Porteur du projet
Nelly Le Reun, mémoire de recherche, sous la direction de David Jousset, Université de Bretagne Occidentale
Prix « Ethique et société » en partenariat avec l’Espace national de réflexion éthique sur la maladie d’Alzheimer, 2013
Problématique principale

Ce travail de mémoire a pour but d’interroger la fonction du vêtement en hébergement collectif. En passant du vêtement personnel au linge institutionnel, le vêtement, objet de subjectivation dans l’histoire de vie, peut devenir objet de désubjectivation.

Réponse développée par l'équipe

Cette recherche a été conduite auprès de professionnels, mais également auprès de familles. La parole des personnes malades à un stade très évolués de la maladie, n’a pu être recueillie.

Bénéfice / Impact

Ce travail a permis la création d’un groupe de travail, mené par un ergonome, pour élaborer une procédure sécurisant la mobilisation à la fois de la personne âgée et du professionnel afin de soulager les gestes des soignants.
D’autres recommandations ont émergé de ce travail. Des temps individualisés de recueil de l’histoire de vie dédiés aux familles, dans le mois, puis dans le trimestre qui suivent l’entrée en hébergement ont été mis en place. Il s’agit ainsi de faire comprendre aux familles l’évolutivité de la maladie, et qu’il y a une nouvelle histoire de vie créée par le soin en institution qui ne rentre pas en concurrence avec l’histoire familiale. Depuis, des vêtements personnels ont été transformés par des travaux de couture et ont été adaptés aux nouvelles contraintes physiques. Ces vêtements ont été présentés aux familles et aux bénévoles de l’établissement, tenant la « boutique » de vêtements et d’accessoires, pour les sensibiliser. Des temps dédiés aux professionnels, basés sur le volontariat, ont été mis en place pour permettre des réflexions et des échanges pluridisciplinaires sur les pratiques.
 

Retour haut de page