Avancement de la recherche aux Etats-Unis: synthèse

Les instituts de recherche américains publient leur rapport 2007 sur l’avancement des travaux de recherche sur la maladie d’Alzheimer financés sur fonds fédéraux. Les chercheurs ont repoussé les limites de la connaissance sur plusieurs fronts : recherche fondamentale et génétique sur la nature de maladie et sa relation avec le vieillissement normal ; études épidémiologiques sur les associations entre le risque de survenue de la maladie, le style de vie et les maladies chroniques ; études sur les changements physiologiques signalant le développement de la maladie d’Alzheimer ; recherche « translationnelle » (flux bidirectionnel de la recherche biomédicale vers son application au malade et des observations faites auprès du malade vers la recherche biomédicale) ; études sur l’aide aux aidants. Ces découvertes, à la fois porteuses d’espoir et de complexité nouvelle, conduiront au développement de meilleures méthodes pour un diagnostic plus précoce et plus précis, l’identification de cibles thérapeutiques potentielles, le développement de nouvelles stratégies pour aider les aidants à faire face à la maladie, et l’identification des différents facteurs pouvant réduire le risque de maladie.
National Institute on Aging. National Institutes of Health. US Department of Health and Human Services. 2007 Progress report on Alzheimer’s disease. Discovery and hope. Novembre 2008.

Comment les peptides bêta-amyloïdes sont-ils éliminés dans le sang ?

Le dépôt de peptides bêta-amyloïdes dans les vaisseaux cérébraux les obstrue (angiopathie amyloïde cérébrale de la maladie d’Alzheimer). L’équipe de Berislav Zlokovic, du Centre des maladies neurodégénératives et vasculaires de l’Université de Rochester (New York, Etats-Unis) apporte, chez l’homme et dans deux modèles animaux, une preuve directe du lien entre deux processus à l’œuvre dans la maladie d’Alzheimer : la réduction du flux sanguin et l’accumulation de peptide bêta-amyloïde toxique. La surexpression de deux protéines, le facteur de réponse sérique et la myocardine, dans les cellules musculaires lisses des parois des vaisseaux sanguins cérébraux, empêche l’élimination de peptide amyloïde dans le sang. Le mécanisme d’élimination est activé via la protéine LRP, qui intervient dans le transport du cholestérol.
www.urmc.rochester.edu Nature Cell Biology . Bell RD et al. SRF and myocardin regulate LRP-mediated amyloid-beta clearance in brain vascular cells . 21 décembre 2008.

Cartographie cérébrale

Le service de neurologie de l’Université de Californie à Davis (Etats-Unis) a obtenu une subvention de deux cent mille dollars (cent cinquante mille euros) de la Fondation Dana pour tester l’efficacité d’une nouvelle méthode de calcul en imagerie par résonance magnétique(Localized Components and Analysis) développée par le service des sciences informatiques de la même université. Les chercheurs analyseront les images recueillies auprès de huit cents adultes participant au programme de recherche en neuro-imagerie ADNI (Alzheimer’s Disease Neuroimaging Initiative) , et examineront les différences d’atrophie spatiale de l’hippocampe de personnes sans troubles cognitifs et de celles présentant un déficit cognitif léger ou une maladie d’Alzheimer.
www.eurekalert.org , 16 janvier 2009.

Imagerie et tests neuropsychologiques: quelle valeur ajoutée pour le diagnostic ?

Neuf centres experts italiens de diagnostic de la maladie d’Alzheimer publient une étude portant sur quatre cent soixante-quatorze personnes ayant reçu un diagnostic d’expert de démence vasculaire ou neurodégénérative. La contribution de la neuro-imagerie structurale et de la neuropsychologie a été estimée en mesurant le nombre de personnes qu’il est nécessaire de tester (NNT-number needed to test) pour améliorer d’une unité le diagnostic d’expert. Les experts peuvent porter un diagnostic sans avoir recours à l’imagerie ou à la neuropsychologie dans 93% des cas pour la maladie d’Alzheimer, et dans 76% des cas pour les maladies apprentées. Un examen complémentaire permet d’améliorer la précision du diagnostic dans les deux cas. Le nombre de personnes à tester pour améliorer le diagnostic est de 15.3 pour la maladie d’Alzheimer et de 4.1 pour les autres diagnostics.
Alzheimer Dis Assoc Disord. Geroldi C et al. The added value of neuropsychologic tests and structural imaging for the etiologic diagnosis of dementia in Italian expert centers. Octobre-décembre 2008.

Personnalité, style de vie et risque de maladie d’Alzheimer

L’équipe de Laura Fratiglioni, du centre de recherche sur le vieillissement de l’InstitutKarolinska de Stockholm (Suède), a suivi pendant six ans une cohorte de cinq cent six personnes âgées sans troubles cognitifs à l’inclusion (projet Kungsholmen ), dont cent quarante-quatre personnes ont développé une maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée. Les traits de personnalité ont été évalués en utilisant l’inventaire d’Eysenck. Chez les personnes calmes et relaxées, le risque de démence est réduit de 51%. Certaines stratégies (style de vie actif, participation à des activités de loisirs avec une composante mentale, sociale et physique, ou un réseau social riche, permettent également de réduire le risque.
www.washingtonpost.com 19 janvier 2009. Neurology . Wang HX et al. Personality and lifestyle in relation to dementia incidence. 20 janvier 2009.

Retour haut de page