Dépression, démence, ou les deux ?

« Un homme de soixante-quinze ans vient en consultation. C’est sa femme qui a pris le rendez-vous. Elle vous dit que sa mémoire a décliné progressivement, ainsi que sa capacité à résoudre des problèmes. Il y a un an, il a arrêté de conduire et de s’occuper de ses comptes. Depuis trois ans, il a peu d’appétit. Il dort mal et se plaint d’être fatigué. Il répète sans arrêt à sa femme qu’elle serait mieux sans lui. Vous le trouvez agité et malheureux, mais alerte. Il présente un score cognitif au MMSE de 15/30. Il a perdu du poids, mais rien d’autre n’est à signaler ». Le Dr David Hogan, professeur de médecine gériatrique à l’Université de Calgary (Alberta, Canada), présente un guide de diagnostic pour aider les médecins de famille à différencier la démence de la dépression chez les personnes âgées.

En Martinique, les gériatres et les neurologues du centre hospitalier du Lamentin se posent la question « du bon emploi, voire de l’adaptation des outils classiques de détection de la dépression (Geriatric Depression Scale) auprès d’une population créolophone ayant un bas niveau culturel, une difficulté à exprimer ce qu’ils ressentent et une image sociétale fortement magico-religieuse » (Chatot-Henry et al).

Hogan DB. Dementia, depression, or both ? Differentiating in older patients. Can J Diagnosis 2012; 83-85. Octobre 2012. www.stacommunications.com/journals/  (texte intégral). Chatot-Henry C et al. Les outils de mesure pour repérer un syndrome dépressif sont-ils adaptés pour des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ? Rev Francoph Gériatr Gérontol 2012 ; 19(5) : 185-194-201. Mai 2012. www.editionsmf.com/article_detail.jsp?article=4515.

Retour haut de page