Iatrogénie cognitive : les effets indésirables des médicaments sur les troubles neurocognitifs

La iatrogénie (du grec iatros, médecin) désigne une pathologie d’origine médicale. Christelle Mouchoux et Pierre Krolak-Salmon, du centre de recherche clinique Vieillissement, cerveau, fragilité des Hospices civils et du centre mémoire de ressources et de recherches (CMRR) de Lyon, proposent une revue sur la iatrogénie cognitive, définie comme « une diminution de la réserve cognitive, l’apparition ou l’aggravation de troubles neurocognitifs sous l’effet de médicaments. Elle peut affecter les fonctions cognitives globales ainsi que les performances cognitives. Elle constitue un événement indésirable médicamenteux essentiel à prendre en compte et à anticiper dans le cadre de la prise en charge des patients âgés. Sa survenue résulte d’une interaction complexe entre facteurs de risque prédisposants et facteurs de risque précipitants. Les médicaments anticholinergiques et/ou sédatifs, seuls ou accumulés au sein d’une prescription, sont impliqués dans la survenue de la iatrogénie cognitive chez les patients âgés. Ainsi, leur identification puis leur limitation ou leur suppression doivent être mises en œuvre autant que possible en vue d’optimiser et de sécuriser la prise en charge médicamenteuse chez ces patients âgés. » Les médicaments fréquemment prescrits en gériatrie, en neurologie et en psychiatrie, ayant des effets indésirables sur la cognition incluent notamment des antidépresseurs, des anxiolytiques (tranquillisants), des antiépileptiques, des antitussifs, des antihypertenseurs, des diurétiques, de hypnotiques, des antiasthmatiques (dont certains sont utilisés comme somnifères), des médicaments pour le traitement du glaucome et des incontinences urinaires. 

Mouchoux C et Krolak-Salmon P. L’iatrogénie cognitive. Rev Gériatrie 2017; 42(4) : 2019-224. Avril 2017. www.revuedegeriatrie.fr. Fox C et al. Anticholinergic medication use and cognitive impairment in the older population: the medical research council cognitive function and ageing study. J Am Geriatr Soc 2011; 59(8): 1477-83. Août 2011. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21707557.

Chirurgie de la cataracte : quels effets, sous quelles conditions ?

Les ophtalmologistes Brigitte Girard, de l’hôpital Tenon, et Brigitte Chouard, du centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts à Paris, ont opéré les yeux de cinquante personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ayant un score cognitif compris entre 0 et 25/30 au test MMSE (mini-mental state examination) et atteintes d’une cataracte bilatérale invalidante. « L’examen préopératoire du patient Alzheimer est long et nécessite une expérience en ce domaine, qu’il est important d’intégrer à l’exercice de l’ophtalmologie », écrivent les praticiens. « Le type de cataracte est particulier, avec une fréquence accrue de pseudoexfoliation capsulaire et de fragilité zonulaire compliquant l’opération. L’intervention peut se dérouler sous anesthésie locale. Les patients atteints de maladie d’Alzheimer ont eu une acuité visuelle significativement améliorée trois mois après l’opération de la cataracte, sans aggravation de leur maladie. » La même équipe a montré que l’opération de la cataracte améliore aussi significativement les troubles du sommeil des personnes malades et allège le fardeau des aidants. Les études portant sur les soins ophtalmologiques spécifiques aux personnes atteintes de démence restent rares. Lorraine Thibaut et Hélène Kergoat, de l’école d’optométrie et de l’Institut universitaire de gériatrie à Montréal (Québec), ont publié une revue systématique sur le sujet.

Girard B et al. Chirurgie de la cataracte chez 50 patients Alzheimer (55 yeux). J Fr Ophtalmol, 29 mai 2017. www.em-consulte.com/article/1123568/chirurgie-de-la-cataracte-chez-50%C2%A0patients-alzheim. Girard B et al. Modifications des troubles du comportement après l’opération de la cataracte chez les patients Alzheimer. J Fr Ophtalmol 2016 ; 39(8) : 675-686. 14 octobre 2016. www.em-consulte.com/article/1085850/alertePM. Thibault L et Kergoat H. Eye care services for older institutionalised individuals affected by cognitive and visual deficits: a systematic review. Ophthalmic Physiol Opt 2016; 3 6(5): 566-583. Septembre 2017. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27580756.

Retour haut de page