Les avancées scientifiques

Plusieurs scientifiques se sont réunis à l’université de Stanford, le 15 mai dernier, à l’occasion de la conférence annuelle de l’Association Alzheimer USA, pour discuter des dernières recherches scientifiques et des techniques d’imagerie permettant de détecter la maladie à son stade précoce. Le National Institute of Health recense aujourd’hui 95 recherches sur la maladie d’Alzheimer. Au moins deux grandes entreprises pharmaceutiques sont au stade final de l’élaboration de médicaments dont l’action se concentrera sur la protéine qui, selon plusieurs scientifiques, est responsable de l’apparition de la maladie. Par ailleurs, un laboratoire de San Francisco travaille à nouveau sur un vaccin élaboré il y a quatre ans mais dont les tests cliniques avaient échoué. La recherche d’un traitement efficace contre la maladie d’Alzheimer est aujourd’hui une véritable course. Au cours des cinq dernières années, les grands laboratoires mondiaux ont multiplié le nombre d’études entreprises et les zones d’investigation de ces dernières. Le gouvernement fédéral américain a alloué cette année quelque 650 millions de dollars soit plus du double du financement fédéral accordé il y a dix ans, aux recherches sur la maladie d’Alzheimer. Pour Tony Wyss-Coray, professeur associé de neurologie à l’école de médecine de l’université de Stanford, si la maladie d’Alzheimer ébranlera le système de santé américain, il est néanmoins réaliste de penser que la recherche trouvera d’ici deux ou cinq ans un traitement efficace pour limiter l’ampleur de la catastrophe. (Selon le National Institute on Aging, d’ici 2050 environ 14 millions d’Américains seront atteints de cette maladie contre 4,5 millions aujourd’hui). Pour Marcelle Morrison-Bogorad, directeur du National Institute on Aging’s Neuroscience and Neurospychology of Aging Program, nous commençons aujourd’hui à bien comprendre le mécanisme de la maladie d’Alzheimer et nous sommes à la deuxième et troisième génération de recherche. Howard Fillit, directeur général de l’Institute for the Study of Aging rappelle qu’il y a cinq ans, les grands laboratoires redoutaient de se lancer dans la recherche d’un traitement de la maladie d’Alzheimer en raison des connaissances trop restreintes dans ce domaine. A présent, tous les grands laboratoires sont dans la course. A son sens, la maladie d’Alzheimer est la maladie la plus importante du XXIe siècle. 

San Francisco ChronicleSFGate.com, 15 mai 2006

Bouleversement sur le marché des médicaments

Deux nouveaux médicaments, Alzhemed du laboratoire Neurochem et Flurizan de Muriad Genetics constitueront les plus grosses ventes de médicaments pour traiter la maladie d’Alzheimer dans les prochaines années, selon un rapport de Decision Resources, une entreprise de consulting, publié le 19 juin dernier. Les inhibiteurs d’acétylcholinestérase (Aricept de Eisai/Pfizer, Exelon de Novartis, Reminyl) détiennent pour l’heure 72% des ventes totales des traitements de la maladie d’Alzheimer. Cette proportion déclinera pour atteindre 31% en 2015 lorsque ces médicaments seront devenus des génériques et que de nouveaux traitements plus efficaces- à l’instar d’Alzhemed et Flurizan- auront été commercialisés.

United Press InternationalUnited Press International, 19 juin 2006

Les bienfaits du sport

Les personnes âgées qui jouissent d’une bonne forme physique ont moins de risque de développer la maladie d’Alzheimer ou une autre forme de déteriration cognitive que les personnes non sportives, selon une étude menée par le Dr Eric Larson et publiée dans les Archives of Internal Medicine. Quelque 2 288 personnes de 65 ans ou plus ont été suivies pendant six années pour les besoins de cette étude.

Medical News Today, 23 mai 2006

Prévention : des loisirs qui protègent

Selon une étude, activer sa mémoire ne suffit pas à prévenir la maladie d’Alzheimer. Plus le niveau d’activités intellectuelles est élevé chez les personnes âgées de plus de 75 ans, plus les risques de développer la maladie diminuent. Une relation a été établie entre le niveau des activités intellectuelles pratiquées et le risque de développer les prémices de la maladie. Chaque augmentation d’un point au score d’activités cognitives diminuerait de 5% ce risque

www.e-sante.be, 30 mai 2006

Un médicament très prometteur

Des chercheurs de l’université de Toronto ont mis au point un médicament qui a réussi à bloquer chez des souris génétiquement modifiées la formation de plaques amyloïdes. Ce médicament appelé Cyclohexanehexol ou AZD-103 a fait l’objet d’un article dans le journal en ligne Nature Medicine. Des tests cliniques sur des sujets humains sont en cours. Si ces derniers se révélaient concluants, le médicament pourrait être commercialisé début 2011. Quelque 475 000 personnes sont atteintes au Canada de la maladie d’Alzheimer et de chiffre devrait dépasser 750 000 d’ici 2031.

The StarTheStar.com, 13 juin 2006

Retour haut de page