Démences vasculaires

Marie-Anne Mackowiak, du centre mémoire de ressource et de recherche au CHRU de Lille (EA2691, Université Lille Nord de France) publie une revue sur les démences vasculaires, qui représentent dans les centres spécialisés la seconde cause de démence après la maladie d’Alzheimer. Depuis plusieurs années, les spécialistes préfèrent utiliser le concept de « désordres cognitifs d’origine vasculaire », intégrant les démences vasculaires proprement dites et les troubles cognitifs légers non démentiels d’origine vasculaire. Leur diagnostic reste difficile, en raison de la diversité des lésions vasculaires responsables des troubles cognitifs et de leur association fréquente à la maladie d’Alzheimer. Le profil neuropsychologique est de type sous-cortico-frontal, avec une atteinte plus marquée des fonctions exécutives, et la possibilité d’atteinte de fonctions corticales selon la localisation des lésions vasculaires. Aucun traitement n’est validé en dehors du traitement préventif, et il reste indispensable de détecter les facteurs de risque pour diminuer le risque de survenue de troubles cognitifs d’origine vasculaire.

Presse Med. Mackowiak MA. Les démences vasculaires. 11 mai 2010.

Troubles de la mémoire : des causes potentielles multiple

Des troubles de mémoire annoncent-ils la maladie d’Alzheimer ? Pas nécessairement, répond le Professeur Jean-Jacques Hauw, membre de l’Académie de médecine dans les colonnes du Figaro. Les causes des troubles de mémoire sont très nombreuses : consommation d’alcool, fatigue, surdosage de médicaments, dépression… En cas de doute, le médecin traitant adresse le patient à l’une des consultations mémoire réparties sur l’ensemble du territoire dans le cadre du plan Alzheimer. Les centres mémoire de ressources et de recherche reçoivent les patients qui nécessitent une expertise approfondie.

Le Figaro, 10 mai 2010

Spéculation

L’entreprise française de biotechnologies ExonHit a annoncé qu’elle lancerait son test de la maladie d’Alzheimer Aclarus DX avant l’année 2013 initialement prévue, et qu’elle espère signer au second semestre 2010 un accord avec un laboratoire pharmaceutique ou un partenaire financier pour poursuivre les études. Le cours de l’action à Paris a bondi de 9.3%.

Les Echos, 16 juin 2010

Retour haut de page