Technologies d'assistance : développements (2)

Le projet européen ENABLE a permis de développer un bracelet multi-fonctionnel (alarme, détecteur de chutes, navigation GPS, rappel d'évènement) destiné à des personnes âgées. Une évaluation auprès de cent cinquante-huit personnes montre que le respect de la vie privée et la confidentialité sont des préoccupations importantes, constituant des freins à la mise en oeuvre de ce dispositif.
Le centre de développement de services pour la démence de l'Université de Stirling propose un ouvrage sur la démence et les technologies d'assistance. Ce programme a reçu le soutien du gouvernement écossais dans le cadre du développement de la télémédecine.

J Integrated Care. Williams V et al. Older people's perceptions of assistive technology - an exploratory pan-European study. Février 2010. University of Stirling. Telecare in dementia. Using telecare effectively in the support of people with dementia. www.dementiashop.co.uk, mai 2010. Alzheimer Europe Newsletter, avril 2010.

Interventions combinées pour les personnes malades et leurs aidants (2)

La mise en oeuvre d'interventions psychosociales peut parfois donner des résultats contraires aux attentes. Ainsi, Frans Boch Waldorff et ses collègues , du service de neurologie de l'hôpital royal de l'Université de Copenhague (Danemark), ont mené un essai contrôlé et randomisé (DAISY-Danish Alzheimer Intervention Study), auprès de trois cent trente personnes malades atteintes d'une forme légère de la maladie d'Alzheimer, d'une démence mixte ou d'une démence à corps de Levy, ainsi que leurs aidants, pour évaluer l'efficacité d'un programme d'intervention multi-dimensionnel (conseil individuel ou en groupe, formation, information écrite, conseil téléphonique de suivi). Les critères principaux d'efficacité pour les personnes malades étaient le score cognitif (MMSE-mini-mental state examination) et la qualité de vie mesurée par l'échelle EuroQOL. Les critères principaux d'efficacité pour l'aidant étaient le score de qualité de vie sur l'échelle EuroQOL EQ-VAS et le score de dépression sur l'échelle GDS (geriatric depression scale). Contrairement à d'autres essais, aucune différence n'a été observée entre les deux groupes à trente-six mois sur ces critères. Les chercheurs s'interrogent sur la pertinence des critères d'efficacité retenus et sur la sélection des personnes pouvant le mieux bénéficier de ces interventions.

25è conférence d'Alzheimer's Disease International, Salonique (Grèce). Waldorff F et al. Multifaceted psycho-social intervention for patients with mild Alzheimer's disease and their primary caregivers (DAISY Study). Communication orale OC102. 10-13 mars 2010.

Facteurs de risque pour les aidants familiaux : quels critères d'évaluation ?

L'équipe de Steve Zarit, du service du développement humain et des études familiales de l'Université d'Etat de Pennsylvanie (Etats-Unis) a analysé les associations entre les facteurs de risque (tels que les problèmes comportementaux, les confits familiaux) et les conséquences (telles que l'épuisement ou la dépression) habituellement utilisées dans la conception des essais d'intervention auprès des aidants. Les chercheurs ont évalué, auprès de soixante-sept aidants familiaux de personnes atteintes de démence, quinze facteurs de risque et six critères de résultat. Les facteurs de risque apparaissent relativement indépendants les uns des autres. Les mesures de résultats sont davantage corrélées entre elles, mais dépendent fortement des caractéristiques individuelles. Pour Steve Zarit, chaque aidant présente une combinaison unique de facteurs de risque et de critères de résultats, ce qui implique des interventions ciblées, individualisées, adaptées à ces caractéristiques particulières.

Aging Ment Health. Zarit SH et al. The structure of risk factors and outcomes for family caregivers: implications for assessment and treatment. Mars 2010.

Le sommeil des aidants (1)

Plus de sept cent mille aidants de personnes atteintes de démence souffrent de troubles du sommeil en France. Une étude du Centre mémoire de ressources et de recherche du service hospitalo-universitaire de psychogériatrie de Limoges a été menée auprès d'un groupe témoin de quatre-vingt-six personnes âgées membres d'un club du troisième âge, et d'un groupe de quatre-vingt-dix-huit aidants de personnes atteintes de démence vivant au domicile de la personne malade. Les troubles du sommeil des aidants vulnérables, sont souvent liés aux troubles du sommeil des personnes malades. Par rapport au groupe témoin, qui se réveille 1.2 fois en moyenne par nuit, les aidants de personnes atteintes de démence se réveillent 2.3 fois par nuit. Les aidants se réveillent plus tôt le matin (6h20) que les non-aidants (7h05), et leur nuit de sommeil est raccourcie d'une heure. Les aidants sont plus souvent déprimés et ont une tension artérielle plus élevée que les non-aidants. Ils prennent davantage de médicaments, et plus souvent en automédication, que les non-aidants. Trois facteurs majeurs expliquent les troubles du sommeil chez les aidants : l'apparition d'éléments de vie qui rompent avec les habitudes du sommeil, le poids du fardeau qui les expose à la dépression et les risques pour la santé. Un traitement efficace des troubles du sommeil de l'aidant nécessite une prise en compte vigilante de ces trois facteurs. Les auteurs recommandent de recourir en première intention à des options non-pharmacologiques pour prendre en charge les troubles du sommeil chez les personnes âgées, et notamment chez les aidants de personnes atteintes de démence.
Une étude collaborative du service de médecine interne de l'hôpital universitaire de Berne (Suisse) et des services de médecine et de psychiatrie de l'Université de Californie à San Diego (La Jolla, Etats-Unis), portant sur quatre-vingt-dix-sept aidants de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et quarante-huit personnes d'un groupe témoin, trouve une association entre un sommeil perturbé chez les aidants et une augmentation des biomarqueurs de l'athérosclérose. Cela pourrait expliquer le risque cardiovasculaire plus élevé chez les petits dormeurs et particulièrement chez les aidants de personnes atteintes de démence.

Encéphale. Thomas P et al. Troubles du sommeil chez les aidants à domicile de patients atteints de démence. Avril 2010. Gerontology. Von Känel R et al. Sleep and biomarkers of atherosclerosis in elderly Alzheimer caregivers and controls. 2010.

Modification de l'environnement

Une étude de Donna Algase et ses collègues de l'Université du Michigan (Etats-Unis), s'appuyant sur un modèle cognitivo-comportemental fondé sur les besoins des personnes démentes (NDB : need-driven dementia-compromised behavior model, 1996) analyse la déambulation de cent vingt-deux personnes dans vingt-huit maisons de retraite. Chaque personne déambulante a été filmée dix à douze fois, et l'équipe a recueilli des données sur leur environnement (lumière, sons, température, humidité, lieu, ambiance et nombre de personnes présentes). 80% de la déambulation a lieu dans la chambre du résident, dans les salles de séjour, les couloirs, ou les salles à manger. Le lieu, la lumière, le son, la proximité des autres et l'ambiance sont associés à la déambulation et doivent être pris en compte dans la conception de l'environnement et les pratiques de soin.
La division de psychologie de l'Université d'Ecosse occidentale à Paisley (Royaume-Uni) a réalisé une évaluation objective et subjective de l'impact d'un couloir réaménagé sur le comportement des personnes atteintes de démence dans un hôpital psychiatrique. Les perceptions de personnes malades et du personnel ont été recueillies à l'aide d'un outil observationnel (cartographie comportementale) et d'un questionnaire spécifique. L'équipe observe un impact positif sur le comportement des personnes malades.

Am J Alzheimer's Disease. Algase, DL et al. Wandering and the physical environment. 8 avril 2010. www.healthcare.uiowa.edu, Am J Alzheimer's Disease. Algase, D et al. Need-driven dementia-compromised behavior: an alternative view of disruptive behavior. Novembre-décembre 1996. Issues Ment Health Nurs. Edgerton E et al. Objective and subjective evaluation of a redesigned corridor environment in a psychiatric hospital. Mai 2010.

Retour haut de page