© Leo De Bock – Expertisecentrum Dementie Vlaanderen

Rapport d’activité 2020

L'éditorial

Par Hélène Jacquemont, Présidente de la Fondation Médéric Alzheimer

La crise sanitaire peut faire naître une conscience plus aigüe de l’importance des interventions non-médicamenteuses dans l’accompagnement de la maladie d’Alzheimer.

L’année 2020 fut incontestablement une année de mobilisation au service des personnes malades, de leurs proches ainsi que des professionnels du soin et de l’accompagnement.

Durant cette année si particulière, l’action de la Fondation a été guidée par un seul leitmotiv « Rester en lien ». Dès le premier confinement, la Fondation s’est mobilisée avec le prix spécial COVID-19 « Confinés mais pas isolés ». Il a permis d’apporter un soutien aux initiatives inspirantes et reproductibles développées pour maintenir les liens sociaux, la qualité de vie et les habitudes des personnes vivant avec des troubles cognitifs malgré le confinement.

Soucieuse de soutenir les professionnels du soin et de l’accompagnement, très sollicités depuis le début de la crise sanitaire, la Fondation a continué à apporter son soutien et à développer des outils afin de leurs apporter des solutions pour un meilleur accompagnement. L’année 2020 l’a montré, le lien social et l’attention portée aux personnes vivant avec des troubles cognitifs sont des facteurs déterminants de leur qualité de vie. J’en suis convaincue : les interventions non-médicamenteuses représentent une solution incontournable autant pour les personnes malades que pour les professionnels, que nous devons continuer à institutionnaliser.

Le Collectif Alzheimer Ensemble, créé en 2019 à l’initiative de la Fondation Médéric Alzheimer s'est incrit dans cette dynamique. Lors de sa deuxième rencontre territoriale à Nantes sur le thème de l’accompagnement, les interventions non-médicamenteuses ont été au centre des discussions. Persuadé que nous ne relèverons le défi du vieillissement cognitif que si l’attention portée aux personnes malades dépasse les frontières du social et du médico-social et irrigue tous les domaines de la société, le Collectif poursuit son action auprès des professionnels de la vie quotidienne pour une société plus accueillante et bienveillante.

De son côté, la Fondation s’est mobilisée tout au long de l’année auprès des pouvoirs publics : elle a proposé huit mesures phares dans le cadre de la loi grand âge et elle s’est mobilisée au sein du Collectif maladies neuro-dégénératives afin d’obtenir une feuille de route précise pour l’après Plan Maladies Neuro-Dégénératives (PMND). La position de la Fondation est très claire : les besoins des personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer et de leurs proches sont spécifiques, de ce fait les réponses qui leurs sont apportées doivent être spécifiques. La maladie d’Alzheimer n’est pas soluble dans la dépendance en général.

L’année 2021 s’ouvre dans un contexte incertain. La crise sanitaire que nous traversons peut faire naître une consciences plus aigüe encore de l'importance des interventions non-médicamenteuses dans l’accompagnement de la maladie d’Alzheimer. C’est une opportunité à saisir pour développer avec plus d'ambition ces interventions qui ont fait la preuve de leur efficacité et sont indispensables au mieux-être des personnes malades et de leurs proches.

Dans ce nouveau contexte, donnons-nous l’ambition d’aller plus vite et plus loin !

Retour haut de page