Prévalence en population générale

Une étude épidémiologique américaine, portant sur un échantillon représentatif de huit cent cinquante six personnes âgées de soixante-et-onze ans et plus, issu de l’étude ADAMS (Aging, demographics and memory study ; cohorte Health and retirement study ), montre que 13.9% des Américains de plus de soixante-et-onze ans (un sur sept) présentent une démence (maladie d’Alzheimer 9.7%, démence vasculaire 2.4%). La maladie d’Alzheimer représente 70% des cas de démence dans cette tranche d’âge. Un faible niveau d’études et la présence du gène apoE4 sont des facteurs prédictifs importants de survenue de la maladie. Le recueil des données a été réalisé au domicile des personnes, par une infirmière spécialement formée et un technicien de neuropsychologie. Le protocole de diagnostic était comparable à celui utilisé par les centres mémoire (activités de la vie quotidienne, mémoire, orientation, élocution, attention, capacité de résolution de problèmes). Un prélèvement buccal a été effectué » pour tester la présence du gène apoE4.
www.medicalnewstoday.com , 31 octobre et 3 novembre 2007. Neuroepidemiology . Plassman BL et al. Prevalence of Dementia in the United States: The Aging, Demographics, and Memory Study . 29 octobre 2007. www.nih.gov , 1er novembre 2007. Family Caregiver Alliance .Caregiving policy digest , 14 novembre 2007.

Prévalence

Des chercheurs des universités de Shanghai et de Chongqing (Chine populaire) ont fait la synthèse de vingt-cinq études épidémiologiques sur la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées publiées entre 1980 et 2004. La maladie d’Alzheimer (prévalence 1.6%) et la démence vasculaire (prévalence 0.8%) sont les deux pathologies majeures dans la population des personnes âgées de soixante ans et plus. La prévalence de la maladie d’Alzheimer est deux fois plus importante dans la population illettrée (3.2%) que dans la population générale. On constate des inégalités géographiques importantes entre le sud (prévalence de la maladie d’Alzheimer 2.0% ; de la démence vasculaire 0.6%) et le nord de la Chine (prévalence de la maladie d’Alzheimer 1.2% ; de la démence vasculaire 1.1%).
Age and ageing . Dong MJ et al. The prevalence of dementia in the People’s Republic of China: a systematic analysis of 1980-2004 studies . 25 octobre 2007.

Détection des troubles de la mémoire auprès du grand public

La Fondation Alzheimer des Etats-Unis (AFA) a organisé le 13 novembre 2007 sa cinquième journée de détection des troubles de la mémoire (National memory screening day ). Pendant tout le mois de novembre, déclaré mois de sensibilisation à la maladie d’Alzheimer par le Président des Etats-Unis (National Alzheimer’s disease awareness month ), des tests mémoire confidentiels et anonymes sont offerts sur deux mille lieux de détection, complétés par une information sur la maladie et sur le vieillissement en bonne santé. En 2006, sur vingt-et-un mille personnes ayant passé un test mémoire sur sept cents sites, une consultation médicale a été conseillée pour une personne sur dix. Trois personnes testées sur quatre ont indiqué qu’elles étaient préoccupées par leur mémoire. Mais moins de 10% des personnes ayant identifié elles-mêmes des troubles en ont parlé à leur médecin. Plus de la moitié en ont parlé à leur conjoint ou à un enfant adulte, mais une sur cinq n’en a parlé à personne. Des facteurs de risque ont été identifiés : 32% des personnes présentaient un diabète, 18% étaient obèses et 20% dépressives. Un tiers des personnes vivaient seules et 97% n’avaient jamais passé de test mémoire.
www.prnewswire.com , 23 octobre 2007. www.nationalmemoryscreening.org , 29 octobre 2007. www.whitehouse.gov , 31 octobre 2007. seattletimes.nwsource.com , 12 novembre 2007.

Grosses têtes

Si un niveau d’éducation élevé permet de retarder l’entrée dans la maladie d’Alzheimer, le déclin cognitif rapide surviendrait plus vite une fois la maladie installée, selon une étude menée par le Albert Einstein College of Medicine de New York sur un groupe de cent dix-sept personnes âgées suivies pendant six ans, avec des tests cognitifs annuels. Une personne ayant fait seize années d’études (y compris l’école élémentaire) présenterait un déclin cognitif 50% plus rapide qu’une personne n’ayant fait que quatre années d’études. Par exemple. Pour le Dr Charles B. Hall, les personnes plus éduquées auraient une réserve cognitive plus grande, leur permettant de maintenir davantage de fonction cérébrale malgré les lésions, et seraient diagnostiquées plusieurs années plus tard, les symptômes apparaissant une fois que la réserve cognitive ne serait plus capable de compenser les dommages. 
www.medicalnewstoday.com , 23 octobre 2007. Neurology . Hall CB et al. Education delays accelerated decline on a memory test in persons who develop dementia . 23 octobre 2007.

Les effets du stress sur la cognition

Des chercheurs de l’université McGill (Montréal, Québec), de l’Institut national de santé mentale de Bethesda (Maryland, Etats-Unis) et de l’Université de Colombie britannique (Vancouver, Canada) publient une revue de trente pages concernant les effets du stress et des hormones du stress sur la cognition humaine (notamment les effets des glucocorticoïdes sur l’hippocampe, les lobes frontaux et l’amygdale). Ils distinguent les effets liés à l’émotion et ceux liés au stress, et discutent en particulier des conditions environnementales auxquelles sont exposées les personnes passant des tests de mémoire.
Brain and cognition. Lupien SJ et al. The effects of stress and stress hormones on human cognition: implications for the field of brain and cognition . Décembre 2007.

Retour haut de page