Consoles : exercice physique et jeu

Un néologisme a été forgé : exergaming (mot-valise associant exercise, l’exercice physique et gaming, l’activité de jeu). A l’Université de Caroline de l’Est (Etats-Unis), Whitney Sauter publie un mémoire de master scientifique dans la discipline « administration en thérapie récréative », portant sur les effets de l’exergaming utilisant la console Wii (Nintendo) sur l’équilibre des personnes âgées. Une étude menée auprès de trente-six personnes âgées vivant à domicile montre, par rapport à un groupe témoin, que l’utilisation de la console tend à améliorer les performances aux tests Up and Go (évaluant les transferts assis, debout, la marche et les changements de direction), Multi-Directional Reach (tendre la main et se pencher le plus possible sans déclencher le pas) et Activities-specific Balance Confidence (avoir confiance en son propre équilibre pour réaliser des activités spécifiques). 

Sauter WM. A comparison of Wii exergaming and matter of balance on aspects of balance and activity adherence in older adults. Masters of Science in RecreationalTherapy Administration. University of East Carolina, Department of Recreation and Leisure Studies. Novembre 2011.

http://thescholarship.ecu.edu/bitstream/handle/10342/3716/Sauter_ecu_0600M_10553.pdf?sequence=1 (texte intégral).

Approches non pharmacologiques : quels effets sur la qualité de vie ?

Un groupe d’experts internationaux (University College de Londres, Johns Hopkins College of Medicine de Baltimore, National Ageing Research Institute d’Australie, Université de Melbourne, Centre hospitalier de Guimaraes au Portugal, Duke University à Durham) propose une revue systématique et une méta-analyse de vingt essais cliniques randomisés concernant l’effet d’interventions non médicamenteuses sur l’amélioration de la qualité de vie et le bien-être chez les personnes atteintes de démence.  Des preuves scientifiques préliminaires indiquent qu’une thérapie fondée sur le renforcement des capacités des aidants à faire face, avec ou sans intervention à l’intention de la personne malade, améliore la qualité de vie des personnes malades vivant à domicile. La stimulation cognitive de groupe améliore la qualité de vie des personnes malades hébergées.

Cooper C et al. Systematic review of the effectiveness of non-pharmacological interventions to improve quality of life of people with dementia. Int Psychogeriatr, 16 janvier 2012. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22244371.

Environnement du voisinage physique et social : qu’en pensent les personnes âgées ?

Quels sont les aspects sociaux ayant une influence potentielle sur la relation entre l’environnement physique et l’activité physique des personnes âgées ? Atya Mahmood, du département de gérontologie de l’Université Simon Fraser à Vancouver (Canada), et ses collègues, ont donné un appareil photo à soixante-six personnes habitant dans huit zones urbaines de Vancouver et de Portland (Oregon, Etats-Unis), pour qu’ils décrivent en images leur environnement (méthode Photovoice). Sept thèmes ont pu être identifiés : être et se sentir en sécurité (being safe and feeling secure), y aller (getting there), avoir une aisance de mouvement (comfort in movement), une diversité de destinations, des programmes de proximité, le soutien des pairs, de des activités intergénérationnelles ou de bénévolat.

Mahmood A et al. A Photovoice Documentation of the Role of Neighborhood Physical and Social Environments in Older adults’ Physical Activity in two Metropolitan Areas in North America. Soc Sci Med, 8 février 2012.

www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0277953612000858?v=s5.

Environnement multisensoriel

Jason Staal, du département de psychiatrie de l’Albert Einstein College of Medicine (New York, Etats-Unis) propose un cadre théorique et pratique pour l’utilisation d’une thérapie analytique environnementale multisensorielle (FAMSET) dans un espace de type Snoezelen, visant à intégrer des interventions comportementales, la gestion des émotions et le maintien des effets positifs en dehors de la salle multisensorielle.

Staal JA. Functional Analytic Multisensory Environmental Therapy for People with Dementia. Int J Alzheimer’s Dis 2012 ; doi:10.1155/2012/294801. www.hindawi.com/journals/ijad/2012/294801/cta/.

L’effet Coupe du Monde

Faire participer des hommes atteints de démence aux activités traditionnelles proposées dans les dispositifs sanitaires peut être difficile. Au Royaume-Uni, Chiara Solari, du West London Mental Health NHS Trust, et Luke Solomons, du Berkshire Healthcare Foundation Trust, ont utilisé, lors de la Coupe du Monde de football 2010, un quiz sur ce sport pour inciter les hommes à participer aux activités d’un centre mémoire et évaluer leur enthousiasme à s’engager dans un projet de réminiscence centré sur le football. Selon leurs aidants, tous les hommes qui s’intéressaient préalablement au football ont été stimulés par cette activité, et la moitié d’entre eux ont souhaité continuer à participer à un projet centré sur le football une fois l’étude terminée.

Solari CA et Solomons L. The World Cup effect: using football to engage men with dementia. Dementia, 17 janvier 2012.

http://dem.sagepub.com/content/early/2011/12/21/1471301211429177.abstract?rss=1

Retour haut de page