Contes de fées

« La recherche en neuropsychologie, portant sur les troubles cognitifs liés notamment à la maladie d’Alzheimer, abonde. Les protocoles de renforcement qui en découlent ne permettent pas toujours de prendre en compte les besoins spécifiques de chaque patient », explique la neuropsychologue Martha de Sant’Anna. Un dispositif développé à l’hôpital Broca (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) propose au contraire, à partir du récit de contes de fées, « de s’appuyer sur les affects, les représentations et les capacités de rêverie de chacun pour soutenir le maintien de leurs fonctions cognitives.»

De Sant’Anna M. Le renforcement de la mémoire par les contes. Journal des Psychologues, février 2016. www.jdpsychologues.fr/article/le-renforcement-de-la-memoire-par-les-contes.

Clinique du psychomotricien en équipe spécialisée Alzheimer

« Si la psychomotricité était déjà reconnue dans son expertise de réadaptation émotionnelle et relationnelle, de rééducation et de thérapie psychocorporelle, elle s’ouvre depuis ces dernières années à de nouveaux types de thérapie, comme les "programmes de soins de réhabilitation" à domicile pour les personnes en début de maladie, en équipe spécialisée Alzheimer (ESA) », écrivent Déborah Lowinski-Létinois, psychomotricienne coordinatrice et Marion Proutière, psychomotricienne clinicienne en ESA au service de soins infirmiers à domicile ADIAM à Paris. « Ce dispositif accorde une place prépondérante au psychomotricien, confronté toutefois à un nouveau challenge dans ses modalités de prise en soins, en proposant des soins visant au soutien de l’autonomie dans l’environnement de la personne, dans une temporalité courte (quinze séances) et en interdisciplinarité. » Le psychomotricien doit adapter le bilan psychomoteur, structurer le programme des séances, mettre en œuvre des médiations spécifiques (récupération espacée, outils substitutifs d’orientation spatio-temporelle) dans le cadre d’une organisation managériale propre. « Ces nouveaux soins nous conduisent à repenser nos pratiques psychomotrices en en modifiant la forme mais en gardant leurs fondements philosophiques et cliniques (primauté de l’adaptation relationnelle à la personne malade, soutien de son estime de soi et de sa communication avec son environnement). Car si les objectifs posés avec la personne et sa famille se veulent modestes et pratiques, l’intervention du thérapeute en début de maladie pose souvent une des premières pierres de l’acceptation des soins face à la maladie, et conduit nécessairement à un remaniement psychique quant à l’acceptation de la maladie elle-même. Les thérapeutes des ESA s’avèrent de surcroît bien souvent les premiers intervenants experts à domicile et facilitent la mise en œuvre de l’aménagement ultérieur de la vie quotidienne de la personne malade et de ses proches aidants.»

Lowinski-Létinois D et Proutière M. Clinique du psychomotricien en équipe spécialisée Alzheimer (ESA). Les Entretiens de psychomotricité 2015. http://resumes.europa-organisation.com/_global/files/bichat-2015/1/PSYCHOMOT_Lowinski_Proutiere_wmk.pdf(texte intégral).

Anciens combattants américains : des modèles de soins centré sur la personne

L’Administration des Anciens combattants américains (Veterans Administration), l’un des centres de recherche appliquée les plus actifs dans le monde pour l’organisation des soins et de l’accompagnement de la démence, décrit une série d’initiatives centrées sur la personne, développées et mises en œuvre dans son réseau de centres médicaux. L’aide aux aidants est un facteur-clé de succès des programmes. L’inclusion des autres membres de la famille dans le programme de formation peut aider à soutenir l’aidant principal. Les services à domicile peuvent inclure une évaluation de la sécurité pour déterminer le besoin et le bon usage des technologies appropriées. Le maintien de la mobilité fonctionnelle est important. La communication doit comprendre une interaction régulière entre les équipes de soins primaires (infirmières, médecin généraliste…). La formation des professionnels et des aidants familiaux est une composante nécessaire des programmes d’accompagnement de la démence. L’aide en milieu rural mérite une attention particulière.

Alzheimer’s Foundation of America, 4 février 2016.

Veterans Health Administration (VHA) Innovative Dementia Models of Care: Patient-Centered Alternatives to Institutional Extended Care. Septembre 2015. www.va.gov/GERIATRICS/docs/VHA_Innovative_Dementia_Models_of_Care_Sept_2015.pdf?utm_source=E-newsletter+February+4&utm_campaign=E-newsletter+February+4&utm_medium=email (texte intégral).

Retour haut de page