Suons, suons

Tanjaniina Laukkanen et ses collègues, de l’Institut de santé publique et nutrition clinique de l’Université de Finlande occidentale à Kuopio, ont suivi pendant vingt ans, en population générale, deux mille trois cents hommes, apparemment en bonne santé, âgés de quarante-deux à soixante ans. Le risque de survenue d’une démence est réduit de 22% chez les hommes allant au sauna une fois par semaine, et de 66% chez ceux y allant quatre à sept fois par semaine. Pour la maladie d’Alzheimer, le risque est diminué respectivement de 20% et de 65%. Les mécanismes de cette protection sont probablement d’origine cardiovasculaire. 

Laukkanen T et al. Sauna bathing is inversely associated with dementia and Alzheimer's disease in middle-aged Finnish men. Age Ageing, 7 décembre 2016.  http://ageing.oxfordjournals.org/content/early/2016/12/07/ageing.afw212.abstract?papetoc. Laukkanen T et al. Association Between Sauna Bathing and Fatal Cardiovascular and All-Cause Mortality Events. JAMA Intern Med 2015;175(4):542-548. 23 février 2016. http://jamanetwork.com/journals/jamainternalmedicine/fullarticle/2130724 (texte intégral).

L’effet de la réserve cognitive

La réserve cognitive est la capacité d’optimiser la performance cognitive en faisant appel à de multiples réseaux cérébraux et stratégies cognitives. Cette réserve s’accumule durant la vie entière. Elle est influencée par le style de vie et constitue un facteur de protection contre le déclin cognitif durant la dernière partie de la vie. Yu-Tzu Wu, de l’Université d’Exeter (Royaume-Uni), et ses collègues, suivent la fonction cognitive en relation avec le style de vie de deux mille trois cents personnes âgées de soixante-cinq ans et plus, dans une cohorte en population générale du Pays-de-Galles. Les facteurs liés au style de vie comprennent l’activité physique, la consommation de tabac, d’alcool, le régime alimentaire et les activités sociales et cognitives. L’ensemble de ces facteurs, sauf la consommation de tabac, exercent une influence sur la fonction cognitive. La réserve cognitive explique 22% de cet effet. Le facteur de style de vie contribuant le plus à la réserve cognitive est le régime alimentaire.

Wu YT et al. Lifestyle factors, cognitive reserve, and cognitive function: results from the Cognitive Function and Ageing Study Wales, a population-based cohort. Lancet 2016; 388(S114), novembre 2016.

www.thelancet.com/pdfs/journals/lancet/PIIS0140-6736(16)32350-9.pdf.

Retour haut de page