acquisition de nouvelles connaissances devient de plus en plus difficile, renforcée par des difficultés de compréhension et de rétention des informations linguistiques. 
L’objectif de ce projet était de préciser les mécanismes cognitifs permettant l’apprentissage de chants nouveaux chez des patients institutionnalisés atteints de la maladie d’Alzheimer.

Réponse développée par l'équipe

Un protocole a été conçu pour recueillir des données comportementales portant sur l’instauration d’un sentiment de familiarité auprès de ces patients et s’était fixé comme objectif premier de savoir si cet apprentissage n’était possible que pour un matériel musical. Ainsi, pour rendre compte de la spécificité musicale, l’évaluation comparée de l’instauration d’un sentiment de familiarité pour de la musique instrumentale, des peintures et des poèmes a été réalisée.


Pour en savoir plus :

Bénéfice / Impact

Au sein d’une unité de vie spécialisée, des personnes malades porteuses de troubles très sévères de la mémoire déclarative se sont révélés capables d’apprendre de nouveaux chants, lors d’ateliers cliniques originaux, et de les produire spontanément. Plusieurs hypothèses peuvent être invoquées pour rendre compte de ces capacités d’apprentissages : préservation des fonctionnements implicites de la mémoire (mémoire perceptive, mémoire procédurale), statut particulier de la perception musicale, marquage émotionnel propre à la musique.
L’ensemble des résultats obtenus valident la procédure employée de séances de familiarisation répétée à des informations nouvelles, et permet d’envisager la faisabilité de la réalisation d’une exploration du sentiment de familiarité en neuroimagerie chez de tels patients.

Retour haut de page